Brèves

Béatification prochaine du Père Jean-Baptiste Fouque (1851 –1926)

Il est surnommé le « Saint Vincent de Paul marseillais » tant il a fondé d’œuvres caritatives diverses pour secourir toutes sortes de misères. Il est le fondateur de l’hôpital Saint-Joseph, inauguré le 20 Mars 1921, gratuit pour les nécessiteux. Il a été formé à l’école du serviteur de Dieu Joseph-Marie Timon-David et incarne le grand mouvement du catholicisme social encouragé par le Pape Léon XIII.

Grands anniversaires en cette année 2018

Centenaire de la fin de la « Grande Guerre », « l’inutile boucherie » selon le Pape Benoît XV qui fit tout pour la paix, secondé par le bienheureux Charles de Habsbourg.

Cinquantenaire de la proclamation du Credo du Peuple de Dieu, dit Credo de Paul VI, contre les hérésies actuelles, le 29 juin 1968, pour la fin de l’« Année de la Foi », célébrée à l’occasion du 19e centenaire du martyre de saint Pierre et saint Paul.

Cinquantenaire de l’encyclique Humanae Vitae, du bienheureux Pape Paul VI, promulguée le 25 juillet 1968, pour rappeler le merveilleux plan de Dieu sur la famille et sur la beauté de la vie humaine.

Cinquantenaire de « mai 1968 »… N’oublions pas que de jeunes Roumains passaient des nuits en prière pour que la France, à ce moment-là, ne tombe pas aux mains des communistes…

Intronisation de Mgr Aupetit, nouvel archevêque de Paris, le 6 Janvier

Nomination très importante pour l’Église qui est en France ! Cet évêque n’a pas fréquenté l’école catholique, n’a pas été scout, n’a pas eu d’amis pratiquants, a eu deux grands-pères radicalement anticléricaux, et un père qui n’entrait pas à l’église ! Mais sa mère lui a appris le Notre Père et le Je vous salue Marie, et, à partir de ces deux prières, il a appris à parler à Dieu ! Puissance de la grâce !

Il a commencé par être médecin pendant onze ans, puis a ressenti l’appel de Dieu, préparé par des lectures et retraites dans les monastères. Il fut ordonné à quarante-quatre ans en 1995. Il a suivi des cours de bioéthique et l’a enseignée durant neuf ans. Il est fortement en faveur de la vie et de la famille : « L’enfant, actuellement, devient un simple produit manufacturé : sous prétexte qu’il est objet de désir, il est mis à la disposition des adultes, comme l’on ferait pour une voiture ou un smartphone à la mode ! » Il a défilé dans les rangs de la « Manif pour tous ».

Le père Patrick Peyton (1909-1992)

Irlandais, il a été surnommé le « Prêtre du rosaire ». Ordonné en juin 1941, il appartenait à la Congrégation de la Sainte Croix.

Guéri miraculeusement de la tuberculose par la Sainte Vierge, il avait une telle confiance en elle qu’il voulut la faire aimer en propageant le chapelet partout, et particulièrement en encourageant sa récitation en famille. Son slogan : « Une famille qui prie ensemble, reste ensemble ! » Il fonda le « Rosaire de la Famille ». Il se servit de la radio, de la télévision, et se fit aider par les plus grandes stars d’Hollywood pour propager la prière du rosaire. C’est ainsi qu’il produisit des films sur les mystères du rosaire pour en favoriser la récitation.

Le cardinal Stefan Wyszynsky (1901–1981)

Le 5 août 1924, il célébrait sa 1re messe à Czestochowa, en la fête de Notre-Dame des Neiges. Il scellait avec elle un pacte d’amour et de fidélité pour toute sa vie.

Devenu archevêque de Varsovie et primat de Pologne en 1948, il fera courageusement face au communisme. Sa devise : « Soli Deo per Mariam » : « Tout à Dieu par Marie ». Avec les autres évêques de Pologne, il écrivit au gouvernement communiste athée une lettre : « Non possumus ! » pour lui signifier leur refus de collaborer avec lui.

En septembre 1953, il est emprisonné. Le 8 décembre, au fond de sa prison, il se consacre totalement à Marie selon le texte de saint Louis-Marie, et lui vient alors l’inspiration de préparer par une neuvaine d’années le millénaire du baptême de la Pologne, en 1966. Il est libéré en 1956 et fait circuler l’icône de Notre-Dame de Czestochowa dans tout le pays.

La fête du millénaire fut grandiose, avec la consécration de toute la Pologne à sa Reine ! Le pape Paul VI fut positivement empêché de venir… mais la SainteVierge préparait « son pape »…

Ce sont NNSS. Wyszynski et Wojtyla qui demandèrent à Paul VI de déclarer Marie Mère de l’Église, ce qu’il fit le 21 novembre 1964 durant le Concile. Puis arriva le grand jour du 16 octobre 1978, fête de Sainte Hedwige, reine de Pologne ! Quelle émotion en voyant Jean-Paul II se lever pour embrasser chaleureusement et longuement son primat et lui disant : « Il n’y aurait pas sur le trône de Pierre un pape polonais s’il n’y avait pas eu ta foi et ton courage ! » Le cardinal mourut le 28 mai 1981, jour de l’Ascension. Il avait fait tout son possible aussi pour lutter contre le crime de l’avortement, et souvent, quand il circulait, une maman s’approchait de lui pour lui faire bénir son enfant, qu’elle avait gardé grâce à la parole forte du prélat.