Avril 2021 : Mourons avec Jésus au péché et vivons en Dieu avec Lui !

"Mourons avec Jésus au péché, et vivons en Dieu avec Lui !"

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Nous voici entrés dans le Grand Triduum, sommet de l’année liturgique. Ne nous laissons pas décourager par les évènements actuels du monde et de l’Eglise. Nous ne pouvons pas, certes, rester indifférents devant les détresses de tant de nos contemporains. Beaucoup d’entre vous souffrent de solitude en ces temps de confinement et de couvre-feu. Les démons cherchent à faire perdre la Foi, l’Espérance et la Charité. Résistons-leur et que les grâces de ce Triduum nous rendent plus forts, plus fidèles, plus aimants, plus jeunes de cœur et d’esprit.

Puissent ces Jours Saints nous aider à mieux comprendre ce qu’est le péché pour Dieu, mais aussi et surtout ce qu’est la Folie d’Amour de Dieu. Ce n’est pas pour rire que Jésus nous a aimés, disait Mère Marie-Augusta à la suite de Sainte Angèle de Foligno.

Notre monde justifie le péché et appelle le mal ‘bien’. Saint Jean-Paul II s’était énergiquement élevé contre cette grave déformation des consciences. Un mal légalisé ne peut pas devenir un bien. Redisons encore que l’avortement, l’euthanasie, l’adultère et d’autres péchés condamnés par la Loi de Dieu seront toujours des maux, que la Loi naturelle et notre conscience morale nous interdisent d’accomplir. Aucun gouvernement ne peut changer la Loi naturelle dont le fondement est Dieu. En ce Saint Triduum 2021, prenons la décision ferme de mourir au péché avec Jésus et de vivre pour Dieu. Nous connaîtrons alors la vraie joie, la joie de Dieu, et nous la rayonnerons.

Le chrétien, redisons-le encore, n’est pas l’homme ou la femme du « non », de « l’interdit », de « la crainte ». Il vit dans le souffle de l’Esprit, il est l’homme ou la femme du « oui » à Dieu, du « oui » à Sa Loi d’Amour !

Vous avez eu connaissance du communiqué de presse de notre évêque, signé le 18 mars 2021. Beaucoup parmi vous en ont été troublés. Je vous cite ce que j’ai dit à la fin de la Messe du dimanche 21 mars 2021 : « Ces deux derniers jours, il y a eu beaucoup d’articles de journaux parlant du Site Notre-Dame des Neiges. Nous ne ferons pas de nouveau communiqué. Il n’est plus l’heure de communiquer, il est l’heure de la contemplation de Jésus. Simplement, je dirais, pour ceux de nos amis qui auraient pu être troublés, que nous n’avons jamais désobéi à Monseigneur Jean-Louis Balsa en ce qui concerne le Site Notre-Dame des Neiges, et que nous ne construirons pas la chapelle du Cœur immaculé de Marie tant que nous n’aurons pas l’autorisation écrite de l’évêque de Viviers. Nous nous confions à la divine providence». J’ajoute à cette déclaration que nous avons évité de faire appel auprès de la Signature Apostolique par respect pour l’autorité de notre évêque. J’espère que ces mots vous apaiseront et vous redonneront confiance. Ce projet n’est pas mon projet, ni le projet des membres de notre Famille religieuse, mais le projet de nos Fondateurs. Ce que Dieu veut se réalisera comme Il le veut, quand Il le veut, de la manière qu’Il le veut. Soyons confiants et aimants.

Prière d'introduction

Viens Esprit Saint… St Joseph, St Jean-Paul II, vénérable Jérôme Lejeune, Bse Pierrine, Ste Julie, St Vincent Ferrier, Mère Carla-Elena, Bse Marie-Assunta, Ste Lidwine, St Stanislas, Ste Gemma, Ste Katéri, Ste Thérèse des Andes, St Damien, Bse Marie-Gabrielle, Ste Marie-Euphrasie, St Marc, St Georges, St Rafaël, Ste Catherine de Sienne, Ste Zita, St Louis-Marie, Ste Gianna Molla, St Pierre Chanel, Sainte Catherine de Sienne, Saints Patrons et Saints Anges gardiens.

Effort

Dès notre réveil, disons à Jésus, notre Rédempteur : « Jésus, j’ai confiance en Toi ».

Parole de Dieu : Rm 6, 1-22

Vivons dans la confiance et le souffle de l’Esprit-Saint.

« Que dire alors ? Allons-nous demeurer dans le péché pour que la grâce se multiplie ? Pas du tout. Puisque nous sommes morts au péché, comment pourrions-nous vivre encore dans le péché ? Ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne.

Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous a été fixé à la croix avec lui pour que le corps du péché soit réduit à rien, et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché. Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui.

Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car lui qui est mort, c'est au péché qu'il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c'est pour Dieu qu'il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

Il ne faut donc pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs. Ne présentez pas au péché les membres de votre corps comme des armes au service de l’injustice ; au contraire, présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, présentez à Dieu vos membres comme des armes au service de la justice. Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu.

Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi mais à la grâce, allons-nous commettre le péché ? Pas du tout. Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice. Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis. Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.

J’emploie un langage humain, adapté à votre faiblesse. Vous aviez mis les membres de votre corps au service de l’impureté et du désordre, ce qui mène au désordre ; de la même manière, mettez-les à présent au service de la justice, ce qui mène à la sainteté. Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport aux exigences de la justice. Qu’avez-vous récolté alors, à commettre des actes dont vous avez honte maintenant ? En effet, ces actes-là aboutissent à la mort. Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus les esclaves de Dieu, vous récoltez ce qui mène à la sainteté, et cela aboutit à la vie éternelle. » (Rm 6, 1-22)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : fidélité à notre examen de conscience

Le démon sait l’importance de l’examen de conscience. L’une de ses premières tentations est de le faire supprimer. N’ayons pas peur de l’examen de conscience journalier par lequel l’Esprit-Saint nous permet de savoir si nous sommes morts au péché avec Jésus et vivants pour Dieu avec Lui. Soyons transparents avec Jésus avant de nous endormir : « voici notre journée, éclaire notre conscience, pardon pour ce qui T’a blessé, merci pour les grâces qui nous ont permis de ne pas chuter ! » 

2) Prévisions : prévisions liturgiques

Vivons de notre mieux le Triduum pascal, que plusieurs ou peut-être tous se préparent à vivre dans le confinement. Quelles que soient les difficultés, que ce Triduum soit vraiment le Sommet de notre Année liturgique. Le 11 avril, qui coïncide cette année avec l’anniversaire du rappel à Dieu de Mère Marie-Augusta, fêtons avec joie et confiance la divine Miséricorde. Préparons le dimanche des vocations, le 4e dimanche de Pâques 25 avril 2021.

3) Consigne spirituelle : Consigne spirituelle : « Mourons au péché et vivons en Dieu avec Jésus, mort pour nos péchés, et ressuscité pour nous faire participer à sa vie de Fils de Dieu »

L’extrait de la Parole de Dieu que nous avons choisi est un texte fondamental de Saint Paul, proclamé juste avant l’évangile de la vigile pascale. L’Eglise veut, par cette méditation, nous faire prendre conscience de la grandeur du mystère pascal et de la grâce du baptême. Puisse cette Consigne nous enthousiasmer avec Saint Paul, les Saints et les Anges : par le baptême, nous sommes devenus enfants de Dieu, frères et sœurs de Jésus, morts au péché avec Notre-Seigneur, et vivants en Dieu avec Lui !

Ecoutons l’Apôtre des Nations :

  • « Si nous sommes morts au péché, comment continuer de vivre en lui ? Ou bien ignorez-vous que, baptisés dans le Christ Jésus, c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle ».

Cet enseignement de Saint Paul est clair. Saint Jean-Paul II l’a rappelé dans Veritatis Splendor. Les commandements de Dieu, formulés sous forme négative, sont absolus. Ils ne souffrent d’aucune exception. Donc un baptisé, qui est mort au péché avec le Christ, ne peut pas continuer à vivre dans le péché. La crise de l’Eglise est grave. Ne nous laissons pas influencer par les théologiens qui ont refusé Humanae Vitae et Veritatis Splendor. Au numéro 80 de cette dernière Encyclique, St Jean-Paul II enseignait en citant St Paul VI : « Il n'est pas permis, même pour de très graves raisons, de faire le mal afin qu'il en résulte un bien (cf. Rm 3, 8), c'est-à-dire de prendre comme objet d'un acte positif de la volonté ce qui est intrinsèquement un désordre et par conséquent une chose indigne de la personne humaine, même avec l'intention de sauvegarder ou de promouvoir des biens individuels, familiaux ou sociaux ». Prenons la décision ferme et déterminée, avec la Grâce de Dieu, de ne pas vivre en état de péché mortel et d’aider nos frères et sœurs à mourir au péché avec Jésus.

  • « Notre vieil homme, écrit encore Saint Paul, a été crucifié avec lui, pour que fût réduit à l'impuissance ce corps de péché, afin que nous cessions d'être asservis au péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché »

En Ephésiens 4, 22sq, Saint Paul parle de l’homme nouveau que nous sommes devenus : « Il vous faut abandonner votre premier genre de vie et dépouiller le vieil homme, qui va se corrompant au fil des convoitises décevantes, pour vous renouveler par une transformation spirituelle de votre jugement et revêtir l'Homme nouveau, qui a été créé selon Dieu, dans la justice et la sainteté de la vérité. Dès lors, plus de mensonge : que chacun dise la vérité à son prochain ; ne sommes-nous pas membres les uns des autres ? Emportez-vous, mais ne commettez pas le péché : que le soleil ne se couche pas sur votre colère ; il ne faut pas donner prise au diable. Que celui qui volait ne vole plus ; qu'il prenne plutôt la peine de travailler de ses mains, au point de pouvoir faire le bien en secourant les nécessiteux».

Dans la lettre aux Hébreux, écrite par un disciple de Saint Paul, nous lisons : « si nous demeurons volontairement dans le péché après avoir reçu la pleine connaissance de la vérité, il ne reste plus pour les péchés aucun sacrifice, mais une attente redoutable du jugement et l’ardeur d’un feu qui va dévorer les rebelles. Si quelqu’un enfreint la loi de Moïse, c’est sans pitié qu’il est mis à mort sur la parole de deux ou trois témoins. Qu’en pensez-vous ? Ne sera-t-elle pas encore plus grave, la peine que méritera celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, tenu pour profane le sang de l’Alliance par lequel il a été sanctifié, et outragé l’Esprit qui donne la grâce ? » (He 10, 26-29).

Saint Augustin (SC 116) écrivait : « On ne peut douter qu'il leur donnera sa vie, puisqu'il leur a déjà donné sa mort. Pourquoi la faiblesse humaine hésite-t-elle à croire ce qui arrivera un jour : que les hommes puissent vivre avec Dieu ? Ce qui s'est déjà réalisé est encore beaucoup plus incroyable : Dieu est mort pour les hommes».

Emerveillons-nous devant ce mystère et ne restons jamais à terre, après avoir chuté, mais relevons-nous vite car Jésus est mort pour que nous mourions au péché et vivions en Dieu et pour Dieu.

  • « Le péché ne dominera pas sur vous : vous n'êtes pas sous la Loi, mais sous la grâce. Quoi donc ? Allons-nous pécher parce que nous ne sommes pas sous la Loi, mais sous la grâce ? Certes non ! Ne savez-vous pas qu'en vous offrant à quelqu'un comme esclaves pour obéir, vous devenez les esclaves du maître à qui vous obéissez, soit du péché pour la mort, soit de l'obéissance pour la justice ? Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice ».

Comprenons mieux en ce grand Triduum et pendant tout ce mois d’avril les grâces que Jésus nous a obtenues en nous libérant de l’esclavage de la chair, du péché et du démon pour être libres de la liberté des enfants de Dieu. Ne nous laissons pas déposséder de cette liberté !

  • « Aujourd'hui, libérés du péché et asservis à Dieu, vous fructifiez pour la sainteté, et l'aboutissement, c'est la vie éternelle. Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur ».

Saint Léon le Grand (Off. Lect. Noël) écrivait : « Rejetons donc l'homme ancien avec ses agissements, et puisque nous sommes admis à participer à la naissance du Christ, renonçons à notre conduite charnelle. Chrétien, prends conscience de ta dignité. Puisque tu participes maintenant à la nature divine, ne dégénère pas en venant à la déchéance de ta vie passée. Rappelle-toi à quel chef tu appartiens, et de quel corps tu es membre. Souviens-toi que tu as été arraché au pouvoir des ténèbres pour être transféré dans la lumière et le royaume de Dieu. Par le sacrement de baptême, tu es devenu temple du Saint-Esprit. Garde-toi de mettre en fuite un hôte si noble par tes actions mauvaises, et de retomber ainsi dans l'esclavage du démon, car tu as été racheté par le sang du Christ ».

Puisse le dimanche de Pâques, quelles que soient les conditions sanitaires de notre pays, de l’Europe et du monde, nous obtenir la joie pascale : en Jésus crucifié et ressuscité nous sommes participants de la nature divine, prenons conscience de notre dignité !

Notre Père Fondateur était aussi enthousiaste que Saint Léon le Grand, lorsqu’il parlait de la sainteté, du Ciel et de la vie éternelle. Mère Marie-Augusta, quant à elle, disait à ses enfants spirituels : « Ne croyons pas qu'il soit folie d'espérer et de vouloir être de grands saints. Nous les chéris, les bien-aimés, les privilégiés de Notre-Seigneur, souvenons-nous souvent de cette grave parole : "Il sera plus demandé à celui qui aura plus reçu" (Lc 12, 48). C'est pour nous, les choisis, qu'elle a été dite ; alors, attention. Dans l'esprit du Bienheureux La Colombière, prions le Cœur de Jésus : Ô Jésus, je sens en moi un grand désir de Te plaire et une grande impuissance d'en venir à bout sans une lumière particulière et le secours que je n'attends que de Toi. C'est à Toi de tout faire, mon Seigneur. Toi seul auras toute gloire de ma sanctification si je me fais sainte. Cela me paraît plus clair que le jour, mais ce sera pour Toi une grande gloire et c'est pour ça seulement que je veux désirer la perfection (cf. Offrande au Sacré-Cœur de Jésus du P. La Colombière) ». En avant pour la sainteté ! Ne nous contentons pas d’une vie médiocre. Jésus ressuscité nous appelle à être saints.

Mourir au péché, vivre en Dieu avec Jésus crucifié et ressuscité, voilà le meilleur remède à la crise sanitaire, morale, spirituelle de notre temps. Entendons encore Saint Jean-Paul II nous dire : « Levez-vous, allons ! ». Nos Père et Mère ajoutent : « Allez de l’avant dans vos découvertes de l’Amour ! »

Je vous invite encore, en ce temps pascal, à méditer la lettre aux Hébreux 12, 1-13. Saint Basile, dans la lecture patristique qui suivait pour l’Office de lecture du mardi saint, affirmait : «  Nous ne connaissons qu’un seul baptême qui donne le Salut, puisqu’il n’y a qu’une seule mort pour le rachat du monde et une seule résurrection des morts, et que l’une et l’autre sont figurées par le baptême »

4) Formation

Lisons le livre de l’Apocalypse en ce temps pascal.

Ne vous laissez pas déstabiliser par tous ceux qui disent recevoir des messages du Ciel, qui annonceraient malheurs sur malheurs. Il existe des vrais prophètes, mais il existe aussi une multitude de faux prophètes. Notre Pape François a souvent appelé au discernement. Notre Père Fondateur, comme Saint Padre Pio, prenait au sérieux certaines prophéties et révélations privées, mais en étant toujours prudent sur leur réalisation. Personne ne peut savoir par exemple quand aura lieu ‘l’avertissement’ annoncé par plusieurs, ou ‘l’illumination des consciences’. Nous ne nous tromperons pas en nous y préparant. Soyons prêts dans la confiance, la sérénité, la paix du cœur et la joie de Dieu. Ne soyons pas des prophètes de malheur, mais des disciples de Jésus, crucifié et ressuscité pour notre Salut. Rayonnons toujours et partout l’Amour de Dieu dans la Vérité.

5) Action

Notre zèle missionnaire doit décupler en ce temps où beaucoup de nos contemporains sont découragés, désabusés. Demandons à St François-Xavier, Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus, co-patronne des Missions, St Jean-Paul II, le grand Pape missionnaire, d’être d’ardents missionnaires de Jésus et de son évangile, à la suite de nos Père et Mère, par la prière, les mails, les courriers, le téléphone. Les Saints ont su s’adapter à toutes les situations et être créatifs.

6) Partage

Nous avons la joie de vous annoncer les vœux perpétuels de frères Jean-Daniel et Stanislas, le samedi 12 juin à 15 heures à Saint-Pierre-de-Colombier. Dans la prochaine consigne de cordée, nous vous annoncerons le nom des sœurs, qui feront leurs vœux perpétuels, le samedi 4 septembre 2021. Merci de bien les porter dans votre prière.

Je vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine et de tous nos frères et sœurs et je vous bénis affectueusement en vous remerciant de vos prières et de votre générosité. Nous vous souhaitons un mois d’avril, fécond spirituellement malgré les épreuves qui continuent. Les travaux sur le Site Notre-Dame des Neiges sont toujours arrêtés, mais ayons confiance. Ils reprendront. Pour le moment, continuons à prier, souffrir, offrir et garder comme Jésus le silence, sauf lorsqu’il faut rétablir la vérité car nous voulons suivre l’exemple de nos Fondateurs : laisser dire, laisser faire, mais ne pas laisser croire. Nous n’avons rien fait de frauduleux, ni dans nos relations avec l’Etat, ni dans nos relations avec notre évêque, Mgr Jean-Louis Balsa. Merci de vos prières et de vos dons généreux.

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

En ce mois d’avril, continuons sans nous lasser à implorer l’aide du Ciel pour la reprise des travaux. Un grand merci pour vos prières et votre soutien ! Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Avril 2021 : Mourir au péché et vivre en Dieu
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers