L’humanité, depuis le péché originel, était dans une profonde tristesse du fait de sa condition misérable : séparée de Dieu, esclave du péché qui conduit à la mort, sous le pouvoir du Prince des ténèbres. Jésus, le Fils de Dieu, s’est fait homme pour la libérer de cet esclavage en payant le prix fort par sa mort sur la Croix. Il est mort pour vaincre la mort, Lui qui est le Vivant, la Vie éternelle, le Fils unique de Dieu ! Pendant 40 jours, Il a donné à ses apôtres et disciples les preuves de sa Résurrection. En ce jour de l’Ascension, Il fait entrer pour toujours l’humanité glorifiée dans la divinité. Voilà la grande victoire de Notre Seigneur que nous célébrons avec solennité en ce jour ! Jésus, en outre, n’a pas pénétré, seul, dans le Ciel. Il a entraîné avec Lui tous les Justes de l’AT ! Le Ciel, fermé par le péché originel, est ainsi à nouveau ouvert pour tous ceux qui croient en Jésus, Notre Seigneur et Notre Dieu. Partageons aujourd’hui la joie du Ciel, vivons dans la joie, témoignons de la joie pascale !

Saint Luc décrit l’évènement historique de l’Ascension dans son évangile et au début des Actes des apôtres. Nous venons d’entendre ces deux témoignages. Jésus s’est élevé sous les yeux de ses apôtres, puis a disparu dans une nuée et fut emporté au ciel. Dans l’AT, la nuée symbolisait la divinité. La nuée a accompagné le Peuple dans sa marche après sa sortie d’Egypte, elle recouvrait la Tente de la rencontre. Jésus, en pénétrant dans la nuée, est entré pour toujours avec son corps ressuscité dans la divinité.

Cette Fête de l’Ascension 2013, nous fait comprendre le mystère de la mort du chrétien comme entrée dans la vie. La mort est toujours une épreuve et une épreuve bien plus douloureuse encore lorsqu’elle touche un être cher. Mais nous voudrions souligner en ce Jour de l’Ascension que la mort d’un chrétien est une « pâque », le « passage » de cette vie terrestre à la vie du Ciel. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus disait : « je ne meurs pas, j’entre dans la vie, je sens que ma mission va commencer ! ». Notre Père fondateur nous a si souvent parlé avec enthousiasme, en cette église, de l’activité des saints au Ciel. Mère Marie Augusta désirait, comme Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, passer son Ciel à faire du bien sur la terre. Le Père aimer répéter qu’au Ciel, on ne se tourne pas les pouces, on ne regarde pas passivement un film comme dans une salle de cinéma, mais on agit comme Dieu agit et cette action n’est plus limitée comme cette terre !

Depuis l’Ascension de Jésus, de nombreux bienheureux ont pénétré dans le Ciel et, avec les anges, ils agissent en Dieu et pour Dieu et ils mènent le combat avec la Femme vêtue du soleil contre les forces du mal. Ils nous aident également à vivre dans la vérité et l’amour. Le Père avait cette forte conviction, dont le fondement était la parabole des talents : plus nous aurons été fidèles à accomplir les petites choses que Dieu nous confie en ce monde, plus Il nous en confiera de plus grandes dans le Ciel. Au cours de la neuvaine du 2 au 11 avril, nous avons parlé de l’action actuelle de Mère Marie Augusta et du Père : ils agissent – et nous le constatons bien – pour aider les amis de Notre-Dame des Neiges à ne pas se décourager dans le combat spirituel et l’éducation de leurs cœurs au bel amour. Ils agissent pour aider des époux à s’aimer amoureusement dans leur jamais rien l’un sans l’autre. Ils agissent pour aider leurs fils et filles à être de vrais apôtres de l’amour, pas à moitié. Ils agissent pour donner aux jeunes, adolescents et enfants à élever leur regard en haut, in Altum, pour mener victorieusement le grand et beau combat de la pureté.

Vivons davantage avec Jésus et avec les anges et les saints. Comprenons que nous ne devons pas gâcher cette vie sur la terre, qui est le noviciat de la vraie vie : la vie du Ciel, la vie éternelle en Dieu ! Jésus, dans la parabole des Talents, nous révèle que son Père nous a fait don d’un ou de plusieurs Talents, ce qui est une grande fortune. Il dépend de notre liberté de développer ces Talents. Prenons la décision de les développer et, avec la Vierge Marie, les anges et tous les saints, vivons les pieds sur la terre et la tête au Ciel. Aidons nos frères et sœurs baptisés à comprendre ce qu’est la vraie vie : la vie en Dieu, la vie avec Jésus. Témoignons en cette vallée de larmes de la joie et de l’espérance : Jésus est notre Dieu, Il s’est fait homme pour accomplir notre Rédemption, Il est ressuscité, Il est monté au Ciel avec son Corps Ressuscité et Il nous prépare une place car là où est la Tête, là seront également tous les membres de Son Corps. Magnificat, Amen, Maranatha, viens Seigneur Jésus !