Il est important de prier davantage le chaste époux de la Vierge Marie et celui qui, aux yeux des hommes, était le père de Jésus. La Sainte Vierge, d’ailleurs, lui a bien donné ce nom de père lorsqu’elle a retrouvé Jésus au Temple, au milieu des docteurs : « ton père et moi, tout angoissés, nous te cherchions ». Oui, bien chers chefs et cheftaines, prenez Saint Joseph comme protecteur et modèle. Imitez sa grandeur d’âme et soyez auprès des enfants un grand frère, une grande sœur, à qui ils peuvent faire confiance parce qu’ils se savent aimés par eux.

Joseph, fils d’Israël, est aussi la figure de Jésus, vendu par Judas et qui a offert sa vie pour sauver tous les hommes, ses frères et sœurs. Un chef, une cheftaine, doivent accepter de souffrir l’incompréhension et l’ingratitude comme Joseph, comme Jésus, mais il ne faut pas qu’il y ait dans leur cœur de l’amertume, du soupçon, de la vengeance. Comme Joseph, comme Jésus, cultivons l’amour, la miséricorde, le pardon. Il est facile d’utiliser le mot « amour ». Ce mot revient souvent dans les chansons et ce n’est pas une mauvaise chose. L’amour, c’est bien ce qui doit être le moteur de notre vie. Mais attention aux défigurations de l’amour ! L’amour selon Jésus, c’est l’amour don désintéressé. Marthe Robin a compris cet amour le jour où elle a compris que tant que l’on avait pas tout donné, on n’avait encore rien donné.

Demandons à Jésus, Marie et Joseph de nous aider à nous développer dans ce véritable amour. Ici, à Saint-Pierre-de-Colombier, vous vivez dans un lieu et dans cette église où se sont sanctifiés nos Fondateurs : celui que nous appelons « le Père » et Mère Marie-Augusta. Ils ont été des éducateurs modèles et ils ont été inspirés par le Cœur de Jésus pour éduquer des éducateurs du cœur. Leurs fils et leurs filles doivent donc, en tant qu’apôtres de l’Amour, être des éducateurs des cœurs. Nous ne sommes pas, hélas, des éducateurs parfaits, mais nous avons confiance : la Puissance de Jésus se déploie dans notre faiblesse. Cette grâce d’éducateurs des cœurs, demandez-la vous aussi, chefs et cheftaines, et Jésus ne refusera pas de vous aider. Puisse cette colonie vous donner le désir d’être éducateurs. Mère Marie Augusta disait : c’est un divin métier. Permettre à une enfant, à un adolescent, à un jeune, à un adulte, de grandir et de passer de la ressemblance du premier Adam et de la première Eve à la ressemblance de Jésus, le nouvel Adam, et de la Vierge Marie, la nouvelle Eve, c’est enthousiasmant ! Cela demande de l’énergie spirituelle, de la force d’âme, de la patience, de la persévérance et de la confiance. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus a pris une résolution que nous devons, nous aussi, prendre : ne jamais nous décourager ! Le Père et Mère Marie Augusta nous encouragent aussi en nous disant : on n’a jamais d’échec de fond lorsque l’on a agi en tant qu’apôtres de l’Amour et par amour. On peut avoir des échecs de forme mais pas d’échecs de fond !

Alors, en avant, n’ayons pas peur et soyons, en cette colonie, des éducateurs selon Jésus et Notre-Dame des Neiges. L’évangile nous a présenté Jésus envoyant ses apôtres en mission. Ce matin, Jésus nous envoie en mission auprès des enfants. Apprenons-leur à découvrir Dieu dans la nature. Apprenons-leur à Le remercier pour le soleil, l’eau, les oiseaux, les plantes … Apprenons-leur comme Saint François l’a appris à tous les hommes à louer Dieu, laudato si ô mi signore, loué sois-tu mon Seigneur pour mon frère le soleil, ma mère et sœur la terre, ma sœur l’eau, mes frères les oiseaux, mes sœurs, les fleurs des champs … oui, loué sois-tu mon Seigneur !!! Les enfants ne sont pas compliqués comme les adultes, ils sauront ouvrir leur cœur à Dieu … puis, peu à peu, vous pourrez aussi leur dire : venez dire à Jésus, présent dans le Soleil qui est l’ostensoir : loué sois-tu mon Seigneur d’être là présent parmi nous.

Merci de votre collaboration. Merci d’avoir accepté de nous aider pour cette colonie qui réjouissait tant le cœur de notre Père !