L’étoile de votre pontificat brillera toujours

Le 11 février, Benoît XVI a annoncé renoncer au siège de Pierre. Après un pontificat exceptionnel, c’est pour l’Église le temps de la prière…

« Un coup de tonnerre dans un ciel serein. » C’est ainsi que, sous le coup de l’émotion et de la surprise, le Cardinal Sodano, doyen du collège des cardinaux, a commenté la décision de Benoît XVI aussitôt après l’annonce de ce 11 février. Avant de remercier le Saint Père : « L’étoile de votre pontificat brillera toujours au milieu de nous. »

Cette décision inattendue a surpris. Le Saint Père a dit l’avoir prise dans la prière et devant Dieu, pour le bien de l’Église. Comment, en dépit de la peine, ne pas faire confiance à ce Pape qui s’est toujours laissé guider par le seul critère qui lui tenait à cœur : la volonté de Dieu ?

Revenons à la prière…

Le mercredi qui a suivi, Benoît XVI a remercié les fidèles de leur prière, qu’il a dit ressentir presque physiquement, en ces jours « qui ne sont pas faciles pour moi. »

Le Saint Père avait présidé le matin sa dernière messe en public pour l’entrée en Carême. Cette messe des Cendres a été particulièrement émouvante. À la fin de la messe, le Cardinal Bertone s’est adressé au Saint Père en commençant ainsi : « Nous ne serions pas sincères, Votre Sainteté, si nous ne vous disions que ce soir, il y a un voile de tristesse sur nos cœurs… » Le secrétaire d’État a remercié le Saint Père par un hommage bref et émouvant (Cf. ici). L’émotion était immense, et les applaudissements ne se seraient peut-être pas achevés si, au bout de plusieurs minute, le Pape lui-même, de sa voix douce, ne les avait gentiment interrompus : « Revenons à la prière. » Des mots qui sont aussi un résumé de son pontificat…

Benoît XVI va donc se retirer, caché du monde, comme il l’a dit au clergé de Rome, qu’il a rencontré une dernière fois jeudi lors d’une allocution prononcée sans papier, sur son expérience du concile Vatican II.

Cet enseignement, qu’il a dit n’avoir pas pu préparer comme il l’aurait voulu, et dont il a dit que ce serait davantage une « petite causerie », restera pourtant encore comme un témoignage unique et profond de cet acteur du concile.

Caché du monde

Benoît XVI a rejoint Castel Gandolfo ce 28 février jusqu’à l’élection du nouveau Pape, puis il se retirera ensuite dans le monastère cloitré en cours d’aménagement au Vatican. L’Église va vivre désormais le temps du conclave, temps de prière, où tous doivent s’unir pour demander la venue de l’Esprit Saint. L’Esprit Saint nous parle par le caractère de chacun de nos deux derniers grands Papes. Jean-Paul II a vécu devant l’Église et le monde l’évangile supérieur de la souffrance. Aujourd’hui, Benoît XVI donne à l’Église et au monde le témoignage d’une humilité bouleversante. Il reste avec nous, mais caché, et sera désormais comme Moïse sur la montagne, qui intercède pour le peuple. Même si en effet un voile de tristesse recouvre nos cœurs, nous accueillons cette décision dans une grande confiance, avec admiration et avec une reconnaissance immense pour tout ce que l’Église doit à ce nouveau saint Pape qui lui a été donné. Comme lui, nous savons que « l’Église est du Christ… le Seigneur nous guidera. »

Merci, Saint Père !

La dernière audience de Benoît XVI

La Place Saint Pierre débordait largement sur la Via della Conciliazione ce mercredi 27 février, pour la dernière audience de Benoît XVI (photo ci-dessus). Le Pape a fait un long tour en papamobile avant l’audience pour saluer une dernière fois les nombreux pèlerins venus lui témoigner leur affection et leur gratitude. Benoît XVI est apparu très serein, et a été à plusieurs reprises longuement acclamé au cours de cette audience particulièrement émouvante. Le Saint Père, qui a dit être profondément ému, a remercié Dieu pour sa présence à son Église durant ces huit années. Il est revenu sur sa décision de renoncer au ministère pétrinien, décision prise avec « une grande sérénité d’esprit ». « Je n’abandonne pas la croix, a dit Benoît XVI, mais je reste d’une nouvelle façon près du Seigneur crucifié. (…) Aimer l’Eglise, c’est aussi avoir le courage de faire des choix difficiles, de souffrance, mettant toujours en priorité le bien de l’Eglise et non de soi-même. »

Comme aux premiers jours de son pontificat, Benoît XVI a souligné combien l’Église est vivante aujourd’hui. Il a remercié les fidèles pour le respect et la compréhension avec laquelle ils ont accueilli cette décision. Le Saint Père a enfin invité à la prière pour les Cardinaux et pour le nouveau successeur de Pierre.

Après la bénédiction, Benoît XVI a encore été longuement acclamé et remercié, avant de se retirer, et de quitter le lendemain le Vatican pour Castel Gandolfo. Avec les nombreuses banderoles qui l’exprimaient sur la place Saint Pierre, nous lui disons : merci.

Le 15 Mars Hors série d’In Altum sur Benoît XVI 20 pages spéciales revenant sur le pontificat de Benoît XVI.