Pourquoi a-t-on le droit d’occuper la place qui est la nôtre sur cette planète ?

Bonjour à tous et bienvenue sur la toile de Jips ! Nous vous disions il n’y a pas si longtemps que l’homme avait oublié qui il est, et pensait être, au maximum, un animal supérieur, et encore pas toujours, puisque le gros problème sur la planète, c’est lui : lui, la cause des catastrophes écologiques, lui, qui maltraite et fait disparaître les animaux, lui encore qui, si son espèce devient trop nombreuse, anéantira l’univers entier et soi avec ! L’homme est-il donc, oui ou non, un animal comme les autres, ou bien a-t-il quelque chose de plus qui justifierait qu’il vive et domine la nature ?

C’est assez comique que ce soit une simple araignée qui doive rappeler à des êtres humains qu’ils ont : une intelligence supérieure à celle de tout autre animal, une capacité de choisir qui va bien au-delà de quelques instincts, une faculté de mémorisation tout à fait surprenante.

Quelles différences avec un singe, par exemple ? Il est assez simple de donner une réponse synthétique : la supériorité de l’homme lui vient du fait qu’il exerce ses facultés en vertu d’un principe spirituel qui « l’anime ». Ce principe est justement appelé « âme spirituelle », à la différence de l’âme des végétaux et des animaux, qui sont vivants et ont donc, eux aussi, respectivement, une « âme végétative » et une « âme sensitive ». En l’homme, l’âme spirituelle est le principe de vie. Ainsi, grâce à elle, l’homme est capable de sentir, de penser, de vouloir et de mémoriser. Ceci explique par exemple que l’homme puisse penser une réalité de manière complètement détachée de tout aspect matériel. Tenez, faites l’exercice de repenser au petit-déjeuner que vous avez pris ce matin ; vous vous le représentez de manière matérielle : vous voyez, par votre imagination, vos tartines beurrées, votre bol de chocolat, et vous pouvez même réentendre le son de la voix de votre maman qui vous disait d’arrêter de jouer avec votre portable à table… À présent, pensez « petit-déjeuner » : vous êtes capable de comprendre ce que cela signifie sans nécessairement passer par une image, c’est-à-dire de manière totalement immatérielle. Bravo, vous avez réussi ! Il en est de même pour la mémoire et la volonté qui peuvent vouloir ou retenir ce qui n’est pas matériel.

Mais, après tout, peut-on, à partir de là seulement, justifier dans tous les cas l’attitude de l’homme sur cette planète ? La réponse est facile et directe : non ! Pourquoi ? Parce que son intelligence et sa volonté sont le fondement d’une autre faculté : la liberté humaine. Celle-ci engendre une grande responsabilité de la part de l’homme, puisqu’elle le rend capable de poser, en toute connaissance de cause, un acte, dont il est aussi capable d’évaluer les conséquences. L’homme est donc responsable des autres créatures, dont il doit s’occuper.

En conclusion, disons simplement que l’homme est au-dessus de tout être créé en raison de son origine et de sa finalité qui sont proportionnées à ses qualités, celles-ci dépassant la matière, et que cela implique pour lui une grande responsabilité.