Il n’a pas été facile pour le Père et Mère Marie-Augusta de vivre le « rien l’un sans l’autre » que Dieu leur demandait de vivre Chacun avait son tempérament et sa forte personnalité. Mais l’un et l’autre voulaient accomplir la Volonté de Dieu et ils l’ont magnifiquement accomplie ! Ne vous découragez pas si, après 10, 20, 30 années, vous n’êtes pas encore arrivés à la perfection du « rien l’un sans l’autre ». L’essentiel est que vous y tendiez. Avec la grâce de Dieu, avec l’humilité et la miséricorde, vous y arriverez. Peu importe si, pour s’exprimer, on utilise quelquefois des paroles un peu vives. On se demande pardon de sa vivacité et, ensuite, on est heureux d’être arrivé au « rien l’un sans l’autre ». Ne prenez jamais de décisions dans le « moi je » contre le « tu » de votre conjoint, mais attendez d’être arrivés à l’unité dans la vérité, la confiance et l’amour pour prendre vos décisions dans le « nous de votre rien l’un sans l’autre ». Vous avez bien compris en demandant de faire votre engagement dans les Foyers amis que c’était bien là la grâce que Jésus et Notre-Dame des Neiges voulaient vous donner. Cette grâce se greffe sur votre sacrement de mariage et l’enrichit ! Les lectures que j’ai choisies pour ces engagements sont importantes. Jésus a renvoyé ses opposants « au commencement » pour leur rappeler la Loi de Dieu sur l’indissolubilité du mariage. Des théologiens et des lobbies voudraient aujourd’hui faire changer l’Eglise catholique. Paul VI avait reçu des évêques français pour s’entretenir de cette question. Ce grand Pape, béatifié en ce jour, avait dit comprendre les difficultés de nombreuses familles blessées, mais il avait clairement affirmé qu’il ne pouvait pas changer l’évangile ! L’évangile nous renvoie au commencement : l’homme quittera son père et sa mère et s’attacher à son épouse et ils ne seront plus deux mais qu’une seule chair. Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni ! Aucun parlement humain ne peut changer cette Loi naturelle, parce qu’elle vient du Créateur de la nature humaine : Dieu ! Il ne faut pas craindre de citer la conclusion de Jésus : si quelqu’un répudie sa femme – sauf en cas d’union illégale – et en épouse une autre, il est adultère !

J’aime beaucoup la prière de Tobit et de Sara le soir de leur mariage. Faites vôtre cette magnifique prière et vous serez heureux jusqu’à votre mort. Vous vous aimerez alors amoureusement tous les jours de votre vie ! Existe-t-il une joie plus grande pour les époux que de s’aimer ainsi amoureusement en Dieu ? J’ai choisi enfin le psaume 8. Je ne crois pas que ce soit un psaume prévu pour la liturgie du sacrement du mariage. Mais ce psaume contient une grande révélation : l’homme a été établi au sommet de la création. Toute la création visible lui est soumise. Dieu l’a voulu un peu moindre qu’un dieu ! Quelle dignité est la nôtre ! Bien sûr, lorsque le psalmiste parle de l’homme, il veut parler de l’homme et de la femme, comme il est dit dans la Genèse : Dieu créa l’homme, homme et femme, Il les créa. Continuez d’approfondir notre riche session de cet été et témoignons auprès de tous l’égale dignité de l’homme et de la femme dans leur féconde complémentarité ! Oui, rendons grâce à Dieu pour son plan sur la famille et désirons le développement des Foyers amis qui doivent apporter leur petite contribution au renouveau de la famille. Remercions le Père et Mère Marie-Augusta d’avoir obéi à la Volonté de Dieu en fondant notre Famille Missionnaire de Notre-Dame et remercions le Père d’avoir obéi à l’inspiration du Saint-Esprit en écrivant le directoire des Foyers amis. Ensemble rendons grâce à Dieu : magnificat anima mea Dominum !