Notre Dame de Fatima parle des fins dernières : le Ciel, le Purgatoire et l’Enfer

La Sainte Vierge a d’abord parlé du Ciel. Qu’a-t-elle dit ?

Dès la 1ère apparition, le 13 mai 1917, elle s’est présentée en disant : « Je suis du Ciel. »

C’était si merveilleux que les enfants ont tout naturellement demandé s’ils iraient au Ciel. La Sainte Vierge a dit oui, tout en ajoutant pour François : « Il devra réciter beaucoup de chapelets. »

Fatima, c’est d’abord une visite du Ciel pour nous faire goûter et désirer le Ciel.

La Sainte Vierge a-t-elle parlé du purgatoire ?

Les enfants ont demandé si Maria, une fille de 16 ans, était au Ciel. La réponse a été oui. Puis, ils ont demandé pour Amélia, une fille de 19 ans. La Sainte Vierge a répondu : « Elle sera au purgatoire jusqu’à la fin du monde. »

Au purgatoire jusqu’à la fin du monde, cela semble terrible !

Les habitants de Fatima ont été très impressionnés. Ils ont beaucoup prié et offert des sacrifices pour la libération d’Amélia. On peut penser que leur prière a été exaucée.

Une leçon à en tirer est qu’il ne faut pas mettre nos défunts trop vite au Ciel, mais prier pour eux !

Mais l’enfer est bien plus terrible que le purgatoire. Qu’ont vu les enfants ?

Lors de l’apparition du 13 juillet, les enfants ont vu comme un océan de feu, où étaient plongés les démons et les âmes des damnés. Les cris de douleur et de désespoir étaient effrayants ! La Sainte Vierge a dit : « Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. »

Lors de l’apparition du mois suivant, elle prit un air triste et dit : « Priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles. »

Comment comprendre cette vision de l’enfer ? Est-ce réel ? Est-ce une simple image ?

Voici la réponse la plus autorisée qui soit, celle du cardinal Ratzinger : dans cette vision, l’âme est effleurée par la touche de quelque chose de réel, même si c’est suprasensible. (…) Pendant un instant terrible, les enfants ont fait l’expérience d’une vision de l’enfer. Ils ont vu la chute des « âmes des pauvres pécheurs. »

Et le cardinal ajoute : il leur est dit pourquoi ils ont été exposés à cet instant : pour montrer un chemin de salut qui est la dévotion au Cœur immaculé de Marie.

Marie a demandé de dire après chaque dizaine du chapelet la prière « Ô mon Jésus ». Dans cette prière, on prie pour les âmes qui en ont le plus besoin. Quelles sont ces âmes ?

Lucie a expliqué que ce sont les âmes des pécheurs et non celles du purgatoire, car « les âmes du Purgatoire sont sauvées, tandis que celles des pécheurs se trouvent sur les bords de l’abîme infernal. »

Comment concilier cette vision de l’enfer avec la Miséricorde divine ?

On peut donner trois explications :

– Pour recevoir la miséricorde, il faut un cœur contrit : c’est dans ce but que l’enfer est montré.

– Pour que la miséricorde se déverse abondamment, chacun est appelé à s’unir à l’amour rédempteur du Christ en offrant des sacrifices pour les pécheurs.

– Croire qu’il n’y a pas d’enfer est une des grandes hérésies des temps modernes. Cela entrave la conversion et la miséricorde.