Novembre 2020 : aspirons au Ciel, il est notre patrie !

"Aspirons au Ciel, il est notre patrie, mais attendons dans la patience que s'accomplisse la volonté de notre Père..."

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

La France est de nouveau sous le choc avec l’attentat terroriste islamiste dans la Basilique Notre-Dame de Nice. Nous sommes entrés dans un nouveau confinement général : jusqu’à quand ? Nos contemporains ont de plus en plus peur, ils sont terrorisés. Nous devons être, comme nous l’avons dit et redit ces derniers mois, les témoins de Jésus, de la Foi, de l’Espérance et de la Charité.

Cette Consigne spirituelle s’est imposée à moi pour ce mois de novembre, mois des fins dernières. Elle nous vient de Mère Marie-Augusta : « Aspirons au Ciel, il est notre patrie, mais attendons dans la patience que s'accomplisse la volonté de notre Père. En face de cœurs durs, d'âmes alanguies et sans vigueur, soyons la joie, la consolation de Jésus et faisons-Le aimer. Mûrissons, aimons pour l'œuvre de Dieu. Jésus dilate notre cœur à la mesure de l'échange de notre amour avec Lui. »

Nous allons faire tout ce que nous pouvons pour vous aider en ce nouveau temps d’épreuves. Il nous faut un peu de temps pour organiser nos temps de prière, de formation pour les enfants, pour les adolescents, pour les jeunes, pour les adultes. En levant les yeux vers le Ciel, où vivent dans le Bonheur éternel nos frères les anges et les saints, nous serons aidés et nous ne nous découragerons pas.

Prière d'introduction

Viens, Esprit de sainteté. Notre-Dame des Neiges, Saint Joseph, St Charles Borromée, Ste Elisabeth de la Trinité, Saint Léon le Grand, Saint Martin, Saint Josaphat, St Albert, Ste Gertrude, Ste Elisabeth de Hongrie, Ste Mechtilde, Ste Cécile, Sts martyrs du Viet-Nam, St Théophane Vénard, Ste Catherine d’Alexandrie, Ste Catherine Labouré, St André, Saints Patrons et Saints Anges gardiens.

Effort

vivons, confiants et sereins, ce temps de grandes épreuves en union avec les Anges, les Saints et les âmes du Purgatoire et, chaque jour, levons nos yeux vers le Ciel, notre Patrie !

Parole de Dieu : Ap 21, 1-8

Enthousiasmons-nous avec Saint Jean pour voir « dans la Foi et dans la joie la Jérusalem céleste ».

« Alors j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés et, de mer, il n’y en a plus. Et la Ville sainte, la Jérusalem nouvelle, je l’ai vue qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu, prête pour les noces, comme une épouse parée pour son mari. Et j’entendis une voix forte qui venait du Trône. Elle disait : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes ; il demeurera avec eux, et ils seront ses peuples, et lui-même, Dieu avec eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur : ce qui était en premier s’en est allé. » Alors celui qui siégeait sur le Trône déclara : « Voici que je fais toutes choses nouvelles. » Et il dit : « Écris, car ces paroles sont dignes de foi et vraies. » Puis il me dit : « C’est fait. Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. À celui qui a soif, moi, je donnerai l’eau de la source de vie, gratuitement. Tel sera l’héritage du vainqueur ; je serai son Dieu, et lui sera mon fils. Quant aux lâches, perfides, êtres abominables, meurtriers, débauchés, sorciers, idolâtres et tous les menteurs, la part qui leur revient, c’est l’étang embrasé de feu et de soufre, qui est la seconde mort. » (Ap 21, 1-8)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : organisation : assiduité, attention, authenticité, fidélité.

Insistons davantage en cette année sur la fidélité. Apportons la flamme de la foi, de l'espérance et de la charité en ces temps si troublés que nous traversons. Pendant tout ce confinement, soyons des veilleurs. Veillons avec Jésus, veillons avec la Vierge Marie et saint Joseph, avec tous les saints et tous les saints anges. Veillons en  étant fidèles à notre prière familiale, et aidons nos enfants à veiller en développant une prière personnelle.

2) Prévisions : prévisions pour ce mois de novembre

Chaque jour, nous pouvons obtenir une indulgence plénière ou partielle pour une âme du purgatoire : prévoyons ! La Fête de Notre-Dame des Neiges, cette année, pourra-t-elle avoir lieu ? Rien n’est impossible à Dieu ! Vivifions aussi les fêtes des saints, en ce dernier mois de « l’année des saints » dans notre Famille religieuse. Nous pouvons, grâce à internet (ex. : le site Nominis) ou d’autres sources, faire l’effort de mieux connaître le saint ou les saints honorés chaque jour dans l’Église.

3) Consigne spirituelle : Aspirons au Ciel, il est notre patrie !

« Sursum corda » ! « Haut les cœurs ! » Cette année 2020 et cette fête de Toussaint sont marquées par la souffrance. Le monde souffre. La France souffre. Hormis la période de la Révolution française, et celle des grandes guerres, elle n'a sans doute jamais autant souffert dans son histoire : elle souffre de ces deux confinements, et déjà de leurs terribles conséquences économiques et sociales. Elle souffre, aussi, de la menace islamique : de nouveaux morts sont venus endeuiller notre pays, dont certains simplement parce qu'ils étaient chrétiens. Les voilà qui rejoignent l'immense armée des martyrs dont nous a parlé l'Apocalypse le jour de la Toussaint : la foule immense de ceux qui se tenaient debout devant le Trône et devant l'Agneau. Alors, oui, « élevons nos cœurs » vers cette armée céleste qui nous précède et nous encourage.

Mère Marie-Augusta aspirait beaucoup au Ciel. Pour elle, disait notre Père fondateur, « il était évident que c'était notre véritable patrie, notre demeure chez notre Père du Ciel ! Mais il était aussi bien clair qu'il fallait attendre dans la patience que s'accomplisse la volonté divine d'abord sur la terre. Et cette volonté était essentiellement qu'elle suive le chemin du Fils bien-aimé, c'est-à-dire le chemin de la Croix, le chemin de la souffrance, unie à la souffrance de Jésus ».

Notre Père fondateur ajoutait : « Or, Mère Marie-Augusta, dans sa pénétration des cœurs, n'était pas du tout d'accord avec ce que l'on commençait à dire souvent : que le fond du cœur est bon, qu'il faut savoir toujours et en tout découvrir la bonté et la beauté des âmes en qui l'Esprit-Saint travaille obligatoirement, et toujours avec succès. Tout n’est pas mauvais dans beaucoup d'âmes et il est bon de découvrir leurs qualités de bonté, de générosité, mais sans illusions et en percevant les faiblesses, les défauts, non pas pour condamner mais au contraire pour agir comme le médecin qui doit découvrir le mal corporel de son client pour mieux le combattre ».

Ce commentaire de notre Père fondateur éclaire les temps que nous vivons. Nous venons d’entendre, à l’occasion de la fête de la Toussaint, les huit béatitudes, données en vue du Ciel. Ces béatitudes, Jésus les a vécues à la perfection, de la crèche au calvaire : pauvreté radicale, douceur extrême, compassion infinie, soif de justice-sainteté immense, pureté lumineuse, miséricorde pour tous les pécheurs repentants, pacifique jusqu'à offrir sa vie, persécuté jusqu'à la mort sur la Croix. Les saints ont suivi Jésus dans la voie des Béatitudes, ils nous ont laissé le grand témoignage de l'Amour. Ils nous révèlent que la seule chose qui compte sur la terre, c'est d'accumuler comme seul trésor l'amour : l'amour de Dieu, et l'amour du prochain. Ils ont construit, déjà sur la terre, « la cité de Dieu ». Mais la « cité des hommes », de plus en plus, se construit aux antipodes de l'esprit des Béatitudes : à la pauvreté, elle oppose la recherche à tout prix de la richesse matérielle ; à la douceur, la violence ; à la compassion, l'indifférence ; à la sainteté, l'exaltation du péché ; à la pureté, un tsunami d'impureté ; à la miséricorde, l'esprit de vengeance ; à la paix, la guerre ; à la persécution, la recherche de son petit confort. Et ce monde sans Dieu, sans amour, a construit un enfer sur la terre.

Notre Père fondateur écrivait encore dans son commentaire : « Monde pervers, monde ingrat, monde criminel, monde où l'on adore par-dessus tout le plaisir. Le monde s'oppose au règne du Cœur de Jésus et, par le fait même, c'est l'enfer, surtout, qui règne. Dans les familles humaines que Dieu a créées pour qu'elles soient des communautés intimes d'amour et de vie, il règne largement une recherche égoïste de soi et non pas un bel amour humain. D'où, d'ailleurs, la fragilité si fréquente de l'institution familiale. »

Le constat posé par notre Père fondateur pourrait nous effrayer, humainement : « Il est bien certain que ce n'est qu'une petite minorité qui prie vraiment, qui s'offre vraiment, qui vit vraiment de sa foi. Et si l'on considère le monde entier, comment se fait-il qu'il n'y ait environ que le cinquième de la population du monde qui soit baptisé ? Comment se fait-il qu'il y ait eu ces guerres effroyables entre nations dont les soldats étaient en majorité baptisés et qu'ils se soient tués les uns les autres par millions ? Et si nous pensons à notre époque, comment se fait-il qu'il y ait encore beaucoup plus de victimes par les avortements que par la guerre ? » Et cependant, avec Mère Marie-Augusta, il gardait une espérance invincible : « En face de cela, faut-il se décourager ? Certes non, mais combien de prières, de souffrances cruelles faudra-t-il pour la conversion de cette humanité sans cœur, sans amour ! Mère Marie-Augusta ressentait d'une façon poignante ce que Jésus devait ressentir devant cet état du monde : cœurs durs, âmes alanguies et sans vigueur ! C'est pourquoi, d'autant plus, elle désirait être du nombre des bien-aimées du Rédempteur, de celles qui peuvent Lui donner de la joie, de la consolation, en L'aimant et en s'efforçant de tout son cœur de Le faire aimer d'un amour véritable, à l'image de son amour rédempteur ! »

Dans ce contexte dramatique, nous sommes, nous aussi, invités à choisir « notre étendard », comme disait saint Ignace : celui de Dieu, ou celui de Satan. Nous devons choisir notre Cité : celle de Dieu, ou celle du monde. Alors que vont commencer des semaines difficiles, sans Messe, sans sacrement, prenons aujourd'hui la résolution de suivre les saints dans la voie de l'amour. Nous commençons la traversée d'un long tunnel. Nous allons vivre, sans doute, des heures encore plus sombres et encore plus angoissantes. Nous ne verrons pas la lumière, mais nous savons ce que nous devons faire : « Sursum corda », « Haut les cœurs ». Nous devons élever nos cœurs. Regarder vers la lumière. Recevoir des saints la lumière intérieure, qui nous fera parcourir le bon chemin, le chemin juste, qui nous conduira au Ciel.

Après les attentats du Bataclan en 2015, Philippe de Villiers avait dit : « La France est en dormition mais elle n'est pas morte. La barbarie va nous faire redécouvrir notre civilisation. Les yeux vont s'ouvrir. Et peut-être aussi les âmes. » Alors, réveillons-nous ! Réveillons la flamme de la foi, de l'espérance et de la charité en ces temps si troublés que nous traversons. Pendant tout ce confinement, redisons-le, soyons des veilleurs. Veillons avec Jésus, veillons avec la Vierge Marie et saint Joseph, avec tous les saints et tous les saints anges. Et au bout du tunnel, il y aura la lumière. Et la lumière sera si belle : le Cœur Immaculé de Marie triomphera, un temps de paix sera donné au monde, Dieu reviendra dans les cœurs, ce sera l'avènement de la civilisation de l'amour et de la vie. Saints et saintes de Dieu, priez pour nous ! 

Seigneur Jésus, apprenez-nous à être généreux, à vous servir comme vous le méritez, à donner sans compter, à combattre sans souci des blessures, à travailler sans chercher de repos, à nous dépenser sans attendre d’autre récompense que celle de savoir que nous faisons votre sainte volonté.

Consécration à la Sainte Vierge : Ô Notre-Dame, nous nous confions en vous, en votre obédience bénie et en votre garde très spéciale. Aujourd’hui et chaque jour nous vous confions nos âmes et nos corps. Nous vous confions tout notre espoir et toute notre consolation, toutes nos angoisses et nos misères, notre vie et la fin de notre vie, pour que, par votre très sainte intercession et par vos mérites, toutes nos actions soient dirigées et disposées selon votre volonté et celle de votre Fils. Amen

4) Formation :

(Re)lisons Spe salvi, l’encyclique de Benoît XVI sur l’espérance chrétienne, du 30 novembre 2007 (possibilité de la trouver facilement sur internet).  

5) Action :

Profitons du confinement pour soutenir par les contacts téléphoniques ou par courrier les personnes isolées ou éprouvées. N’hésitons pas aussi à nous unir par la prière du chapelet, chez nous avec les personnes qui nous entourent, ou à l’église si nous avons la chance d’habiter à proximité d’une église ouverte où nous pourrons retrouver Jésus, si seul dans les tabernacles.

6) Partage :

nous nous réjouissons profondément de l’ordination sacerdotale de frère Benoît. Le beau temps était nécessaire, saint Joseph nous l’a donné, remercions ! Rendons grâce également pour le rassemblement des foyers-amis, source de réconfort et de joie profonde pour tous. Les adolescents ont aussi pu faire un pèlerinage de grâces sur les traces de saint Jean-Paul II en France. Nous vous remercions de continuer à nous soutenir matériellement et spirituellement en vue de la construction du site de Notre-Dame des Neiges. On ne lâche rien, malgré les temps difficiles et les obstacles rencontrés !

7) Liturgie :

1er novembre: Toussaint ; 2 nov. : prière pour tous les défunts ; 9 nov : dédicace de la Cathédrale du Latran ; 11 nov : Saint Martin, prière pour les victimes des guerres et pour la France. 21 novembre : Présentation de Marie au Temple. Prions pour les prêtres et les consacrés qui renouvellent leur vœu de chasteté ou leur promesse de célibat. Dimanche 22 novembre : Solennité du Christ Roi.

Toute notre Famille Missionnaire de Notre-Dame vous remercie de vos prières et de votre générosité. Soyez assurés en retour de nos prières journalières à vos intentions. Avec vous, nous voulons bien préparer la Fête de Notre-Dame des Neiges, les samedis 12 et 19 décembre 2020, en espérant que nous pourrons vous accueillir.

Je vous bénis affectueusement en vous assurant de la prière et de l’affection de Mère Magdeleine. Je confie à vos prières nos postulants et novices et nous vous remercions de prier avec nous pour l’obtention de nouvelles vocations d’apôtres de l’Amour, frères et sœurs. Ne nous décourageons pas dans ce temps de souffrance et d’épreuve. Croyons au triomphe du Cœur Immaculé de Marie !

Père Bernard et Frère Martin

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Nous vous invitons à suivre sur notre site internet et sur le site du collectif « Pour notre vallée, la Bourges » les différentes informations qui regardent la construction du site de Notre-Dame des Neiges. Nous confions tout à Notre-Dame des Neiges et à Saint Joseph. Un grand merci pour votre soutien et vos prières !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2020 : En ce prochain Noël, viens Jé...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers