Mai 2021 : C'est l'heure de la persévérance et de la foi des saints !

"C'est l'heure de la persévérance et de la foi des saints !" (Ap 13, 10)

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Nous entrons dans le mois de Marie de l’année de la fidélité et du courage dans un contexte social et ecclésial bien difficile et tendu. Dans un tel contexte, il n’était pas facile de faire le choix d’une consigne de cordée adaptée. J’ai fait ce choix après deux lectures de ces dernières semaines : l’interview de Philippe de Villiers, présentant son dernier livre « Le jour d’après » et la lecture du livre de l’Apocalypse.

Les lettres aux 7 Eglises de l’Asie mineure (Ap 2,1 - 3,22) ne peuvent pas nous laisser indifférents. Les membres de ces Eglises particulières à la fin du premier siècle avaient besoin de conversion. Notre monde et notre Eglise d’aujourd’hui, n’ont-ils pas plus besoin encore de conversion ? Jésus, nous en avons la conviction, serait beaucoup plus sévère envers nos Eglises particulières qu’Il ne l’avait été avec ces 7 Eglises particulières.

Nous souffrons douloureusement avec Lui de la gravité de la contestation par des évêques, prêtres et théologiens allemands, autrichiens, belges, du responsum de la Congrégation pour la doctrine de la Foi : on ne peut pas bénir un couple homosexuel. Il ne s’agit pas d’une opinion théologique, mais du rappel d’un enseignement constant de l’Eglise, dont le fondement est l’Ecriture Sainte. Cette « réponse » n’est ni une condamnation, ni une discrimination à l’égard des personnes homosexuelles qui vivent en couple. L’Eglise les aime comme Jésus les aime, mais elle doit les aimer en vérité en éclairant leur conscience pour les aider à vivre dans la fidélité à la Loi de Dieu et à sa Volonté. Prenons au sérieux les lettres aux 7 Eglises et convertissons-nous.

Les châtiments dont parle l’Apocalypse - et qui font penser aux 10 plaies d’Egypte - ne doivent pas, non plus, nous laisser indifférents. Discernons les signes des temps, Dieu nous appelle à la conversion. Soyons proches des victimes des cataclysmes actuels. Elles n’ont pas plus mérité que nous de perdre leurs biens ou leurs récoltes. Tournons-nous vers Dieu qui ne veut qu’une chose : nous bénir.

L’Office des lectures du 4e dimanche de Pâques nous a fait méditer sur le combat entre le Dragon Rouge et la Femme (Ap 12). Ne serions-nous pas arrivés au paroxysme de ce grand combat ? Le lendemain, le chapitre 13 de l’Apocalypse était proposé. Ne vivrions-nous pas les combats décrits dans ce chapitre dans le monde et dans l’Eglise ?

Dans le message du Cœur Immaculé de Marie, inspiré à Don Gobbi, le 3 juin 1989, le Dragon rouge était l’athéisme marxiste, se manifestant avec la vigueur de sa puissance ; la Bête noire, au contraire, agit dans l’ombre, elle se cache, se dissimule de manière à pouvoir entrer partout : «On lui donna de mener campagne contre les saints et de les vaincre; on lui donna pouvoir sur toute race, peuple, langue ou nation».

Au verset 10, nous lisions : «C’est l’heure de la persévérance et de la Foi des saints». Cette phrase s’est imposée à moi. Elle me semblait adaptée pour la consigne de cordée de ce mois de mai 2021.

La suite du chapitre 13 de l’Apocalypse n’a pu que me confirmer dans ce choix. Saint Jean, en effet, parle d’une autre Bête, qui a deux cornes comme un agneau, mais parle comme un dragon (Ap 13, 11). St Paul VI, le 29 juin 1972, dans un discours improvisé, avait dit : «de quelque crevasse (ou fissures) la fumée de Satan est entrée dans le temple de Dieu. Il y a doute, incertitude, problèmes, agitation, insatisfaction, confrontation. Nous n'avons plus confiance en l'Église ; nous faisons confiance au premier prophète profane qui vient nous parler d'un journal ou d'un mouvement social pour lui courir après et lui demander s'il a la formule de la vraie vie... Le doute est entré dans nos consciences et est entré par des fenêtres qu'il fallait plutôt ouvrir à la lumière. De la science, qui est pourtant faite pour nous donner des vérités qui ne se détachent pas de Dieu mais qui nous font le chercher encore plus et le célébrer avec plus d'intensité, la critique est venue, le doute est venu. Les scientifiques sont ceux qui courbent le plus profondément et le plus douloureusement leur front. Et ils finissent par enseigner : "Je ne sais pas, nous ne savons pas, nous ne pouvons pas savoir." L'école devient un terrain d'entraînement à la confusion et aux contradictions parfois absurdes. Le progrès est célébré pour pouvoir ensuite le démolir avec les révolutions les plus étranges et les plus radicales, pour nier tout ce qui a été accompli, pour revenir au primitif après avoir tant exalté le progrès du monde moderne. Cet état d'incertitude règne aussi dans l'Église. On croyait qu'après le Concile viendrait une journée ensoleillée pour l'histoire de l'Église. Au lieu de cela, un jour de nuages, de tempêtes, d'obscurité, de recherche, d'incertitude est venu. Nous prêchons l'œcuménisme et nous nous détachons de plus en plus des autres. Nous essayons de creuser des profondeurs au lieu de les remplir». 

Que pouvons-nous faire face au Dragon rouge, à la Bête noire, et à la Bête déguisée en agneau ? Exercer la persévérance, l’endurance, la patience, la résistance, et la Foi des Saints.

Philippe de Villiers a compris que le temps pressait. Le Cardinal Sarah a été prophète : Dieu ou rien ! Par nos forces humaines nous ne pouvons pas vaincre le Dragon rouge, la Bête noire et la Bête déguisée en agneau, mais le Cœur Immaculé de Marie le peut. Aussi, utilisons en ce mois de Marie l’arme que redoute  tant l’Enfer : le rosaire. Formons des groupes du rosaire, prions le rosaire et hâtons le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, comme nous l’avait demandé Benoît XVI à Fatima le 13 mai 2010.

Prière d'introduction

Viens Esprit Saint…Notre Père... Je vous salue Marie… Notre-Dame des Neiges, priez pour nous. Saint Joseph, St Athanase, Sts Jacques le mineur et Philippe, St Andéol, Ste Rosa, Bse Caroline, Ste Solange, Bse Imelda, St Pascal, Bse Blandine, St Bernardin, Ste Rita, Bse Hélène, Ste Jeanne-Antide, Ste Salomé, Ste Madeleine-Sophie, St Philippe Néri, St Yves, Ste Jeanne d’Arc, Bse Elia, Bse Marie-Céline, Ste Pétronille, Sts Patrons et Sts Anges gardiens.

Effort

Fidélité à la prière journalière du chapelet ou du rosaire et zèle pour le répandre.

Parole de Dieu : Ap 13, 1-18

« Alors, j’ai vu monter de la mer une Bête ayant dix cornes et sept têtes, avec un diadème sur chacune des dix cornes et, sur les têtes, des noms blasphématoires. Et la Bête que j’ai vue ressemblait à une panthère ; ses pattes étaient comme celles d’un ours, et sa gueule, comme celle d’un lion. Le Dragon lui donna sa puissance et son trône, et un grand pouvoir. L’une de ses têtes était comme blessée à mort, mais sa plaie mortelle fut guérie.

Émerveillée, la terre entière suivit la Bête, et l’on se prosterna devant le Dragon parce qu’il avait donné le pouvoir à la Bête. Et, devant elle, on se prosterna aussi, en disant : « Qui est comparable à la Bête, et qui peut lui faire la guerre ? » Il lui fut donné une bouche qui disait des énormités, des blasphèmes, et il lui fut donné pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois. Elle ouvrit la bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer contre son nom et sa demeure, contre ceux qui demeurent au ciel. Il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre, il lui fut donné pouvoir sur toute tribu, peuple, langue et nation. Ils se prosterneront devant elle, tous ceux qui habitent sur la terre, et dont le nom n’est pas inscrit dans le livre de vie de l’Agneau immolé, depuis la fondation du monde.

Si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende. Si quelqu’un doit aller en captivité, il ira en captivité ; si quelqu’un doit être tué par l’épée, il sera tué par l’épée. C’est l’heure de la persévérance et de la foi des saints.

Puis, j’ai vu monter de la terre une autre Bête ; elle avait deux cornes comme un agneau, et elle parlait comme un dragon. Elle exerce tout le pouvoir de la première Bête en sa présence, amenant la terre et tous ceux qui l’habitent à se prosterner devant la première Bête, dont la plaie mortelle a été guérie. Elle produit de grands signes, jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre aux yeux des hommes : elle égare les habitants de la terre par les signes qu’il lui a été donné de produire en présence de la Bête ; elle dit aux habitants de la terre de dresser une image en l’honneur de la première Bête qui porte une plaie faite par l’épée mais qui a repris vie. Il lui a été donné d’animer l’image de la Bête, au point que cette image se mette à parler, et fasse tuer tous ceux qui ne se prosternent pas devant elle.

À tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, elle fait mettre une marque sur la main droite ou sur le front, afin que personne ne puisse acheter ou vendre, s’il ne porte cette marque-là : le nom de la Bête ou le chiffre de son nom. C’est ici qu’on reconnaît la sagesse. Celui qui a l’intelligence, qu’il se mette à calculer le chiffre de la Bête, car c’est un chiffre d’homme, et ce chiffre est six cent soixante-six. » (Ap 13, 1-18)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : renouveler notre discipline de vie

Il n’est pas facile en ces temps de confinement, déconfinement, reconfinement, de garder notre discipline de vie. Avec la grâce de Dieu et l’aide de nos frères et sœurs,  gardons de notre mieux et sans tension l’équilibre entre prière, travail, échanges, vie de famille, aération nécessaire, détente et formation.

2) Prévisions : prévisions

Pour vivre dans la confiance, l’abandon et la joie, chaque jour de ce mois de Marie avec Jésus et Marie en rejetant l’angoisse et la peur du « jour d’après ».

3) Consigne spirituelle : " C'est l'heure de la persévérance et de la foi des saints !"

Dans la première partie de la phrase, le mot grec «hupomonê» traduit par « persévérance » pourrait aussi être traduit par : endurance ou patience et aussi résistance. Ces diverses traductions ne se contredisent pas, mais se complètent et peuvent nous aider à mieux comprendre ce que Saint Jean, inspiré par Jésus et l’Esprit-Saint, voudrait nous dire en ce mois de Marie 2021 : face à la haine du Dragon rouge, à la ruse et à la manipulation de la Bête noire et à l’action sournoise de la Bête déguisée en agneau, c’est l’heure de la persévérance, de l’endurance, de la patience, de la résistance, et de la Foi des Saints.

La persévérance est nécessaire toute la vie du croyant, à la fois dans l'étude de la Bible, dans l'acceptation des vérités révélées et dans leur mise en pratique. Une caractéristique des premiers chrétiens était leur persévérance dans la prière (Ac 1,14 ; 2,42; 12, 5). La persévérance doit aussi être vécue dans la communion fraternelle (Ac 2,42; Ps 133,1) et dans l'amour fraternel (He 13,1). Elle se vit aussi dans le combat, sans se lasser ni se décourager (He 10,36; 12,1-3) et dans l'épreuve (2 Th 1,4; Da 6,20) en gardant la Foi (1Tt 1,18-19).

A ceux qui persévèrent, Dieu accorde la réalisation de ses promesses (He 6,11-12,15); une récompense (2 Tm 2,5 ; 4,7-8 ; Ap 2,10; Jc 1,12). Imitons la persévérance des premiers chrétiens, ne soyons pas les disciples de Jésus pour un moment seulement. Persévérons !

L’endurance est la capacité de maintenir dans le temps un certain niveau d'intensité exigée. « Rappelez-vous ces premiers jours, où après avoir été illuminés, vous avez soutenu un grand assaut de souffrances, tantôt exposés publiquement aux opprobres et aux tribulations, tantôt vous rendant solidaires de ceux qui étaient ainsi traités » (He 10, 32-33). «  Songez à celui qui a enduré de la part des pécheurs une telle contradiction, afin de ne pas défaillir par lassitude de vos âmes. Vous n'avez pas encore résisté jusqu'au sang dans la lutte contre le péché. Avez-vous oublié l'exhortation qui s'adresse à vous comme à des fils : ‘Mon fils, ne méprise pas la correction du Seigneur, et ne te décourage pas quand il te reprend’ ? » (He 12,3-5). «Tu as de la constance : n'as-tu pas souffert pour mon nom, sans te lasser ? Mais j'ai contre toi que tu as perdu ton amour d'antan ». (Ap 2,3-4) « L'affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l'épreuve, et cette victoire l'espérance ». (Rm 5,3-4).

Demandons la grâce à Jésus de ne pas laisser s’éteindre le souffle de l’Esprit, notre ardeur première. Ne vivons pas au ralenti, ne « vivotons pas », mais soyons en vérité endurants !

La patience : « Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien». (Jc 1,2-4).

Jésus, dans le livre Cum Clamore Valido, recueil des messages donnés par le Cœur de Jésus à une religieuse avant et pendant la deuxième guerre mondiale, disait : « Pour me chanter sur terre un cantique toujours nouveau d'amour, il faut que votre espérance soit non seulement continuellement alimentée par la prière, mais qu'elle soit aussi constamment soutenue par la patience. La patience, cette vertu de l'invincible fidélité d'amour, par laquelle Je vous ai dit que «vous posséderiez vos âmes et porteriez du fruit» (Lc 8, 15 et 21, 19), au milieu des souffrances et des persécutions de cette vie. »

Notre Fondateur regrettait que les traductions actuelles en français de la Bible préfèrent le mot « persévérance » à « patience » et parlent très peu de l’âme. Pourquoi, disait-il, ne pas garder la traduction "patience" et ne pas traduire "animas" par "âmes"? Dans votre "patience", disait encore notre Fondateur, (autrement dit, dans votre constance à souffrir avec amour et confiance), vous posséderez votre "âme". C'est-à-dire votre âme restera à vous, librement, sans tomber dans l'esclavage du péché et de la mort spirituelle. Vous serez non seulement sauvés mais vainqueurs du mal et du Malin, malgré les souffrances et les persécutions.

Au chapitre 8, verset 15 de l’évangile selon St Luc, il s'agit, dit encore le Père, de la parabole de la semence tombant dans différents terrains : il y a des grains qui tombent dans la bonne terre, c'est-à-dire "ceux qui, ayant entendu la Parole, la gardent dans un cœur noble et bon et «fructum afferunt in patientia»." Il ne s'agit pas de constance ou persévérance. Il s'agit bien de la patience "pâtissante" (patience vient du latin ‘patior’ = souffrir, endurer), car on enfante dans la douleur le fruit de vie. Notre Fondateur concluait en disant que Jésus promettait à ses apôtres qu’ils porteraient du fruit au milieu des souffrances et des persécutions (cf. Jn 15). Développons donc la patience, vertu de l’invincible fidélité d’Amour, et ainsi nous possèderons notre âme en ce temps de grande tempête !

La résistance consiste à faire face, faire volte-face, tenir bon, tenir tête, s'opposer. St Jean-Paul II, Lech Walesa et le courageux prêtre  Jerzy Aleksander Popiełuszko, aumônier de Solidarność, martyrisé le 19 octobre 1984, sont des modèles d’héroïque résistance. Ils ont, avec le Peuple polonais, fait chuter le régime communiste en Pologne sans bain de sang.

Notre Eglise a un besoin urgent de « vrais résistants » à leur image, pour s’opposer sans violence mais dans la détermination de la Foi à toutes les dictatures qui voudraient imposer une nouvelle forme de vie en société sans Dieu, en contradiction avec les valeurs non négociables, la Charte de la Famille, la liberté religieuse et la liberté tout court des enfants de Dieu. Ces résistants spirituels veulent édifier le «jour d’après» = la civilisation de l’Amour.

La Vierge Marie à La Salette, le 19 septembre 1846, avait dit : «J'adresse un pressant appel à la terre ; j'appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les cieux ; j'appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes ; j'appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin Fils, ceux que je porte pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit ; enfin, j'appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ ... Il est temps qu'ils sortent et viennent éclairer la terre. Allez et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous, en vous pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheurs. Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l'honneur de Jésus-Christ. Combattez, enfants de lumière, vous petit nombre qui y voyez ; car voici le temps des temps, la fin des fins ».

Le combat auquel nous appelle la Vierge Marie est, c’est évident, le combat selon l’évangile, selon les Béatitudes, selon la Foi des Saints. Alors, comme le disait Mère Marie-Augusta, allons de l’avant dans nos découvertes de l’Amour et soyons des apôtres et des témoins de l’Amour de Dieu. C’est bien l’heure de la persévérance, de l’endurance, de la patience, de la résistance et de la Foi des Saints. Que le Cœur Immaculé de Marie soit notre refuge et notre force.

4) Formation

Nous pourrions approfondir les messages du 6 mai au 15 septembre 1989, inspirés par le Cœur Immaculé de Marie à Don Gobbi (cf. le ‘Livre Bleu’ du MSM).

5) Action

Avec l’aide de Saint Joseph, aidons nos amis et les membres de nos familles à prier le rosaire. Unissons-nous au « marathon de prière » lancé par le Pape François en ce mois de mai pour demander la fin de la pandémie par l’intercession de la Vierge Marie. Accueillons chez nous une des statues de Notre-Dame des Neiges pèlerine et vivons un mois de Marie fervent, aimant et joyeux malgré les épreuves.

6) Partage

Nous confions à vos prières le procès qui aura lieu le 6 mai prochain au tribunal administratif de Lyon. Préparons bien la Fête de Pentecôte et confions les jeunes à l’Esprit-Saint par le Cœur Immaculé de Marie. Nous vous avons déjà annoncé les vœux perpétuels de nos frères Jean-Daniel et Stanislas, le samedi 12 juin 2021. Nous vous faisons part d’une autre joie : les vœux perpétuels des sœurs Jeanne-Lorraine et Katéri, le samedi 4 septembre 2021. Merci de vos prières et offrandes pour les vocations d’apôtres de l’Amour.

En union avec Mère Magdeleine et nos frères et sœurs, je vous assure de nos prières à toutes vos intentions. Avec vous, nous supplions le Cœur Immaculé de Marie afin que l’Eglise retrouve son unité dans la Vérité et la Charité et collabore avec les Nations pour édifier la civilisation de l’Amour. Que Notre-Dame des Neiges vous garde dans la Foi des Saints. Merci pour votre générosité.

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

En ce mois de Marie, nous lui confions encore plus intensément son projet du Site Notre-Dame des Neiges ! Merci pour votre aide et vos prières en vue de la reprise des travaux. Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Mai 2021 : L'heure de la persévérance et de l...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers