Attention, piquants !

«  Les épines, ça ne sert à rien, c’est de la pure méchanceté de la part des fleurs ! » Pas si sûr !

Bonjour à tous et bienvenue sur In Altum ! Vous rejoignez Jips, l’araignée-espion qui travaille pour ce grand journal depuis pas mal de temps…

Aïe aïe aïe ! Orties, ronces, rosiers, épines noires : vous en avez marre de ces saletés d’épines et vous vous demandez à quoi elles servent ? Lisez plutôt…

Souvent on se demande pourquoi le Bon Dieu a créé des « trucs qui piquent ». Si le sol produit des épines, ne serait-ce pas une conséquence directe du péché de l’homme ?

Force est de constater qu’une des caractéristiques de la nature est que chaque espèce tend à assurer sa subsistance, tout en y gardant la place qui lui est propre dans l’ensemble. Le côté piquant des plantes peut nous aider à le comprendre…

En effet, les épines permettent d’abord aux plantes de se protéger de leurs prédateurs, mais pas seulement. Semeuses de graines, irrigation automatique, boucliers anti-prédateurs, diffuseurs d’odeur, distributeurs de nectar, les épines ne servent pas qu’à faire râler les impatients. Grâce à elles, les graines s’agrippent aux poils des animaux ou à la peau d’autres spécimens, les plantes grimpent des parois escarpées et, dans les régions arides, les piquants des plantes jouent un rôle de conservation de l’humidité des feuilles, voire captent carrément les gouttelettes de brouillard en les condensant et en les recueillant grâce à des poils situés à leur base. Tout ça pour la survie des plantes et pour leur propagation !

Non non, un regard plus large nous permet de constater que les épines et les plantes épineuses ont bien leur place dans la Création. Tenez, prenons l’exemple de l’épine noire, buisson très répandu qui occupe rapidement les friches agricoles. En fait, elle prépare la place à la reforestation. En effet, ces broussailles, tout en rendant la place inaccessible pour bon nombre d’espèces, permettent toutefois aux oiseaux d’y nicher et, plus important encore, d’y semer les graines qu’ils ont l’habitude de véhiculer. Les plants naissants ne seront pas mangés par les mammifères (rongeurs, chevreuils, etc.), et auront en même temps assez de lumière pour grandir, percer la muraille épineuse et se développer tranquillement par la suite. Les anciens l’avaient bien compris, qui appelaient l’épine noire « mère du bois » !

Et d’après vous, pourquoi faut-il se piquer les mains pour ramasser les châtaignes ? Foi de théorie é-jipsienne, sans cette protection, vous n’auriez plus rien à ramasser, parce que vu le nombre de bestioles qui raffolent aussi de ces fruits, vous pourriez toujours courir les bois ! Seulement voilà, la nature vous en a laissé quelques-unes de côté… histoire que vous en profitiez aussi… et que vous participiez, vous aussi, mine de rien, à la dispersion de ces précieuses semences.

Élargissez votre regard et rendez-vous à l’évidence qu’il n’y a pas que les plantes qui ont eu cette idée, inscrite en elles pour ainsi dire ! Hérissons, oursins, guêpes et autres trucs piquants, l’ont aussi eue, à croire qu’elles ont le même Créateur !…

Allez à+ sur In Altum !

Jips (Jipsou pour les intimes)