Artisans de paix et humilité

L’Europe chrétienne

Début Septembre, diverses cérémonies, au Luxembourg, à Scy-Chazelles et à Metz, ont eu lieu pour commémorer les 50 ans du retour à Dieu de Robert Schumann, le « Père de l’Europe ». En effet, il fut un grand artisan de Paix notamment pour la réconciliation franco-allemande. artisan de paix

C’est ainsi que par sa « Déclaration » du 9 Mai 1950, il posa les fondations de « l’Europe » à partir d’une vision chrétienne. Pour lui, « faire de la politique », c’était un engagement perpétuel à faire le Bien !

Ce Mosellan, plusieurs fois Ministre au cours d’une longue carrière d’homme d’Etat et Président du Conseil au moment où Notre-Dame de la Prière apparaissait à L’Ile-Bouchard le 8 Décembre 1947, pour demander des prières pour la France, allait à la Messe, adorait le Saint-Sacrement, récitait son Chapelet et méditait le Bréviaire tous les jours !

Son procès de béatification a été demandé, non par des hommes d’Église mais par des personnalités politiques. Le procès diocésain est terminé ; celui de Rome est en cours depuis 2006.

Le Vatican sous haute protection

Et quels sont ses grands Protecteurs ? Tout simplement : Saint Michel Archange et Saint Joseph, « terreurs des démons » ! C’est ce qu’ont voulu nos deux Papes qui se sont retrouvés le 5 Juillet dernier dans les jardins du Vatican pour consacrer la Cité à ces deux grands Saints si puissants contre nos ennemis !

Octobre, le mois des missions

Connaissez-vous ce Missionnaire : Monseigneur François Pallu ? (1626-1684) Il est le Principal Fondateur de la Société des Missions étrangères de Paris qui donna tant de Missionnaires et de Martyrs à l’Église et organisa l’Église en Extrême-Orient avec moult difficultés (emprisonnements, tempêtes, retards, discordes…) et de solides vertus : oubli de soi, patience, bonté et zèle !

Béatification à Bucarest

Monseigneur Wladimir Ghika, Prince, Prêtre et Martyr a été béatifié le 31 Août dans sa Roumanie natale qu’il avait rejointe en 1939 pour être près de son peuple qui souffrait. Il est né en 1873, s’est converti au Catholicisme et a ordonné Prêtre le 7 Octobre 1923, à 50 ans.

Il avait la passion de l’Unité. Toute sa vie, il se dévoua aux plus pauvres à Paris et ailleurs, voyagea beaucoup pour le service de l’Église, en particulier pour les Congrès eucharistiques et fit beaucoup de conversions grâce à sa sainteté et sa bonté au confessionnal. Il bénit l’Empereur du Japon et lui annonça qu’il aurait un fils l’année suivante ce qui se révéla exact.

Arrêté par les Communistes et mis dans la sinistre prison de Jilava, il fut torturé durant un an et demi et mourut le 16 mai 1954, « irradiant la bonté ». A un prisonnier de sa cellule qui lui demandait : « Quand pensez-vous que nous serons libérés ? », Monseigneur Ghika le regarda avec étonnement et un fin sourire ; alors son compagnon de détention comprit : lui, derrière les barreaux, était libre intérieurement.

Le Pape en 4 L

Le Pape François a accepté le cadeau d’un prêtre italien: une 4L blanche de 300 000 kilomètres. Le cadeau a été apporté au Pape le 7 septembre. Le Pape a confié au prêtre avoir déjà eu ce modèle dans le passé, dont il a apprécié la fiabilité (voir article sur 80 ans de papamobile:   http://fmnd.org/In_Altum/2013/11/80-ans-de-papamobile/ )

La dernière heure

Savez-vous qu’Edouard Herriot, (1872-1957) Président du Parti radical-socialiste à quatre reprises, Président du Conseil à trois reprises entre 1924 et 1932, Maire de Lyon (1905-1940 ; 1945-1957), s’est converti après un long cheminement qu’expose une Bénédictine, Mère Marie-Yvonne ? Pourtant, en 1924, il voulait que tous les Religieux de France soient expulsés de nouveau, comme en 1905, ce à quoi le Père Doncoeur, grand ami du Père Sevin, E. Herriotrépondit : « Nous ne partirons pas ! »

Dans son livre, cette Sœur raconte qu’elle se préparait à entrer à la Comédie-Française quand Dieu l’appela à la vie religieuse ! Presque chaque fois qu’elle rencontrait le « Président », il lui demandait : « Ne regrettez-vous rien ? » Et elle de témoigner avec enthousiasme, de sa joie d’être toute à Dieu ! Un jour, Monsieur Herriot baisa la croix de son petit chapelet. Elle put parler de lui à Monseigneur Montini (futur Pape Paul VI) et au Pape Pie XII qui tous deux, le prirent en amitié et prièrent pour lui.

Finalement, il fit appeler le 25 Mars, en la fête de l’Annonciation, veille de sa mort, le Cardinal Gerlier, Archevêque de Lyon, qui lui donna l’absolution puis il baisa avec ferveur le Crucifix que portait l’humble religieuse qui le soignait…

Quand la science soigne la vie

En Septembre 2006, un inconnu parmi les nombreux scientifiques invités au Vatican… 6 ans plus tard, le Professeur japonais Shinya Yamanaka reçoit le Prix Nobel de Médecine pour sa découverte des cellules souches pluripotentes induites : iPS !

Explications : Quand nous sommes adultes, les cellules de notre corps, de la peau, par exemple, ne savent plus faire que de la peau ! Elles ont progressivement perdu leur mémoire de cellules-souches embryonnaires qui elles, indifférenciées, pouvaient produire plusieurs types de tissus ! Ce Professeur a eu l’idée de rendre sa mémoire à une cellule adulte : il l’a rajeunie ! Mais sans avoir besoin de détruire des embryons ! Il a respecté ces deux grands principes scientifiques : considérer le réel tel qu’il est et respecter l’embryon qui est une personne humaine!