L'Evangile de la vie a été proclamé par Jésus : "Je suis venu pour qu'ils aient la vie, la vie en abondance" (Jn 10, 10). Jean-Paul II commentait ainsi cette phrase de Jésus : "En Jésus, Verbe de vie, est donc annoncée et communiquée la vie divine et éternelle. La vie divine et éternelle est la fin vers laquelle l'homme qui vit dans ce monde est orienté et appelé" (EV 30).

Proclamer l'Evangile de la vie c'est donc annoncer cette étonnante "Bonne Nouvelle" : tout homme a reçu une vie sacrée appelée à la vie éternelle. Tout homme est créé par Dieu et pour Dieu ! La vie humaine, enfin, est tellement sacrée pour Dieu, qu'Il en connaît le prix : Dieu le Père a envoyé son Fils pour racheter l'homme pécheur et lui rendre la vie éternelle perdue. "Sur l'arbre de la Croix, écrit Jean-Paul II, s'accomplit l'Evangile de la vie" (EV 50). A cause de cet Amour inouï de Dieu pour toute vie humaine, nous devons donc affirmer que toute personne humaine, intelligente ou non, handicapée ou non, malade ou en bonne santé, est aimée de Dieu. Voilà l'Evangile de la vie que l'Eglise veut et doit annoncer, avec enthousiasme et courage, aux hommes de notre temps et de tous les temps.

Saint Jean-Paul II, à cause du caractère sacré de toute vie humaine, a rappelé énergiquement les devoirs de tout homme, en plusieurs passages de son Encyclique. Dans le chapitre III, il a dit, d'une manière énergique, que mépriser la vie de son frère c'est mépriser Dieu, l'auteur de la vie (EV 9). Il a proclamé solennellement 3 vérités :

  • Tuer directement et volontairement un être humain innocent est toujours gravement immoral.
  • L'avortement direct, c'est-à-dire voulu comme fin ou comme moyen, constitue toujours un désordre moral grave en tant que meurtre délibéré d'un être humain innocent.
  • L'euthanasie est une grave violation de la Loi de Dieu, en tant que meurtre délibéré moralement inacceptable d'une personne humaine.

La manière avec laquelle ces vérités ont été proclamées, redisons-le encore tellement cette doctrine est importante et vitale pour l’avenir de l’humanité, montrait que Jean-Paul II voulait donner au monde un enseignement infaillible : "Avec l'autorité conférée par le Christ à Pierre et à ses successeurs, en communion avec tous les évêques de l'Eglise catholique, je confirme... Cette doctrine, fondée sur la loi non écrite que tout homme découvre dans son coeur à la lumière de la raison (cf. Rm 2, 14-15), est réaffirmée par la Sainte Ecriture, transmise par la Tradition de l'Eglise et enseignée par le Magistère ordinaire et universel" (EV 57 ; 62 ; 65). Le Cardinal Joseph Ratzinger avait dit, quant à lui, qu'il était évident que ces 3 vérités étaient infaillibles !