Nouvelles

Canonisations 

Le bienheureux Pape Paul VI 

Il sera canonisé à la fin du synode d’octobre prochain, suite à un miracle obtenu par son intercession par une femme de Vérone à qui on voulait imposer l’avortement. Elle l’a prié et sa petite fille est née le jour de Noël suivant : maman et enfant sont en bonne santé !

On le surnomme le « Pape-martyr », tellement il a souffert de la crise de l’Église, de l’opposition à son magistère, en particulier à l’encyclique prophétique Humanae Vitae du 25 juillet 1968, véritable hymne à la vie et à l’amour conjugal authentique.

Baptisé le 30 septembre 1897, jour où notre sainte Thérèse « entrait dans la Vie », Jean-Baptiste Montini fut élu pape le 21 juin 1963, succédant à saint Jean XXIII. Il prenait pour devise : « In Nomine Domini » (« au Nom du Seigneur »). Il continua et mena à son terme le concile Vatican II. C’est lui qui leva l’anathème lancé contre le patriarche de Constantinople, à l’époque du schisme d’Orient de 1054, après avoir rencontré le patriarche Athénagoras à Jérusalem en janvier 1964. Il inaugura les grands voyages pontificaux à travers le monde, en particulier à New York (ONU) en 1965, puis en Inde, aux Philippines, en Colombie, en Ouganda… Il était d’une très grande humilité et délicatesse, plein de compassion envers les souffrants et envers ceux qui se sentaient loin de Dieu. Il aimait beaucoup la Vierge Marie et vint à Fatima pour le cinquantenaire des apparitions, le 13 mai 1967, présentant sr Lucie à la foule. Il mourut au soir de la fête de la Transfiguration, le 6 août 1978. Saint Jean-Paul II le considérait comme son « père », lui qu’il aida dans l’élaboration de l’encyclique Humane Vitae.

Mgr Oscar Romero 

Il était archevêque de San Salvador (Salvador), et fut assassiné le 24 mars 1980 en pleine messe. La veille, il avait dit aux soldats : « Un soldat n’est pas obligé d’obéir à un ordre qui va contre la loi de Dieu. Une loi immorale, personne ne doit la respecter. Il est temps de revenir à votre conscience et d’obéir à votre conscience plutôt qu’à l’ordre du péché. Au nom de Dieu, au nom de ce peuple souffrant, dont les lamentations montent jusqu’au ciel et sont chaque jour plus fortes, je vous prie, je vous supplie, je vous l’ordonne, au nom de Dieu : arrêtez la répression ! » Il a défendu la foi véritable et les pauvres et n’hésitait pas à reprocher au gouvernement ses crimes.

Chaîne du rosaire

Suivant le bel exemple de la Pologne, organisant une chaîne de prière du Rosaire à ses frontières pour être protégée des atteintes contre la vie et de l’invasion de l’islam, le 7 octobre dernier ce fut au tour de l’Italie, le 13 octobre de l’Irlande, le 26 novembre (solennité du Christ-Roi de l’univers) de la Colombie, le 8 décembre des EU, le 12 décembre (fête de Notre-Dame de Guadalupe) de la Croatie et, enfin,… de la France, de se tourner vers la Reine des Cieux. Catholiques de toutes régions, à vos chapelets ! ce samedi 28 avril, avec saint Louis-Marie Grignion de Montfort ! Les Polonais étaient un million. Et nous ?! Inscrivez-vous sur : www.rosaire-aux-frontieres.com

Lieutenant-colonel Arnaud Beltrame : christianisme radical

Alors que Redouane Lakdim, marocain naturalisé fiché S se réclamant de l’État islamique, a déjà tué trois personnes et en a pris d’autres en otage, le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnauld Beltrame négocie avec lui pour s’échanger lui-même contre une mère de famille. Ancien du GIGN, il sait quel risque il prend… Égorgé, il meurt peu après.

Après un court passage à la Grande Loge De France, où il aurait été initié, il se convertit à l’âge de trente-trois ans, en 2008, ce qui l’a conduit à prendre ses distances vis-à-vis des « frères », à achever son initiation chrétienne, à se préparer au sacrement de mariage, qui était prévu pour juin, et à mourir muni d’une médaille miraculeuse et des sacrements de l’Église.

Il approfondit avec sa foi l’amour de la France et l’esprit de sacrifice, corollaires de sa vocation militaire. En effet, « chrétien au plus profond de son être », dixit Mgr de Romanet, évêque aux Armées françaises, l’officier avait le patriotisme et le don de soi chevillés au corps : « C’est quelqu’un qui, depuis qu’il est né, fait tout pour la patrie, affirme sa mère ; c’est sa raison de vivre, défendre la patrie. » Il lui disait : « Je fais mon travail, maman, c’est tout. »

Le plus beau témoignage reste celui du P. Jean-Baptiste, chanoine de l’abbaye de Lagrasse dont Arnauld était proche, qui le préparait au mariage : « Il nourrit depuis toujours une passion pour la France, sa grandeur, son histoire, ses racines chrétiennes qu’il a redécouvertes avec sa conversion. » Ici, on touche au cœur du radicalisme : « Seule sa foi peut expliquer la folie de ce sacrifice. Il savait […] qu' »il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jn 15, 13). Il savait que, si sa vie commençait d’appartenir à Marielle [sa fiancée], elle était aussi à Dieu, à la France, à ses frères en danger de mort. »

Bref, c’est un officier chrétien et patriote qui est mort héroïquement samedi. Nous pouvons, nous devons en être fiers.

Brèves 

v Pour la huitième fois, le 19 mars dernier, des hommes ont marché sous le patronage du grand saint Joseph. Ils étaient 2000 à converger, de toutes les paroisses d’Île-de-France, vers Notre-Dame de Paris, pour vénérer la Couronne d’épines, sans compter ceux qui participaient à des marches semblables à Nantes, Marseille …

v Au 19 mars, 403 d’enfants à naître avaient déjà été sauvés de l’avortement par la prière des participants aux 40 days for Life. Campagne de Carême dans 354 lieux différents des USA et vingt-quatre autres pays. Prière continuelle devant les avortoirs. Depuis 2007, plus de quatorze mille enfants à naître ont ainsi été sauvés de l’avortement. À quand la France pour s’y joindre ?

v Hassan al-Moussaoui, le frère de Joseph Fadelle, s’est converti à son tour au christianisme ; il a été baptisé à Noël 2017. Sans nouvelles de sa famille depuis deux ans, Joseph avait repris contact avec son frère, malade, celui-là même qui lui avait tiré dessus et l’avait laissé pour mort dans une vallée désertique de Jordanie, après sa conversion en 1987 ! Ce sont le courage et la confiance de Joseph, qui a pris un grand risque en retournant en Irak pour l’aider, qui ont tourné Hassan vers l’amour de Dieu.