Actualités… actualités… actualités… actualités… actualités…

Saints et saintes de Dieu, bénissez-Le !

Anna Kolesarova a été béatifiée le 1er septembre comme martyre de la pureté, morte « en haine de la foi », en Slovaquie, « pour avoir résisté à ceux qui voulaient violer sa dignité et sa chasteté » (P. François), à l’âge de 16 ans, le 22 novembre 1944. « Jésus, Marie, Joseph, je vous rends mon âme » furent ses derniers mots, face au soldat soviétique qui l’abattait de deux coups de fusil. Morte en « sacrifice de la sainte chasteté », elle est un modèle pour les jeunes, « afin qu’ils redécouvrent la beauté d’un véritable amour et de la valeur de la vertu de pureté dans leur vie «  (P. Ondrej, postulateur)

Dix-neuf martyrs d’Algérie, dont Mgr Pierre Claverie et les sept moines de Tibhirine assassinés en 1997, seront béatifiés le 8 décembre prochain à Oran, par le cardinal Becciu, préfet de la congrégation pour la cause des saints.

Le 9 septembre était béatifiée à Strasbourg Mère Alphonse-Marie Eppinger (photo), fondatrice de la congrégation des sœurs du Très Saint Sauveur. Née le 9 septembre 1814, Élisabeth profita d’une longue maladie pour grandir dans une profonde intimité avec Dieu ; elle comprend en même temps que les souffrances peuvent faire obstacle à la rencontre des hommes avec Dieu, c’est pourquoi elle fonde, en 1848, une communauté religieuse pour s’occuper des pauvres, des malades, des enfants abandonnés… Mère Alphonse-Marie meurt en 1867. Elle avait pour devise : « Tout pour Dieu et le salut des âmes. »

Gynécologue pour la vie

Le 11 septembre dernier, le Docteur Bertrand de Rochambaud, président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France (Syngof), a annoncé qu’il refusait désormais de participer à des avortements. Il a expliqué : « Moi, je fais un métier avec mes tripes. Je me lève à n’importe quelle heure. La nuit, je fais des opérations très difficiles, avec mes tripes. Et donc aux choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus. » Il a ajouté également : « Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. »

La journaliste qui l’interrogeait lui fit alors remarquer : « Ce n’est pas un homicide de faire une IVG. » Le gynécologue lui a répondu clairement : « Si, madame. » Il a ensuite invoqué la clause de conscience qui protège sa décision. Ses propos courageux ont été critiqués par la ministre de la santé… et salués par les associations de défense de la vie.

PMA pour tous ?

Après les états généraux de la bioéthique, le CCNE (Conseil consultatif national d’éthique) vient de rendre son rapport très attendu. Comme on pouvait s’y attendre, il s’est prononcé prudemment pour l’extension de la ‘Procréation médicalement assistée’ pour les paires d’homosexuelles. Le Conseil national de l’ordre des médecins avait par ailleurs déclaré il y a quelques jours que « l’éthique et la déontologie médicales ne sauraient permettre de s’opposer à cette demande sociétale ».

Monseigneur Aupetit (photo), archevêque de Paris, interrogé il y a quelques jours sur RTL, a expliqué pourquoi l’Église s’oppose à cette pratique : « Notre réponse est non, parce que la PMA ne nous paraît pas adéquate pour l’enfant qui va venir sous cette forme-là. »

La présidente de La Manif Pour Tous, Ludovine de la Rochère, a appelé le Président de la République à renoncer à la PMA sans père, et annoncé une « mobilisation immense » si un texte permissif était adopté en force.

« Celui qui fait la vérité vient à la lumière »

« L’Église a besoin de purification. La purification est toujours douloureuse. » (Mgr Cordileone)

« L’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur terre dévoilera le ‘’mystère d’iniquité’’ sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité » (CEC 675). Rappelée par Mgr Gänswein (photo), secrétaire personnel de Benoît XVI, le 12 septembre, cette prophétie s’avère terrifiante d’actualité.

Les scandales révélés ont été très nombreux ces dernières semaines : Irlande, Allemagne, Pennsylvanie… Interrogé sur ces scandales, Monseigneur Michel Aupetit, archevêque de Paris, a déclaré: « Quand il y a un abcès dans un corps, il faut absolument donner un coup de bistouri et vider le pus complètement. Et je pense que c’est ce qu’on va faire. Dans la Bible, quand Dieu révèle le péché, ce n’est pas pour humilier, mais pour convertir radicalement. Il faut qu’on se convertisse radicalement.

La très grande majorité des cas recensés sont des délits d’homosexualité. Rappelons ce que stipule le droit de l’Église : « Le clerc concubin (…) et le clerc qui persiste avec scandale dans une autre faute extérieure contre le sixième commandement du Décalogue, seront punis de suspense, et si, après monition, ils persistent dans leur délit, d’autres peines pourront être graduellement ajoutées, y compris le renvoi de l’état clérical. » (Canon 1395 §1).

Que faire dans pareille tempête ? La fidélité à la Vérité est incontournable. Dans notre Église bien-aimée, le salut ne peut venir que de la prière humble et confiante au Cœur immaculé de Marie.