Cette année : la doctrine sociale de l’Église

Ce mois-ci : la famille, cellule de base de la société

Comment l’Église considère-t-elle la famille ?

Éclairée par l’Écriture sainte, l’Église a toujours souligné le caractère central de la famille pour la personne et pour la société. Jésus, Verbe fait chair, a voulu naître dans une famille et sanctifier la vie de famille. Il a donné une dignité sublime au mariage en l’élevant au rang de Sacrement. C’est pourquoi, l’Église définit la famille comme une « intime communauté de vie et d’amour », où les parents ont la mission d’annoncer la foi et de servir la vocation propre de chacun de leurs enfants.

L’Église soutient les familles, mais aussi reçoit d’elles pour grandir dans la fidélité à l’appel de Dieu : « Grâce à la charité de la famille, l’Église peut et doit assumer une dimension plus familiale, en adoptant un style de relations plus humain et plus fraternel. » (Jean-Paul II, Familiaris consortio, n°64.)

Le Sacrement du mariage a-t-il encore du sens aujourd’hui ?

Le fondement de la famille réside dans la libre volonté des époux de s’unir en mariage, dans le respect des significations et des valeurs propres à cette institution, qui ne dépend pas de l’homme, mais de Dieu. Le lien sacré du mariage se fonde sur l’amour conjugal, il s’exprime  par un don exclusif et total de l’homme et de la femme.

De nos jours où la famille est tellement attaquée et l’amour humain souvent défiguré, la grâce du Sacrement du mariage est très importante ! Elle donne aux époux la force nécessaire pour vivre leur vocation d’époux et de parents avec fidélité. La grâce sacramentelle purifie, élève et soutient l’amour naturel des époux.

Quel est le rôle de la famille et quel est son lien avec la société ?

La doctrine sociale de l’Église rappelle que c’est dans la famille que l’enfant apprend à discerner le bien et le mal, que lui sont inculquées les valeurs morales et qu’il découvre le patrimoine culturel et religieux de sa nation. La famille fondée sur le mariage indissoluble, « crée un milieu de vie dans lequel l’enfant peut (…) épanouir ses capacités, devenir conscient de sa dignité et se préparer à affronter son destin unique et irremplaçable » (Encyclique Centesimus annus de Jean-Paul II). 

Il est important que la priorité de la famille sur l’État et la société soit affirmée puisqu’elle est la « première cellule vitale de la société, titulaire de droits propres et originels ». L’État doit donc défendre le noyau familial par des lois justes, sinon c’est la vie en société elle-même qui se détruit. La famille est le premier lieu de l’apprentissage de la solidarité et de l’amour. C’est pourquoi, elle est aussi protagoniste de la vie sociale.

Quelle est la mission des parents auprès de leurs enfants ?

La mission des parents dans l’éducation des enfants à la vraie liberté et à la responsabilité est si importante qu’il est très difficile d’y suppléer lorsqu’ils ne la remplissent pas. L’Église rappelle que c’est dans cette tâche d’éducation que l’amour des parents trouve sa pleine réalisation. Elle souligne aussi que les parents ont le droit-devoir de donner une éducation religieuse ainsi qu’une formation morale à leurs enfants.