Dans le jardin biblique…

Les livres de la Bible sont très riches d’enseignements, même les plantes y ont leur signification propre ! Petite promenade autour de trois arbres emblématiques…

Le cèdre du Liban

Dans le langage de la Bible, le cèdre est symbole de force, de puissance et de beauté : ainsi le Bien-aimé du Cantique des cantiques : « Son aspect est celui du Liban : comme le cèdre, sans rival ! » (Ct 5,15.) Son bois est particulièrement recherché pour sa beauté (doré strié de rouge), son parfum, sa facilité de travail, et surtout sa quasi-incorruptibilité : on a retrouvé des poutres de cèdre intactes, vieilles de deux mille sept cents ans, dans les ruines d’un palais près de Ninive ! C’est pourquoi le bois de cèdre fut employé pour construire le temple de Jérusalem et le palais du roi David.

Dans les litanies de la Vierge récitées au Liban, Marie est invoquée comme « Cèdre du Liban » (en arabe, cèdre est un mot féminin), elle à qui sont attribuées les paroles de la Sagesse dans le livre du Siracide : « Je me suis enracinée dans un peuple glorieux, dans le domaine du Seigneur, dans son héritage : j’habite au milieu de l’assemblée des saints. Je me suis dressée comme un cèdre sur le Liban, un cyprès dans la montagne de l’Hermon. » (Si 24, 12-13.)

Mais le cèdre peut aussi devenir symbole de l’orgueil de celui qui s’élève contre Dieu… « Oui, pour le Seigneur de l’univers, il y aura un jour contre tout orgueil et toute prétention, contre tout ce qui s’élève et sera abaissé, contre tous les cèdres du Liban, prétentieux et altiers… » (Is 2, 12-13.)

Le figuier

Le figuier est symbole de prospérité, car il permet généralement deux récoltes dans l’année, ou, employé dans le sens inverse, de la stérilité du peuple infidèle : ainsi, Jésus maudit-il le figuier qui porte des feuilles vertes mais ne donne pas de fruits (Mt 21,19). Être assis sous un figuier est un signe de bonheur et de contentement : en effet, l’ombre du figuier procure une fraîcheur sans pareille. Le figuier est aussi symbole de paix : dans l’Allemagne de l’Est des années 1980, le mouvement pour la paix initié par l’Église emprunta ce symbole à la prophétie de Michée : « Il sera le juge de peuples nombreux et, jusqu’aux lointains, l’arbitre de nations puissantes. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. Chacun pourra s’asseoir sous sa vigne et sous son figuier, et personne pour l’inquiéter. » (Mi 4, 3-4.)

Le palmier-dattier

Le palmier est signe de vie : dans le désert, sa présence signale celle de l’eau ! Il symbolise aussi la droiture, l’équité et la probité : « Le juste grandira comme un palmier, il poussera comme un cèdre du Liban ! » (Ps 91, 13.) Déborah, juge et prophétesse, rendait la justice sous un palmier (Jg 4,4). Comme sa production augmente avec l’âge (à plus de cent ans, les palmiers-dattiers produisent encore des quantités non négligeables de fruits), le palmier-dattier est enfin l’image de la fécondité de la vieillesse qui apporte expérience et sagesse. « Vieillissant, il fructifie encore, il garde sa sève et sa verdeur… » (Ps 91, 15.)