L’évangile est bien connu de chacun de nous : « Femme, voici ton fils ! Voici ta mère ! » Nous entendons encore la voix de Jean-Paul II commentant ces dernières paroles de Jésus ! Le Père et Mère Marie-Augusta ont, eux aussi, pris très au sérieux ce testament de Jésus. Ils ont compris que Notre-Seigneur leur demandait d’accueillir la Vierge Marie comme Mère et de se consacrer sans peur à son Cœur Immaculé. Méditons profondément les paroles de Jésus, nous comprendrons que la dévotion mariale est profondément fondée dans l’évangile. Le Cœur Immaculé de Marie, par le mystère de l’Incarnation, est devenu le Cœur Immaculé de la Mère de Dieu. Par sa coopération absolument sans pareille à l’œuvre de la Rédemption accomplie par Jésus, il est devenu le Cœur de la nouvelle Eve, la Mère de tous les vivants de la vie divine ! L’Eglise n’a pas encore fini d’approfondir ce mystère. Demandons au Bx Jean-Paul II de nous y faire pénétrer plus profondément et répétons sans nous lasser en ce jour : « Totus tuus, je suis tout à toi Marie, ma Mère » ! Emerveillons-nous devant la capacité d’amour du Cœur Immaculé de la Vierge Marie. Les évêques du Concile Vatican II n’ont pas craint d’affirmer :

« Elle est devenue pour nous, dans l’ordre la grâce, notre Mère. Ce que la vierge Eve avait noué par son incrédulité, la Vierge Marie l’a dénoué par sa foi. Par Eve la mort, par Marie la vie ! »

Ces expressions n’ont pas été inventées par les évêques de Vatican II, mais elles sont des citations des Pères de l’Eglise !

Plus nous méditerons la Passion dans le Cœur Immaculé de Marie, mieux nous comprendrons cette conviction inspirée de Mère Marie-Augusta : souffrir en aimant, aimer en souffrant, quelle richesse ! Jean-Paul II, à l’école de St Louis-Marie Grignion de Montfort, compris cette richesse et a tiré cette conclusion : la mission maternelle de la Vierge Marie précède la mission des apôtres ! Cette mission maternelle de souffrance et d’amour, nous pouvons, tous, y participer. Demandons en ce jour la grâce de savoir prier, souffrir en aimant, aimer en souffrant et offrir sans nous plaindre. Ainsi nous participerons activement à la nouvelle évangélisation et nous travaillerons avec Jésus au salut des âmes !

La première lecture révèle que le Cœur Immaculé de Marie est aussi le Cœur de la Mère de l’Eglise, Mater et Magistra, Mère et Maîtresse. Le Père rappelait que Notre-Dame des Neiges est la grande éducatrice de nos cœurs. Les litanies de Lorette la proclament « Trône de la Sagesse ». La Sagesse divine est le Verbe de Dieu. Elle est aussi un don du Saint-Esprit. La Vierge Marie, Mère du Verbe Incarné, Temple du Saint-Esprit, peut bien être dite en vérité Trône de la Sagesse. Elle nous invite au banquet de la Sagesse : « venez à moi, vous qui me désirez ; et rassasiez-vous de mes produits. Celui qui m’obéit n’aura pas à en rougir et ceux qui font mes œuvres ne pècheront pas ». Ne nous contentons pas, en cette solennité, d’admirer le Cœur Immaculé de Marie, de lui répéter sans cesse : « je suis tout à toi », mais prenons la décision de changer de vie, de vivre selon la Sagesse de Dieu et non plus selon l’esprit du monde, la mondanité, l’esprit du démon. Notre Pape François a été très énergique à Assise pour demander à tous les baptisés de se dépouiller de la mondanité, ce cancer qui nous menace tous. N’ayons pas peur : un tel dépouillement ne nous appauvrira pas mais nous enrichira. Le Cœur Immaculé de Marie nous aidera alors à ressembler de plus en plus à Jésus. Ce Cœur est le moule dans lequel a été formé l’humanité de Jésus, il est le moule dans lequel doivent être reformés tous ceux qui sont appelés à passer de l’image du premier Adam à l’image du nouvel Adam. Voilà l’éducation des cœurs, la mission première des apôtres de l’Amour ! Merci de prier avec nous et pour nous en cette Fête de Notre-Dame des Neiges afin que nous soyons fidèles à l’esprit de nos fondateurs et que nous ayons la joie d’accueillir de nouveaux frères et de nouvelles sœurs pour vivre, malgré le rien des instruments que nous sommes, la belle et grande mission des apôtres de l’Amour, encordés à Notre-Dame des Neiges. En retour, vous pouvez compter sur notre prière. Ecce, Fiat, Magnificat dans la joie et l’espérance !

A la fin de la Messe : :

Ô Mère, aide notre foi ! Ouvre notre écoute à la Parole, pour que nous reconnaissions la voix de Dieu et son appel. Éveille en nous le désir de suivre ses pas, en sortant de notre terre et en accueillant sa promesse. Aide-nous à nous laisser toucher par son amour, pour que nous puissions le toucher par la foi. Aide-nous à nous confier pleinement à Lui, à croire en son amour, surtout dans les moments de tribulations et de croix, quand notre foi est appelée à mûrir. Sème dans notre foi la joie du Ressuscité. Rappelle-nous que celui qui croit n’est jamais seul. Enseigne-nous à regarder avec les yeux de Jésus, pour qu’il soit lumière sur notre chemin. Et que cette lumière de la foi grandisse toujours en nous jusqu’à ce qu’arrive ce jour sans couchant, qui est le Christ lui-même, ton Fils, notre Seigneur !

(Prière qui conclut Lumen Fidei )
Tous ensemble, nous disons la prière « Ô Notre-Dame».