Petites histoires…

 

Une histoire vraie sur le chapelet

Il y a plus de cent ans, un étudiant se trouvait assis dans un train aux côtés d’un homme qui semblait être un paysan bien portant. Cet homme priait le chapelet et égrenait les perles dans ses doigts.Pasteur

« Monsieur – demanda l’étudiant au vieil homme – vous croyez encore à ces trucs arriérés ? » Et il éclata de rire, avant d’ajouter : « Je ne crois pas en de telles stupidités. Suivez mon conseil, jetez ce chapelet par la fenêtre, et apprenez donc ce que la science a à dire à ce sujet. »

« La science ? demanda humblement l’homme avec des larmes dans les yeux. Je ne comprends pas cette science… Peut-être pourrez-vous me l’expliquer ? »

L’étudiant vit que l’homme était profondément touché. Pour éviter de le blesser davantage, il répondit : « S’il vous plait, donnez moi votre adresse et je vous enverrai quelques ouvrages pour vous aider dans ce domaine. »ieil homme fouilla dans la poche intérieure de sa veste, et donna au garçon sa carte de visite. L’étudiant, honteux, inclina la tête et n’osa plus dire un mot.

Il venait de lire : « Louis Pasteur, Directeur de Recherche Scientifique, Paris. »

 

Histoire vraie ou pas… peu importe, il suffit qu’elle soit comprise !

Roland a 10 ans, il a été marqué par la vie de Saint François que sa maman lui a lue, il voudrait tant l’imiter et est vraiment plein de bonne volonté.

Il dit un jour à sa Maman :- Maman, j’ai faim. Puis-je avoir une tartine?

Sa maman lui fit une belle tartine, avec du beurre et du miel. Roland était bien content.

Passa un petit garçon devant la maison.

– Oh, la belle tartine! M’en donneras-tu un peu ?

Pensant à Saint François il lui répondit : – Bien sûr !

Et il donna toute la tartine, la belle tartine, avec du beurre et du miel.

Après quoi il alla retrouver sa Maman.

– Maman, s’il te plaît, voudrais-tu me faire une autre tartine, j’ai donné la mienne ?

Elle lui fit une belle tartine, avec du beurre, et de la confiture.

Passa un second petit garçon devant la maison.

– Oh, la belle tartine! M’en donneras-tu un peu ?

Heureux de sa première expérience il acquiesça et il donna toute la tartine, la belle tartine, avec du beurre et de la confiture. Après quoi il alla retrouver sa maman.

– Dis, Maman, voudrais-tu me faire une autre tartine, j’ai donné la mienne ?

tartineSa maman lui fit donc une troisième tartine. Passa un troisième petit garçon devant la maison.

– Oh, la belle tartine ! M’en donneras-tu un peu ?

– Certes, fit l’Enfant Jésus.

Et il donna toute la tartine, la belle tartine ! Après quoi il alla câliner sa Maman.

– Maman, s’il te plaît, voudrais-tu me refaire une tartine, j’ai donné la mienne et j’ai encore très faim »

– Non, lui répond-elle, cela suffit pour aujourd’hui.

Ainsi Roland comprit qu’il ne suffit pas de donner sa tartine, mais aussi savoir se passer de goûter.

(Inspiré d’ « une petite d’histoire de rien du tout »

des Contes du Bourreau, de Serge Dalen)