Le courage, la foi

 

« Toujours plus loin » 

Voici un extrait du discours du Pape François aux jeunes lors de la veillée d’adoration à Cracovie :

« Chers jeunes, nous ne sommes pas venus au monde pour ‘‘végéter’’. […] Quand nous choisissons le confort, en confondant bonheur et consumérisme, alors le prix que nous payons est très mais très élevé : nous perdons la liberté. […]

Nous devons défendre notre liberté. […] Chers amis, Jésus est le Seigneur du risque, il est le Seigneur du toujours ‘‘plus loin’’. Jésus n’est pas le Seigneur du confort, de la sécurité et de la commodité. Pour suivre Jésus, il faut avoir une dose de courage, il faut se décider à changer le divan contre une paire de chaussures qui t’aideront à marcher, sur des routes jamais rêvées et même pas imaginées, sur des routes qui peuvent ouvrir de nouveaux horizons, capables de propager la joie, cette joie qui naît de l’amour de Dieu, la joie que laissent dans ton cœur chaque geste, chaque attitude de miséricorde. […] Aujourd’hui Jésus, qui est le chemin, t’appelle toi, à laisser ton empreinte dans l’histoire. Lui, qui est la vie, t’invite à laisser une empreinte qui remplira de vie ton histoire et celle de tant d’autres. Lui, qui est la vérité, t’invite à abandonner les routes de la séparation, de la division, du non-sens. »

Un texan à Rome

Le Pape François vient de nommer Mgr Kevin Farrell préfet d’un nouveau dicastère en charge des laïcs, de la famille et de la vie.Kevin FarrelJusqu’à lors évêque de Dallas (Texas), Kevin Farrell aura donc la lourde charge de promouvoir le plan de Dieu sur la famille et sur la vie humaine, si attaquées en Occident. Après l’officialisation de sa nomination, ce dernier à affirmé : « Cela me semble être un grand challenge, surtout étant donné le fait que l’exhortation apostolique du Saint-Père, « Amoris Laetitia », est très importante et si bien reçue à travers le monde entier. » Ces derniers mots sont pour le moins surprenants… Nous lui souhaitons cependant d’accomplir son nouveau ministère selon la belle maxime : Caritas in Veritate

« A la suite de Jean-Paul II… en Pologne avec les JMJistes de la Famille Missionnaire de Notre-Dame »

La Pologne est le pays qui a vu naitre et grandir un des plus grands Pape de l’Histoire, et surtout un saint dont le rayonnement spirituel, mais aussi intellectuel, fut considérable. A sa suite, et à la lumière de ses écrits, nous avons découvert la Pologne qui lui était si chère.

C’est à Wadowice, au pied des montagnes polonaises, que Karol Wojtyla est né en 1920. Dans la basilique (de la présentation de la bienheureuse Vierge Marie), nous avons eu la chance de renouveler les promesses de notre baptême devant les fonds baptismaux, à l’endroit même où le futur Pape fut baptisé il y a bientôt un siècle.François Cracovie1 2016

Mais c’est à Cracovie que Jean Paul II étudia à partir de 1938 dans la prestigieuse université Jagellon, qu’il travailla comme ouvrier, devint acteur, poète, puis séminariste. Il fut ordonné dans la cathédrale du Wawel, célèbre château des rois de Pologne qui domine la ville, et y célébra ses premières messes, jusqu’à devenir archevêque de Cracovie.

Depuis sa nomination en 1978 sur le siège de Pierre, il revint plusieurs fois en pèlerinage dans son pays natal visiter des lieux qui lui furent chers : le sanctuaire de Jasna Gora à Czestochowa pour implorer la Vierge noire, Reine de la Pologne, pour son pays en proie au communisme et pour l’Eglise entière ; Kalwaria, où en tant que prêtre et évêque il venait se recueillir et « célébrer devant la Mère de Dieu ». A sa suite, nous avons nous-aussi vénéré Notre-Dame en ces deux lieux de grâce.

C’est Jean Paul II qui a transmis au monde entier le message de la Miséricorde Divine, canonisant sœur Faustine en 2000 : « l’humanité ne trouvera pas la paix tant qu’elle ne se tournera pas vers la source de ma miséricorde » (petit journal). C’est sur ses pas, et sur ceux de Sainte Faustine que nous sommes allés prier à la basilique de la Miséricorde Divine à Cracovie-Lagiewniki, consacrée par Jean Paul II en 2002 : « Je veux confier solennellement le monde à la miséricorde divine. Je le fais avec le désir que le message de l’Amour miséricordieux de Dieu, proclamé ici à travers sainte Faustine, atteigne tous les habitants de la terre et remplissent leur cœur d’espérance ».

Jehanne C.

Les Balkans en liesse

Mère Térésa1 2016A l’approche de la canonisation de Mère Teresa, les Balkans se préparent fêter cette dernière comme il se doit. Née dans une famille albanaise en 1910 à Skopje, actuelle capitale de l’Albanie, Mère Teresa, qui est connue pour son action en Inde, est donc aussi une fille des Balkans.

A ce titre, la Macédoine, l’Albanie et même le Kosovo aiment à revendiquer leurs liens avec la future sainte. Ainsi, lors du dernier voyage du Pape François dans la région, le président albanais a fièrement déclaré : « Nous sommes le peuple de mère Teresa ». Ou encore, la ville de Skopje a annoncé une journée de festivités le 11 septembre prochain en l’honneur de celle qui sera canonisée à Rome le 4 septembre. Pendant 40 ans, l’Albanie a été sous le joug d’un régime dictatorial dont l’athéisme était intransigeant.

Aujourd’hui, le même pays fait de Mère Teresa une héroïne nationale : rien n’est impossible à Dieu !