Le sabre laser est-il réalisable ?

Ils en ont fait rêver plus d’un. À l’heure de la renaissance de Star Wars dans un contexte scientifique repoussant toujours plus loin les limites du réalisable, nous est-il possible aujourd’hui, de fabriquer l’arme du mythique chevalier Jedi ?

Beaucoup se sont posé la question voire se sont attelés à une tentative pratique, mais la réponse n’est pour le moins pas évidente.

Par sabre laser, nous entendons un faisceau de lumière laser d’un mètre environ et capable de trancher des matériaux durs comme le béton ou l’acier : une telle technologie n’est pas envisageable pour le moment. Certaines technologies peuvent toutefois s’y apparenter, comme l’instrument de découpe laser à l’Institut FEMTO-ST de Besançon. Il faut quand même préciser que ledit laser ressemble plus à une micro-aiguille, et qu’il ne peut réaliser qu’une découpe d’un centimètre tout au plus. Aussi, pour qu’un Luke Skywalker puisse le transporter, il serait bon d’inventer auparavant la centrale nucléaire de poche : l’impulsion du laser, qui, soit dit en passant, est de l’ordre de quelques milliardièmes de seconde, nécessite une énergie de l’ordre du gigawatt…

En fait, la solution constituée par la lumière laser est difficilement envisageable. En effet, la lumière est immatérielle en soi, ce qui rend impossible la confrontation avec un autre sabre laser, et la contrainte de distance rend la chose bien compliquée si ce n’est impossible. Une alternative peut être trouvée dans le plasma. Ce dernier est un des quatre états de la matière (outre l’état solide, liquide ou gazeux) et est obtenu lorsque cette dernière est chauffée à très haute température (plus de 2000°C). Outre le problème de la technologie en elle-même, demeure le fait que le maître se doit de manier son instrument : en effet, Dark Vador risque d’achever bien vite sa piètre carcasse en maniant une arme à 10 000°C du bout des mains. J’oubliais de préciser qu’ici aussi, la puissance à fournir approche probablement de l’ordre du gigawatt…

L’armée américaine a, quant à elle, mis au point une arme, le « Metal Vapor Torch » (littéralement : « la torche à vapeur de métal ») destinée à couper du métal. Elle a bel et bien l’apparence d’un sabre, mais fonctionne au moyen d’une flamme de 2700°C qui jaillit à 2500km/s ! Mais elle ne peut fonctionner que quelques secondes, durée pendant laquelle un bidon d’essence est consommé. Autant dire que le principal facteur limitatif reste pour le moment l’énergie. Les futures avancées technologiques nous permettront peut-être de pallier ce problème. Ou alors d’élaborer un système moins gourmand en énergie. Pour les curieux, une petite porte reste encore à ouvrir du côté des molécules photoniques, découvertes il y a peu.

Puisque les sabres laser ne sont pas aussi brillants que la lumière du Christ ressuscité, et qu’ils n’ont pas le tranchant de sa Parole, qu’ils ne nous détournent donc pas, en ce temps pascal, de Celui qui est la Voie, la Vérité et la Vie : Jésus, la Lumière du monde. Que la foi soit avec vous.