Les 12 "erreurs" au 20 heures de TF1

Publié le par

Les 12 "erreurs" au 20 heures de TF1

Mardi 25 avril, au journal de 20 heures de TF1, a été diffusé un reportage sur le projet de construction de la Famille Missionnaire de Notre Dame, à Saint Pierre de Colombier. Petit tour d’horizon de douze « erreurs » contenues dans ces cinq minutes de télévision…

-1-

La manifestation contre le projet fait l’objet d’un traitement fort complaisant – et peu objectif. Outre qu’il n’est pas mentionné que cette manifestation a eu lieu un samedi saint, veille de Pâques, et a affiché des revendications nettement anticléricales, on ne voit aucune image des banderoles provocatrices (par exemple « Dieu est mort – incestes ≠ insectes »), ou politiques (CGT, Libre pensée…). Par ailleurs, il est dommage que TF1, qui était présent à Saint Pierre de Colombier ce jour-là pour filmer les opposants, n’ait pas daigné venir filmer les 600 personnes présentes à la Messe du soir de la veillée pascale…

- 2 -

Une gigantesque église « en plein cœur du village » ? Précisément le but du projet est de se mettre en périphérie du village, afin de ne pas gêner. Il apparaîtra d’ailleurs assez clairement une minute plus tard, lorsqu’on voit sur les images de synthèse le projet « sortir de terre », qu’il n’est vraiment pas « au cœur du village », mais bien en périphérie.

- 3 -

La personne très émue qui s’exclame (à 0’30) : « quand je vois ça, ça me désole », semble se désoler du projet… En réalité, ce cri du cœur est exploité de façon très ambigüe, alors qu’il concluait une longue et belle déclaration de cet habitant du village, né sur place, qui se désole de l’ambiance délétère qui règne dans le village après toutes les divisions créées par les opposants au projet.

- 4 -

Une personne (qui n’habite pas la vallée) s’inquiète de la consommation d’eau… Il s’agit, évidemment, d’une question qui est l’une des premières à être étudiées par les services de l’Etat et les services des eaux, dès le début de l’instruction d’un permis de construire ! Cette question a donc été étudiée en amont, par les instances compétentes.

- 5 -

Les crapauds écrasés sur la route… Au-delà de la mise en scène artificielle du crapaud trouvé instantanément dans le fossé (!), il s’agit là d’un mensonge grossier : tous les habitants de la vallée peuvent témoigner que de nombreux crapauds ont toujours été écrasés sur cette route au moment de la migration. La « barrière blanche » provisoire non seulement n’est pour rien dans ce phénomène, mais fait au contraire partie des mesures de protection préconisées par le bureau d’études pour orienter les crapauds vers la rivière. Un dispositif évitant l’écrasement des crapauds avait été étudié en 2012, mais il incombait au Département (il s’agit d’une route départementale) ; or devant les coûts du projet, le PNR n’avait pas obtenu les subventions…

- 6 -

M. Pierrot Pantel (condamné pour diffamation dans une autre affaire par la Cour d’appel de Paris il y a quelques semaines), prétend que la Congrégation aurait fourni « deux études », qui seraient « quasiment identiques ». L’État aurait donc accepté une tromperie de ce genre ? Et le Tribunal administratif de Lyon, qui a rejeté le référé des opposants au motif qu’il n’y a pas de « doute sérieux quant à la légalité de l’arrêté » du Préfet, aussi ? Or précisément, il y a des éléments nouveaux dans la seconde version de l’étude (car il s’agit bien de la même étude, affinée et précisée). Si l’on regarde de plus près ces images ci-dessous (qui passent très vite dans le reportage), même si l’on vous dit qu’il n’y a que la couleur qui a changé et qu’on ne met le doigt que sur cela, on voit très bien que l’étude n’est pas identique, et qu’il y a des précisions nouvelles dans la colonne de droite :

- 7 -

Il est affirmé que Claude Minjoulat-Rey serait « membre de la Famille Missionnaire de Notre Dame ». Il semble que l’intéressé avait clairement précisé au journaliste qu’il n’en était rien… M. Minjoulat-Rey est marié et père de famille. Il n’est donc évidemment pas membre de la Communauté, qui ne compte que des religieux.

- 8 -

M. Daniel Calichon se plaint que des maisons appartenant à la Communauté seraient presque toujours fermées… Dommage que TF1 n’ait pas filmé ces maisons lors de leur passage la semaine précédente, car les maisons étaient ouvertes ! Elles ont d’ailleurs été bien rénovées par la Communauté, et personne ne voulait les acheter… D’autre part, M. Calichon, qui se plaint que la Communauté achète des maisons, oublie de préciser que son propre frère a voulu vendre une de ces maisons à la Communauté, et que tous les deux sont venus ensemble faire les démarches auprès des supérieurs pour que la Communauté l’achète. Ainsi, Daniel Calichon a été furieux contre le Père Bernard parce que la Famille Missionnaire de Notre Dame n'a pas accepté d'acheter la maison de ses parents... Finalement, elle a pu être vendue à une famille d’un membre de la Communauté…

- 9 -

La communauté vivrait, selon M. Calichon, en « totale autarcie ». Comment expliquer que plus de 40 entreprises ardéchoises aient déjà été impliquées depuis le début du chantier si la Communauté vit en « totale autarcie » ? Comment expliquer que tant d’acteurs économiques locaux soutiennent un projet qui n’aurait aucune retombée économique pour eux ? La communauté et ses amis qui viennent régulièrement participent à la vie économique de la vallée et contribuent à faire vivre les commerces locaux.

- 10 -

Dans le presbytère seraient logés 118 personnes ! En réalité, le « 65 rue du village » ne représente pas seulement le presbytère (il suffit de consulter le cadastre), mais comprend plusieurs bâtiments qui, curieusement, n’ont pas été filmés… Quelle institution possédant plusieurs bâtiments aurait une adresse pour chaque bâtiment ?!

- 11 -

Lorsque M. Calichon montre le constat d’huissier en affirmant que l’huissier n’a trouvé que 35 personnes, c’est une manipulation des chiffres. Outre qu’il omet de préciser qu’il a perdu ses 98 recours, M. Calichon ne précise pas non plus que sur 118 votants de la Communauté, il n’en a attaqué « que » 98. L’huissier de justice n’a donc pas trouvé seulement 35 personnes, mais, comme il est écrit dans son rapport : « Je rencontre donc un total de 35 personnes sur le total de la liste communiquée par le requérant. » (On le voit nettement sur l’image ci-dessous, qui est bien celle de TF1, mais que l’on n’a pas le temps de lire intégralement pendant le reportage). On y a, étrangement, surligné seulement le nombre 35, et on n’a pas le temps de lire la suite ! Il y avait donc ce jour-là au moins 55 des électeurs présents à Saint Pierre de Colombier.

- 12 -

A la fin du reportage est évoqué le rapport de la Miviludes au sujet de prétendues dérives sectaires. On a « oublié » de préciser que ce rapport est établi à partir de témoignages anonymes, et qu’aucun membre de la communauté n’a été contacté par cet organisme ! Par ailleurs, on n’a pas jugé bon de souligner que des membres de la Communauté, et plusieurs de leurs familles, ont contesté ces allégations, et l’ont fait, eux, sans anonymat, et dans la presse. D’ailleurs, plusieurs parents de religieux ont été interviewés par le journaliste sur la passerelle du site et ont témoigné de l’injustice que représentent à leurs yeux les accusations portées contre la Communauté et qui concernent directement leurs enfants ; curieusement, rien n’en a été diffusé !

Bref… En 5 minutes, les téléspectateurs auront entendu 12 informations erronées, ou pour le moins des raccourcis très tendancieux… La Famille Missionnaire de Notre Dame y est aussi qualifiée, sans le commencement d’une explication, d’« ultraconservatrice ». Peut-être est-ce simplement parce qu’elle est catholique ? Quoi qu’il en soit, la Communauté remercie les personnes qui la soutiennent, et entend poursuivre paisiblement sa mission au service de l’Église.

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juin 2023 : Caritas in veritate
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers