La Très Sainte Eucharistie

Il y a cinquante ans : le Credo du Peuple de Dieu


Paul VI proclame : Nous croyons que le pain et 1e vin consacrés par le Seigneur à la Cène ont été changés en son Corps et son Sang qui allaient être offerts sur la Croix. La Messe célébrée par le prêtre représentant la personne du Christ et offerte par lui au nom du Christ et des membres de son Corps mystique, est le Sacrifice du Calvaire rendu sacramentellement présent.

Le Saint Sacrifice de la messe

– La Cène était l’anticipation du Sacrifice du Calvaire. La Messe, elle est le Sacrifice du Calvaire rendu présent.

– À la Messe, le prêtre, agissant in persona Christi, offre le Sacrifice du Calvaire. Ainsi, les fidèles peuvent eux aussi offrir ce Sacrifice, qui est rendu présent par le ministère du prêtre.

– La Messe est la plus puissante prière que nous puissions présenter à Dieu, car nous offrons la prière de Jésus lui-même sur la Croix.

La Présence réelle et substantielle de Jésus

Paul VI proclame : Nous croyons que le pain et le vin sont changés au Corps et au Sang du Christ. Ce changement, l’Église l’appelle transsubstantiation.

– Le mot « transsubstantiation » est précis. « Substance » signifie « ce que c’est » ; « transsubstantiation » signifie donc changement de substance. Il y a passage de la substance du pain et du vin à la substance de Jésus.

Paul VI proclame : Le pain et le vin ont cessé d’exister, en sorte que c’est le Corps et le Sang du Seigneur Jésus qui sont réellement devant nous. La présence du Seigneur, sous ce qui continue d’apparaître à nos sens de la même façon qu’auparavant, est une présence réelle et substantielle.

– Avant la consécration, il y a du pain et du vin. Après la consécration, il n’y a plus ni pain ni vin mais seulement l’apparence du pain et du vin ; c’est Jésus avec son Corps et son Sang. C’est pourquoi l’Église parle de Présence réelle et substantielle.

Paul VI proclame : L’unique existence du Seigneur est rendue présente dans les multiples lieux de la terre où la Messe est célébrée. Elle demeure présente dans le Saint Sacrement, qui est, au tabernacle, le cœur vivant de chacune de nos églises.

– Il est important que le tabernacle, où Jésus est présent en son Saint Sacrement, soit à une place d’honneur qui facilite l’adoration.

Paul VI proclame : C’est pour nous un devoir très doux d’adorer dans la sainte hostie, que nos yeux voient, le Verbe incarné qu’ils ne peuvent pas voir.

– Les génuflexions, la communion à genoux et sur la langue, expriment mieux l’adoration. Apprenons à passer du temps à adorer Jésus-hostie.

La sainte communion

Paul VI proclame : Le Corps et le Sang du Seigneur Jésus sont réellement devant nous, comme le Seigneur l’a voulu, pour se donner à nous en nourriture et pour nous associer à son Corps mystique.

– Jésus Lui-même a dit quel devait être le fruit de la communion : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui […] il vivra par moi. » (cf. Jn 6, 53-57.) Vivons nos communions dans un grand recueillement !

– Par la communion, nous sommes unis au Christ pour former les membres de son Corps mystique, c’est-à-dire de l’Église.