Mère Marie-Augusta a beaucoup approfondi ce mystère. Dans sa prière et son union au Cœur de Jésus, elle a eu cette intuition spirituelle :

« Donum Dei, Don de Dieu, c’est l’un de tes noms, mon Seigneur, c’est un de tes titres, c’est aussi Ton histoire. Se donner, c’est le besoin de l’Amour!»

Approfondissons dans la prière cette profonde intuition de notre Mère, nous comprendrons mieux alors ce que Jean-Paul II voulait faire découvrir, dans sa lettre aux familles, sur le véritable amour qui devait animer les parents, les enfants et tous les membres de la famille : l’amour = don désintéressé de soi. Il n’est pas facile - à cause du péché originel, de nos péchés personnels et des structures de péchés en nos cultures du plaisir et de la mort - de vivre le don désintéressé de soi. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, par la petite voie de l’évangile, a eu la grâce de vivre un tel amour. Elle l’a vécu héroïquement ! Jean-Paul II l’a déclarée docteur de la science de l’amour divin. Demandons-lui de nous apprendre à aimer divinement : « aimer, c’est tout donner et se donner soi-même », disait-elle.

Demandons aussi à Ste Marie-Magdeleine qui, après avoir «mal aimé» s’est laissée conquérir par l’Amour de Jésus et L’a aimé passionnément et amoureusement. N’ayons pas peur d’aimer amoureusement Jésus comme l’épouse du Cantique des cantiques. Une autre sainte pourrait beaucoup nous aider en ce 23 juillet : Sainte Brigitte de Suède. Elle a contemplé la Passion de Jésus. Elle a eu une grande dévotion pour son Précieux Sang. Après avoir été une sainte épouse et une sainte maman, elle est devenue fondatrice et a été une sainte religieuse. Ses oraisons ont aidé beaucoup de baptisés à développer leur amour pour Jésus crucifié.