Actualités… actualités… actualités… actualités….

Veritatis splendor a vingt-cinq ans !

Le 6 août 1993, le pape Jean-Paul II publiait l’encyclique Veritatis splendor, avec notamment la collaboration du card. Ratzinger, qui la qualifia de « texte théologiquement le plus élaboré du pontificat ». Cette encyclique visait à préciser quelques « questions fondamentales de l’enseignement moral de l’Église », à la lumière du CEC, publié peu auparavant. En cause, les conceptions éthiques et anthropologiques de certains théologiens, en opposition systématique avec le Magistère de l’Église, déclaré incompétent en matière morale. Bref, il s’agissait d’une véritable crise : « Jean-Paul II savait que l’homme de notre temps était sensible au mystère de sa liberté et qu’il avait bien du mal à comprendre que la liberté devait être dans la vérité. » (P. Bernard). Le philosophe et théologien moraliste qu’était le Pape voulait, par cet acte du Magistère ordinaire (qui demande, d’après LG 25, un « assentiment religieux de la volonté et de l’intelligence »), redonner les fondements mêmes de la théologie morale.

Brèves 

Béatification d’Adèle de Batz

Trois jours de fête ont été organisés par le diocèse d’Agen en l’honneur de Mère Marie de la Conception (dans le siècle, Adèle de Batz de Trenquelléon), à l’occasion de sa béatification, le 10 juin dernier, présidée par le card. Amato (congrégation pour la cause des saints), en présence du nonce, Mgr Ventura, et du card. Sarah. Née en 1789, Adèle a fondé l’Institut des filles de Marie (ou Filles de Marie Immaculée ou sœurs marianistes), en 1816, en lien avec le père Chaminade, fondateur des Marianistes en 1817.

Causes françaises

Le 8 juin, un décret reconnaissait le martyre du P. Gabriel Longueville, prêtre ardéchois en fidei donum en Argentine, assassiné en 1976 en haine de la foi.

Le P. Jean-Baptiste Berthier (1840-1908), prêtre Missionnaire de Notre-Dame de La Salette et fondateur des Missionnaires de la Sainte Famille, a été déclaré vénérable.

Nominations

Le pape François a nommé Mgr Matthieu Rougé, curé de Saint-Ferdinand des Ternes à Paris, évêque de Nanterre, pour y succéder à Mgr Aupetit.

Mgr François Jacolin, évêque de Mende depuis 2007, a été nommé par le Pape sur le siège de Luçon, vacant depuis plus de sept mois. Il y succède à Mgr Castet, démissionnaire pour « raisons de santé », et sera installé le 15 juillet. Mgr Jacolin est lié à la Vendée par son passé de Missionnaire de la Plaine et de Sainte-Thérèse, congrégation fondée en 1928 pour l’évangélisation de la plaine de Luçon, où il fit sa profession perpétuelle en 1987 et dont il fut supérieur. C’est selon sa devise épiscopale – Par la confiance et par l’amour – qu’il devra faire régner la concorde dans son nouveau diocèse (neuf fois plus peuplé que le précédent, mais au même passé chrétien florissant).

Canberra à l’assaut des confessionnaux

L’assemblée législative du territoire de Canberra a élargi (à dater du 31 mars 2019) aux aveux entendus en confession, l’obligation de signaler les cas de pédophilie, au mépris du secret de la confession auxquels les prêtres sont tenus sous peine d’excommunication, en vue du bien des âmes. Cette loi est une atteinte à la liberté de l’Église, donc à la laïcité ; elle s’avèrera inefficace puisqu’elle ne fera qu’empêcher les aveux déjà rares des agresseurs, et ruinera la confiance des fidèles dans le sacrement de Pénitence. L’État n’a donc rien à y gagner, les âmes tout à y perdre. « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac, 5, 29), dût-il s’ensuivre une persécution… St Jean Népomucè, priez pour nous!

La culture de mort progresse, La Croix approuve

L’Irlande, après un septième et – il est à craindre – dernier référendum, a cédé devant l’esprit du monde et une nouvelle campagne de mort, financée à hauteur de 80 M€ par George Soros (photo), promoteur international de l’avortement. Elle a aboli l’amendement de sa Constitution qui affirmait l’égale valeur de la vie de l’enfant à naître et de celle de sa mère. L’affaire a rebondi en France, quand le quotidien catholique (sic) de référence (resic) s’en est réjoui et que le philosophe Thibaud Collin, pour avoir dénoncé une telle attitude, s’est vu privé de son blog, qu’hébergeait ledit quotidien. Il citait pourtant le pape François (et Vatican II), en qualifiant l’avortement de « crime abominable », qui tue les innocents par excellence : « Ils n’ont rien fait. Mais ils sont silencieux. Ils n’organisent pas de référendums ‘démocratiques’. […] Cette illusion de croire que l’on peut négocier ce qui n’est pas négociable, ce vichysme mental, éclate dans l’argument central du texte : ‘On sait bien que la vie, n’est pas un phénomène physique, comme semblait le dire la Constitution irlandaise qui mettait un signe strict d’égalité entre une vie déjà là, celle de la mère, et une vie en devenir.’ D’où La Croix tire-t-elle ce savoir ? Certes pas de l’Évangile ni de l’enseignement constant de l’Église. […] L’enfant à naître n’est-il pas lui aussi ‘déjà là’ ? »

En Irlande, la voix d’un abbé bénédictin s’est élevée pour déplorer « l’apostasie nationale » d’un peuple, qui, en reniant le Préambule de sa Constitution (« Nous, peuple de l’Irlande, reconnaissant humblement toutes nos obligations envers Notre-Seigneur Jésus-Christ… ») a « [tué] l’âme de l’Irlande » : « Parmi ceux qui ont voté « oui », le plus grand nombre a été baptisé et marqué du sceau du Saint-Esprit par la confirmation. Parmi eux se trouvent des gens (et je le dis avec crainte et tremblement) qui oseront se présenter à la Sainte Communion aujourd’hui. Pour ceux-ci, je ne peux que répéter ce que dit  l’Apôtre : ‘Quiconque mangera ce pain, ou boira le calice du Seigneur indignement, sera coupable du corps et du sang du Seigneur.’ […] »

Christianisme et Franc-maçonnerie

Fin mai, les évêques de Côte-d’Ivoire ont publié une lettre pastorale rappelant l’incompatibilité entre la franc-maçonnerie et la foi catholique. La Franc-maçonnerie est fondée sur le principe du relativisme, ce qui s’oppose à la vérité de la foi. D’autre part, les francs-maçons n’admettent que la croyance en un « Grand architecte de l’univers » (déisme). Jésus n’est donc évidemment pas Dieu et l’homme n’a donc pas à attendre de salut en dehors de lui-même. Enfin, les pratiques maçonniques sont sous le sceau du secret.

En cela, les évêques ivoiriens ne font que rappeler l’enseignement constant de l’Église depuis la bulle In eminenti du pape Clément XII en 1738, jusqu’au Code de droit canonique de 1983 : « leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Église. […] Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion » (card. Ratzinger). Tout en appelant les maçons à la pénitence et en s’engageant à les « accueillir à bras ouverts », ils soulignent l’importance de la catéchèse, de la formation, et de la solidarité comme rempart contre la tentation d’adhérer à une loge maçonnique pour se créer un réseau ou faire carrière.