Regard sur les Béatitudes

« Jésus a toujours posé comme allant de soi la validité du Décalogue.»

Extrait de Jésus de Nazareth du Pape émérite Benoît XVI (Tome I Pages 92/93)

« Il n’est pas rare que l’on présente les Béatitudes comme l’antithèse néotestamentaire du Décalogue, en quelque sorte comme l’éthique la plus élevée des chrétiens en regard des commandements de l’Ancien Testament. Cette conception méconnaît totalement le sens des paroles de Jésus. Car Jésus a toujours posé comme allant de soi la validité du Décalogue (cf. par exemple Mc 10, 19 ; Lc 16, 17). Dans le sermon sur la montagne, les commandements de la seconde table sont repris et approfondis, mais ils ne sont pas abolis (cf. Mt 5, 21-48), car cela serait diamétralement opposé au principe fondamental énoncé juste avant le passage relatif au Décalogue : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. » (Mt 5, 17-18) […] Jésus n’a nullement l’intention d’abolir le Décalogue, bien au contraire, il le renforce. […]

Face à la communauté des disciples de Jésus, les Béatitudes constituent des paradoxes : les critères du monde se voient inversés dès que l’on considère la réalité dans la juste perspective, à savoir du point de vue de l’échelle de valeur de Dieu, qui est différente de celle du monde. Ceux qui, selon les critères du monde, sont considérés comme pauvres et perdus sont en vérité bienheureux et bénis, et, malgré toutes leurs souffrances, ils sont en droit d’être dans la joie et l’allégresse. Les Béatitudes sont des promesses dans lesquelles resplendit la nouvelle image du monde et de l’homme qu’inaugure Jésus, le « renversement des valeurs ». Ce sont des promesses eschatologiques ; mais cette expression ne doit pas être entendue au sens où la joie qu’elles annoncent serait renvoyée dans un avenir infiniment lointain ou exclusivement dans l’au-delà. Si l’homme commence à voir et à vivre à partir de Dieu, s’il marche en compagnie de Jésus, alors il vit selon de nouveaux critères, et quelque chose de l’eschaton, de ce qui doit venir, est déjà présent maintenant. Par Jésus, la joie vient dans les tribulations. »

St Jean-Paul II aux jeunes sur le mont des Béatitudes 

Discours sur la Loi et les Béatitudes, le 24 mars 2000

« Le mont Sinaï et le mont des Béatitudes, nous offrent la carte de notre vie chrétienne et une synthèse de nos responsabilités envers Dieu et le prochain. La Loi et les Béatitudes tracent ensemble le chemin à la suite du Christ et le sentier royal vers la maturité et la liberté spirituelles.

Les dix Commandements du Sinaï peuvent sembler négatifs : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi. […] Tu ne tueras pas. Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne voleras pas. Tu ne porteras pas de témoignage mensonger… » (Ex 20, 3, 13-16) Au contraire, ceux-ci sont extrêmement positifs.

En allant au-delà du mal qu’ils nomment, ils indiquent le chemin vers la loi d’amour qui est le premier et le plus grand des commandements : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. […] Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Mt 22, 37-39) Jésus lui-même affirme n’être pas venu pour abolir la Loi, mais pour l’accomplir (cf. Mt 5, 17). Son message est nouveau, mais il ne détruit pas ce qui existe déjà.  […]

Vous êtes en effet conscients qu’il existe une autre voix en vous et autour de vous, une voix contradictoire. C’est une voix qui dit : « Heureux les fiers et les violents, ceux qui prospèrent à n’importe quel prix, qui n’ont pas de scrupules, qui sont sans pitié, malhonnêtes, qui font la guerre au lieu de la paix et persécutent ceux qui représentent un obstacle sur leur chemin. » Cette voix semble avoir un sens dans un monde dans lequel les violents triomphent souvent et où il semble que les personnes malhonnêtes l’emportent. « Oui, dit la voix du mal, ce sont eux qui gagnent. Heureux sont-ils ! »

Jésus offre un message très différent. Non loin d’ici, il appela ses premiers disciples, comme il vous appelle maintenant. […] Quelle voix les jeunes du XXIe siècle choisiront-ils de suivre ? […]

Les disciples passèrent du temps avec le Seigneur. Ils apprirent à le connaître et à l’aimer profondément. […] Ils découvrirent que les paroles de la vie éternelle sont les paroles du Sinaï et les paroles des Béatitudes. Tel est le message qu’ils diffusèrent partout. […]

Les dix Commandements et les Béatitudes parlent de vérité et de bonté, de grâce et de liberté, de ce qui est  nécessaire  pour  entrer  dans   le Royaume du Christ. Maintenant, c’est à vous d’être de courageux apôtres de ce Royaume !

« Ô Seigneur, continue à enseigner à ces jeunes la vérité »

Jeunes de Terre Sainte, jeunes du monde, répondez au Seigneur, répondez au Seigneur avec un cœur ouvert et plein de bonne volonté ! Plein de bonne volonté et ouvert comme le cœur de la fille aînée de Galilée, Marie, la Mère de Dieu. Que répondit-elle ? Elle dit : « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole ! » (Lc 1, 38.)

Ô Seigneur Jésus-Christ, en ce lieu que tu as connu et que tu as tant aimé, écoute ces jeunes cœurs généreux ! Continue à enseigner à ces jeunes la vérité des Commandements et des Béatitudes ! Fais d’eux de joyeux témoins de ta vérité et des apôtres convaincus de ton Royaume ! Sois toujours avec eux, en particulier lorsque te suivre, ainsi que suivre ton Évangile, devient difficile et dur ! Tu seras leur force, tu seras leur victoire !

Ô Seigneur Jésus, tu as fait de ces jeunes tes amis : garde-les toujours auprès de toi !

Amen.

La phrase:

« Le véritable attachement à Jésus ne peut être donné qu’accompagné de l’attachement à la Loi de Dieu. »                                                                                                                                     (Dietrich Bonhoeffer)