L’Eglise toujours active au coeur des souffrances

 

Consistoire et nouveaux cardinaux

Du 12 au 15 février étaient réunis à Rome pour un consistoire ordinaire* la plupart des 227 cardinaux qui composent le Sacré Collège. Réunis pour réfléchir sur la réforme de la Curie, ce consistoire a vu aussi la création de 20 nouveaux cardinaux et la décision d’admettre au catalogue des saints trois bienheureuses. Retour sur ces deux évènements.

Les cardinaux sont les collaborateurs du pape. Qu’ils résident à Rome ou qu’ils soient titulaire d’un diocèse, ils sont ses principaux conseillers, ceux qui doivent l’aider de manière plus particulière à gouverner la barque de l’Eglise, sans hésiter à aller jusqu’à verser leur sang pour cela. Le choix de ces 20 nouveaux cardinaux contribue à rendre plus visible l’universalité de l’Eglise : l’Europe ne représente plus que 45% des cardinaux et ce consistoire voit des pays « du bout du monde » avoir pour la première fois un cardinal : c’est le cas de L’Ethiopie, du Cap Vert ou des Iles Tonga – ce dernier est aussi le plus jeune cardinal de l’Eglise, étant né en 1961.

L’autre point important de ce consistoire est l’inscription de trois bienheureuses au catalogue des saints. Jeanne-Emilie de Villeneuve, Marie de Jésus Crucifié Baouardy, et Marie Alphonsine Danil Ghattas. Avec la Bienheureuse Marie Christine de l’Immaculée Conception (Adelaïde Brando), une cérémonie solennelle aura lieu le 17 mai.

* Pour savoir ce qu’est un consistoire, voir In Altum de février 2014 !

Un synode orthodoxe en 2016Patriarche

Confirmée par le patriarcat de Constantinople (photo : le patriarche de Constantinople, Bartholomeos), cette rencontre regroupant toutes les Eglises autocéphales* orthodoxes devraient se tenir courant 2016. Un évènement unique, qui devrait permettre de discuter différents problèmes, notamment l’autocéphalité, les problèmes liés à la diaspora des communautés ou la liturgie. Peut-être aussi un pas dans le dialogue avec l’Eglise catholique ?

* Le fait que chacune de ces Eglises soient indépendantes l’un de l’autre.

Martyrs égyptiens

EgyptienL’Eglise dans le monde ne vivra pas partout un carême de paix. En Lybie, 21 coptes égyptiens ont été tués mi-février par des membres de l’Etat Islamique.

Le patriarche d’Alexandrie des coptes catholiques, Ibrahim Isaac Sidrak, a affirmé qu’ils étaient morts en martyrs, en proclamant le nom de Jésus.

La réplique égyptienne ne s’est pas fait attendre. Un raid aérien a été lancé contre des positions terroristes en Lybie. Un deuil national de 7 jours a été décrété ; le président al-Sissi (photo a pris l’engagement de construire une église, au frais de l’Etat, en leur mémoire, et paiera une pension mensuelle à leur famille. Preuve que les coptes sont redevenus, en Egypte, des citoyens à par entière. Puisse ce mouvement s’étendre à d’autres pays.

Culture et diplomatie

La culture est un moyen pour rapprocher les peuples et les différentes parties de l’Eglise divisée ! La Bibliothèque vaticane possède l’un des fonds les plus fournis et les plus anciens du monde. Ce mois-ci, en acceptant de coopérer dans des domaines scientifiques avec la Serbie, Etat à forte majorité orthodoxe, ou de co-organiser avec la Chine une exposition à Pékin alors même que les deux Etats n’entretiennent aucune relation diplomatique officielle, le Vatican s’engage résolument dans la voie de la paix et de l’unité.

Bien souvent les papes ont rappelé que la promotion de la culture devait permettre d’ériger des ponts entre les hommes, et il est beau de voir que c’est une institution de la Cité de Vatican qui met en œuvre cette idée forte qui peut servir de guide pour d’autres dialogues, rendus toujours plus nécessaires et pressants par les évènements que nous vivons.

En Corée du Nord, une prière pour la paix dans le courant de l’année !

Selon le site de Radio Vatican, la Conférence coréenne des religions pour la paix (KCRP) « a obtenu, de la part des autorités communistes de Corée du Nord, la permission d’organiser à Pyongyang une rencontre interreligieuse afin de prier pour la paix. Selon AsiaNews, l’évènement se déroulera dans la seconde moitié de l’année, lorsque la péninsule fêtera le 70e anniversaire de la libération de l’occupation coloniale japonaise. »

Vers une suppression des jours de fêtes chrétiens en France ?

Pendant ce temps, nos pays européens considèrent comme prioritaire la lutte contre le déficit et recherchent par tous les moyens à faire des économies. C’est ainsi qu’un amendement à la loi sur l’économie déposé par Emmanuel Macron,hémicycle ministre de l’économie et des finances, et actuellement débattu à l’Assemblée nationale, propose de supprimer les jours de fêtes chrétiennes dans les DOM-TOM, au prétexte que peu de personnes sont concernées.  Le porte-parole de la Conférence des Evêques de France, Mgr Ribadeau-Dumas, n’a pas manqué de réagir, rappelant que la France ne peut renier son héritage chrétien. Une telle mesure, si elle était adoptée, pourrait risquer d’être étendue ensuite à l’ensemble du territoire…