Les Jeux paralympiques

« Vous savez bien que, dans le stade, tous les coureurs participent à la course, mais un seul reçoit le prix. Alors, vous, courez de manière à l’emporter. Tous les athlètes à l’entraînement s’imposent une discipline sévère ; ils le font pour recevoir une couronne de laurier qui va se faner, et nous, pour une couronne qui ne se fane pas. Moi, si je cours, ce n’est pas sans fixer le but ; si je fais de la lutte, ce n’est pas en frappant dans le vide. Mais je traite durement mon corps, j’en fais mon esclave, pour éviter qu’après avoir proclamé l’Évangile à d’autres, je sois moi-même disqualifié » (1 Co 9, 24-27). Ainsi saint Paul s’exprimait-il aux Corinthiens. Après les Jeux olympiques de Rio, se déroulent dans la même ville les jeux paralympiques durant lesquels des personnes handicapées s’affrontent dans des épreuves similaires à celles proposées lors des Jeux Olympiques.

Comment sont nés les Jeux Paralympiques ?

paralympique1En 1948, un éminent neurologue allemand, Sir Ludwig Guttmann cherche un moyen d’accélérer le rétablissement de ses patients paraplégiques, tous vétérans de la seconde guerre mondiale. Ces travaux se situent dans un hôpital militaire situé non loin de Londres, à Stoke Mandeville. Il imagine de les confronter sur des épreuves sportives au moment même où les Jeux Olympiques se déroulent à Londres. Le Dr Guttmann vient de créer, sans le savoir, un nouveau mouvement sportif. Les nouveaux nommés Jeux Internationaux de Stoke-Mandeville prennent une nouvelle dimension en 1960, à Rome, en prenant place une semaine après les Jeux Olympiques. En 1964, les Jeux Paralympiques sont organisés à Tokyo, comme les Jeux Olympiques. Mais ils s’en écartent quatre ans plus tard, pour se dérouler à Tel Aviv. Il faudra attendre Séoul et l’année 1988 pour voir les deux événements faire à nouveau ville commune.

Qui peut participer aux épreuves des jeux paralympiques ?

Y participent des athlètes handicapés physiques ou visuels (amputés, aveugles, infirmes moteurs, cérébraux ou en fauteuil roulant, ou tout autre handicap physique) ainsi que les athlètes handicapés mentaux. Ils sont organisés par le Comité International Paralympique (IPC) et non par le CIO et ont lieu tous les 4 ans à la suite des Jeux Olympiques. Il ne s’agit plus maintenant seulement d’une tentative d’accélérer la guérison de ces courageux athlètes, mais aussi de leur permettre de se dépasser pour des exploits. A l’heure où beaucoup d’enfants handicapés sont tués dans le sein de leur maman, cela peut vraiment faire réfléchir sur la dignité de toute personne humaine qui peut développer de belles potentialités.

Les médailles françaises à Rio en 2016 !

La France, à l’heure où nous écrivons cet article, a 6 médailles d’or, dont deux pour Marie-Amélie le Fur en saut en longueur et en 400 mètres. A noter aussi, la victoire de l’équipe de France en escrime en fauteuil roulant. Mais ne croyons pas que les athlètes de ces Jeux sont à l’abri de la vaine gloire ! A la suite de saint Paul courons vers la couronne de la sainteté qui ne se fane pas.