Actualités… actualités… actualités… actualités…

Incendie de Notre-Dame de Paris: la Croix demeure

Nous avons tous été bouleversés par le terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril dernier. Le Père Fournier, aumônier des pompiers de Paris, a pu sauver une partie du patrimoine artistique et surtout les trésors spirituels de Notre-Dame : la Couronne d’épines de Notre-Seigneur, un Clou, des morceaux de la Sainte Croix, la tunique de Saint Louis… Et une partie de la Réserve eucharistique – à l’autel de Saint Georges – : « Nous trouvons les clés. Je récupère Jésus. Et je bénis avec le Saint Sacrement la cathédrale. C’est un acte de foi. Je demande à Jésus – que je crois réellement présent dans ces hosties – de combattre les flammes et de préserver l’édifice dédié à sa Mère. Cette bénédiction coïncide avec le début d’incendie dans la tour nord. Et en même temps son extinction ! Sans doute la Providence… » (www.famillechretienne.fr) On a également retrouvé le coq de la flèche, protégé par sa précieuse charge : des reliques de Sainte Geneviève, de Saint Denis et de la Couronne d’épines.

Beaucoup ont vu dans ce désastre un signe, un poignant appel à la conversion qu’une Mère lance à ses enfants de France, une invitation pressante – au début de la Semaine sainte – à se recentrer sur la Croix (quelle leçon que cette Croix lumineuse surgissant des décombres ténébreux !), et une formidable occasion d’évangélisation, saisie dès le Chemin de Croix du Vendredi saint, qui a eu lieu dans les rues de Paris, tous haut-parleurs proclamant la foi de l’Église et l’amour de Dieu à qui voulait les entendre. L’évangélisation passe aussi par la prise de conscience de cette folie qui consista à « construire une cathédrale qui est l’écrin d’un simple morceau de pain, d’une goutte de vin. […] La folie, c’est de mettre son intelligence au service de l’amour. » s’est exclamé l’archevêque de Paris. « Je suis certain que ce n’est pas seulement la cathédrale qu’on va relever, c’est toute l’Église ! Les chrétiens vont se souvenir de leur baptême. »

La phrase du mois : « Quelle est la différence entre un tas de pierres et une cathédrale ? C’est la même différence qu’entre un amas de cellules et une personne humaine. »

Monseigneur Aupetit, archevêque de Paris,

Homélie de la Messe chrismale en l’église Saint-Sulpice, le 17 avril 2019

Merci Benoît XVI ! 

Le 11 avril, Benoît XVI a publié un texte important pour contribuer à la lutte contre les abus sexuels. Plusieurs points de son intervention ont été accueillis par des hauts cris médiatico-ecclésiastiques : la mise en cause de la révolution sexuelle de mai 1968 dans le rejet de la morale (y compris dans l’Église : voir le refus de Veritatis splendor) et la légitimation de la pédophilie, le lien entre homosexualité et pédophilie, la pédophilie comme conséquence d’une perte de la foi…

Le Pape émérite aurait souhaité que ses « notes » soient mises à disposition des participants au sommet sur la pédophilie au Vatican. À défaut, il les a publiées, avec l’accord de François. Ce sont onze pages claires, étayées et concrètes qu’il offre ainsi à la réflexion des catholiques.

Les critiques ne manquèrent pourtant pas, lui reprochant sa « misère intellectuelle » (sic), de ne pas davantage parler des victimes, voire tout simplement de s’exprimer. Quand ils n’insinuent pas carrément qu’il serait sénile, manipulé ou impotent…

Le card. Müller a répondu énergiquement aux détracteurs de Benoît XVI : « Ces gens […] parlent de renouveau et de réforme de l’Église, mais n’ont en tête que l’adaptation à leur propre état de décadence. » « Ce n’est pas la modernisation, c’est la mondanisation de l’Église. » « L’infâme refus de Dieu qui s’expose ainsi est à son comble lorsqu’on se sert du crime et du péché mortel constitués par l’abus sexuel de jeunes mineurs pour couvrir la bénédiction des actes homosexuels entre adultes, pour ridiculiser le célibat des prêtres et les vœux des religieux et banaliser les péchés contre l’indissolubilité du mariage. » Quant à « l’évêque Ratzinger, [il] n’a pas seulement le droit mais aussi le devoir, par droit divin, de parler et de témoigner de la vérité révélée, » en tant qu’évêque. « C’est l’analyse la plus approfondie qui soit de la genèse de la crise de crédibilité de l’Église en matière de morale sexuelle […]. »

Brèves

  • Une fois de plus, Vincent Lambert est condamné à mort : le 24 avril, le Conseil d’État a jugé légal l’arrêt des traitements le concernant. Me Jean Paillot s’insurge contre cette « euthanasie par omission », qui ne fait aucun cas du rapport d’expertise de 2018 qui affirme que « l’alimentation et l’hydratation entérales de Vincent Lambert ne constituent pas en l’état actuel un traitement relevant de l’obstination déraisonnable ». Bref, « on décide de mettre fin à la vie d’un patient handicapé pour la seule raison qu’il est handicapé ».
  • Depuis l’accession au pouvoir du maréchal al-Sissi, soit en moins de trois ans, plus de neuf cents églises chrétiennes construites sans autorisation ont été régularisées par le gouvernement égyptien, sans compter les nouvelles autorisations accordées. Cela met les lieux de culte – et, par conséquent, les chrétiens – à l’abri de violences islamistes ‘légales’.
  • L’État islamique a encore frappé, au Sri Lanka, où vivent 1,4 millions de chrétiens., tant tamouls que cinghalais. Les terroristes ont choisi la Vigile pascale pour accomplir leur œuvre diabolique. 253 personnes y ont à ce jour trouvé la mort. « Nous suivons l’exemple du Christ sur la Croix » a témoigné  le card. Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo.
  • Le gouvernement biélorusse a fait détruire les soixante-dix croix de Kourapaty (photo), près de Minsk, croix qui commémorent les dizaines de victimes, notamment chrétiennes, du régime communiste, massacrées entre 1937 et 1941, et enterrées là. Les Églises catholique et orthodoxe sont consternées par une telle décision, où la mesquinerie politique n’est pas absente.
  • La campagne 40 jours pour la vie a permis, grâce à la prière et au jeûne de centaines de milliers de participants, de sauver au moins 622 vies de l’avortement au cours de ce Carême 2019.
  • Mgr de Moulins-Beaufort, ancien évêque auxiliaire de Paris, archevêque de Reims depuis octobre dernier, a été nommé président de la Conférence des évêques de France, lors de leur dernière assemblée à Lourdes. Il prendra ses fonctions le 1er juillet, à la place de Mgr Pontier.
  • Le 1er avril dernier, Mgr de Romanet, évêque aux Armées, a béni une statue de Notre-Dame des Forces Spéciales, pour accompagner nos troupes d’élite (parachutistes, nageurs de combat…) sur le terrain. Conçue pour résister aux chocs, cette Vierge pèlerine en résine a commencé à assurer sa maternelle présence au Mali.