Novembre 2022 : Prions, souffrons et offrons pour l'Eglise Catholique, notre Mère !

"Avec les saints et les âmes du purgatoire, prions, souffrons et offrons pour l'Eglise Catholique, notre Mère !"

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Le mois du rosaire se conclut et le triomphe du Cœur Immaculé de Marie semble s’éloigner de plus en plus de l’horizon de notre monde. La promesse de Fatima dont nous parlons sans cesse serait-elle illusoire ? Non, bien sûr ! Ne nous décourageons pas. Les crises du monde et de l’Eglise s’aggravent, c’est un fait, mais Dieu agit dans les cœurs et nous venons encore de le constater pendant ces vacances de Toussaint. Nous devons continuer à privilégier « Gaudium et Spes » = joie et espérance sur « luctus et angor » = tristesses et angoisse, à la suite des évêques de Vatican II.

Le biographe de Benoît XVI, Peter Seewald, a rencontré ce Pape émérite, le 26 octobre dernier. Il vient de déclarer : « Benoît XVI est le pape à la plus grande longévité. Je l’ai rencontré il y a 15 jours et j’ai l’impression qu’il souffre beaucoup de la situation actuelle de l’Église. Il m’a avoué que Dieu le maintient peut-être encore ici pour donner un témoignage au monde. » Peter Seewald a également expliqué que Benoît XVI considère que si l’Église ne fait pas ce qu’elle doit faire, cela a des répercussions sur les temps modernes dans lesquels nous vivons.

Mais, malgré la grave crise de l’Eglise, avec le Credo de Nicée-Constantinople, nous professons fermement avec tous les catholiques que l’Eglise est Une, Sainte, Catholique et Apostolique. En cette consigne de cordée nous méditerons sur sa catholicité.

Prière d'introduction

Viens Esprit de saintetéNotre Père... Avec Notre-Dame des Neiges, Saint Joseph, St Charles Borromée, Ste Elisabeth de la Trinité, St Léon le Grand, St Martin, St Josaphat, St Albert, Ste Gertrude, Ste Elisabeth de Hongrie, Ste Mechtilde, Ste Cécile, Sts martyrs du Viêt-Nam, St Théophane Vénard, Ste Catherine d’Alexandrie, Ste Catherine Labouré, St André, Saints Patrons et Saints Anges gardiens.

Efforts

Ne doutons jamais de Jésus et de Son Eglise, malgré les trahisons et crimes de certains de ses membres. Ne critiquons pas le cœur de nos frères, prions, souffrons, offrons et aimons.

Parole de Dieu

Ph 2, 1-18 : Imitons Jésus et St Paul, le grand apôtre missionnaire.

« S’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l’on s’encourage avec amour, si l’on est en communion dans l’Esprit, si l’on a de la tendresse et de la compassion, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l’unité. Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres. Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus : Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père. Ainsi, mes bien-aimés, vous qui avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et profond respect ; ne le faites pas seulement quand je suis là, mais encore bien plus maintenant que je n’y suis pas. Car c’est Dieu qui agit pour produire en vous la volonté et l’action, selon son projet bienveillant. Faites tout sans récriminer et sans discuter ; ainsi vous serez irréprochables et purs, vous qui êtes des enfants de Dieu sans tache au milieu d’une génération tortueuse et pervertie où vous brillez comme les astres dans l’univers, en tenant ferme la parole de vie. Alors je serai fier de vous quand viendra le jour du Christ : je n’aurai pas couru pour rien ni peiné pour rien. Et si je dois verser mon sang pour l’ajouter au sacrifice que vous offrez à Dieu par votre foi, je m’en réjouis et je partage votre joie à tous. Et vous, de même, réjouissez-vous et partagez ma joie. » (Ph 2, 1-18)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : ordre, tenue et fidélité à nos engagements.

Le désordre entraîne le laisser-aller, la négligence dans notre tenue, l’infidélité à nos engagements. Ces trois efforts nous aideront à être des témoins crédibles de Jésus dans l’énergie de l’amour.

2) Prévisions : Pour ce mois de novembre

Chaque jour, l’Eglise nous permet de pouvoir obtenir une indulgence plénière ou partielle pour une âme du purgatoire. Ne négligeons pas cette aide que nous pouvons apporter aux âmes du purgatoire. Nous entrerons à la fin de ce mois dans une nouvelle année liturgique, l’année A qui, pour nous, est l’année des Saints. Préparons bien les Fêtes de l’Immaculée Conception et de Notre-Dame des Neiges.

Prévisions liturgiques :

1er novembre: Toussaint ; 2 nov. prière pour tous les défunts ; 9 nov : dédicace de la Cathédrale du Latran ; 11 nov : Saint Martin, prière pour les victimes des guerres et pour la France. Dimanche 20 novembre : Solennité du Christ Roi. Lundi 21 nov. : présentation de Marie au Temple (prêtres et consacrés renouvellent leur promesse de célibat ou leurs vœux.) Dimanche 27 nov. : premier dimanche de l’Avent, début de la nouvelle année liturgique A.

3) Consigne spirituelleL’Eglise catholique, 3ème Note de l’Eglise.

I) L’Eglise est dite « catholique » parce qu’elle est « universelle ».

a) L’Église est dite catholique « selon la totalité », parce qu’elle est destinée à contenir en son sein tous les hommes et tous les peuples de la terre (C.E.C. 830-838).

Elle est aussi dite catholique « selon l’intégralité » : en elle subsiste la plénitude des moyens de Salut voulus par Jésus (12 articles de la Foi, 7 sacrements, 10 commandements, sa structure).

b) Le C.E.C. a précisé que toute Église particulière (diocésaine) est « catholique ». Toute communauté rassemblée autour d’un prêtre, en communion hiérarchique avec son évêque, qui est en communion hiérarchique avec le Pape, est vraiment l’Église catholique de Jésus. « C’est en elles (les Églises particulières) et à partir d’elles qu’existe l’Église catholique une et unique » (LG 23).

Ce qui caractérise la pleine catholicité de l’Église particulière, c’est la communion avec l’Église de Rome. L’Église particulière est fondée sur l’évêque, successeur d’un apôtre. Cette Eglise particulière est en communion avec l’autorité suprême de l’Église universelle = le Pape et le Collège (c'est-à-dire l'ensemble des évêques unis au Pape). Cette autorité est un élément constitutif, interne à l’Église particulière (Congr. doctr. de la foi «Église Communion», 28-5-92).

c) Qui appartient à l’Église « catholique » ?

Sont pleinement incorporés : tous les baptisés de l’Église catholique, mais cette pleine incorporation n’assure pas le salut à ceux qui ne sont que « de corps » dans l’Église et non « de cœur » (= état de péché mortel), comme nous l’avons dit dans la consigne précédente (LG 14).

Sont en communion imparfaite : les baptisés des autres Églises ou communautés ecclésiales.

II) L’Eglise catholique ne contient pas encore tous les Peuples.

a) Jésus a fondé une Église «catholique», qui est l’unique religion fondée par Dieu en vue du Salut des hommes (DH 1). Jésus, le Verbe incarné, est le seul Médiateur et le seul Rédempteur. Il n’y aura pas d’autre Alliance que « l’Alliance nouvelle et éternelle » accomplie pour toujours par le Sang de notre Rédempteur répandu sur la Croix pour tous les hommes pécheurs. «C’est pour réunir de nouveau tous ses enfants que le péché a dispersés et égarés que le Père a voulu convoquer toute l’humanité dans l’Église de son Fils. L’Église est figurée par l’Arche de Noé qui seule sauve du déluge » (C.E.C. 845). Ayons un zèle plus ardent pour témoigner de la Mission de l’Eglise catholique de Jésus.

b) Dans l’appel d’Abraham est déjà comme révélée la « catholicité » de l’Église universelle : toutes les Nations doivent être bénies en Abraham (Gn 12, 1-3).

L’envoi en mission par Jésus indique clairement que l’Église est envoyée à toutes les Nations (Mt 28, 19) pour faire disciples leurs membres et les baptiser. Le dernier discours de Jésus révèle explicitement la mission universelle : «Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux confins de la terre » (Ac 1, 8). Il s’agit donc bien de toutes les Nations !

Saint Paul, l’Apôtre des Nations, disait : «Il n’y a ni Juif, ni Grec, ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme : tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus» (Ga 3, 28). Saint Paul a prophétisé que toutes les Nations et tout Israël entreront dans l’Église (Rm 11) qui est l’Eglise universelle, fondée par Jésus, et qui est donc bien pour tous les peuples et tous les hommes.

c) Mais l’Église universelle, catholique, est bien loin, dans les faits aujourd’hui, de contenir tous les hommes et tous les peuples de la terre : plusieurs milliards d’hommes ne sont pas encore chrétiens. Elle peut, cependant, être appelée « catholique », parce qu’elle l’est en vérité dans son mystère divin et de par la Volonté de Dieu, même si elle n’a pas encore atteint la perfection de sa catholicité en ce temps de l’Histoire du Salutelle est donc en chemin vers sa pleine catholicité !

III) Église catholique et inculturation.

Saint Jean-Paul II et Benoît XVI, à la suite de Vatican II, ont beaucoup parlé de l’inculturation de l’Évangile, qui révèle davantage encore la vraie nature de la catholicité de l’Église, qui n’est pas uniformité mais pluralité dans l’unité. «Inculturer l’Évangile», c’est faire pénétrer l’Évangile dans une culture. Toutes les Nations, ou groupes humains, ont des manières de vivre ensemble, des coutumes, des lois propres, des sensibilités particulières qui se retrouvent dans le domaine de la liturgie et de la piété populaire. Tout cet ensemble est appelé « culture ». L’Église, cependant, ne doit pas se contenter d’accueillir tous les hommes et toutes les Nations en son sein, elle doit pénétrer leurs cultures, les purifier de tout ce qui est incompatible avec l’Évangile, et s’enrichir en les accueillant.

Notre Église est sans frontières, elle doit donc être pleinement européenne, africaine, asiatique, américaine, océanique. L’inculturation est une œuvre difficile, qui ne doit être menée que sous la conduite éclairée et prudente du Magistère de l’Eglise.

L’Église est « catholique » par une totale fidélité à l’intégralité de ses moyens de salut (Foi, morale, sacrements, communion hiérarchique), et par une saine ouverture aux diverses cultures des Nations en permettant aux baptisés de chaque culture de prier et louer Dieu dans leur langue et leurs bonnes coutumes. Notre Église sera belle lorsqu’elle aura intégré et purifié toutes les cultures.

IV) La Mission, exigence de la catholicité de l’Eglise.

La mission est un acte d’obéissance au Christ qui a envoyé son Église : « malheur à l’Église si elle n’est pas missionnaire. » Le mandat divin de l’évangélisation n’est pas optionnel !

L’Église veut le seul et unique vrai Bien des hommes : la vie éternelle ; les hommes ne peuvent y participer que par la Foi en Jésus et en l’Esprit-Saint. Soyons ardents pour participer à la mission !

La mission est une exigence de l’Amour-charité : Jésus s’est donné par Amour, l’Église se donne à la mission par ce même Amour des âmes. Imitons Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, soyons ardents !

La mission doit être exercée dans l’imitation du Christ et le respect de la liberté de chacun : évangéliser, c’est proclamer avec enthousiasme et conviction que le Christ est le seul Sauveur, sans contraindre la liberté des personnes, comme l’ange qui montre la route et disparaît (C.E.C. 849-856).

V) L’Église catholique et les autres religions.

a) L’Église a de l’estime pour les autres religions : « L’Église considère tout ce qui peut se trouver de bon et de vrai dans les religions comme une préparation évangélique et comme un don de Celui qui illumine tout homme pour que, finalement, il ait la vie » (C.E.C. 843).

L’Église enseigne qu’il se trouve des limites et des erreurs dans les religions non-chrétiennes : «bien souvent, trompés par le Malin, ils se sont égarés dans leurs raisonnements, ils ont échangé la vérité de Dieu contre le mensonge, en servant la créature de préférence au Créateur, ou bien vivant et mourant sans Dieu en ce monde, ils sont exposés à l’extrême désespoir » (C.E.C. 844).

b) Il est du devoir de l’Eglise, envoyée par Jésus, d’évangéliser les autres religions pour les conduire, par la voix d’un dialogue aimant et respectueux, au Christ, seul Sauveur et seul Médiateur.

c) La crise théologique la plus grave des dix dernières années du vingtième siècle a été, pour le Préfet de la Congrégation de la doctrine de la Foi de l’époque, le Cardinal Joseph Ratzinger, le « relativisme » = « toutes les religions se valent ». La Commission théologique internationale (C.T.I.) a répondu à cette grave erreur (« Le christianisme et les religions » 6-04-97) : Jésus est le Seul Sauveur... Il ne peut y avoir de chemins pour aller à Dieu qui ne convergent dans l'unique chemin qu'est le Christ (Jn 14, 6). L’instruction « Dominus Jesus » (6 août 2000) est fondamentale pour combattre l’idéologie « relativiste » qui nuit toujours gravement à la mission de l’Eglise.

d) « Hors de l’Église pas de salut » répétaient des Pères. Mais n’interprétons pas d’une manière simpliste cette affirmation. L’Église a toujours pensé que ceux qui n’étaient pas responsables de leur ignorance du Christ et de son Évangile pourraient faire leur Salut par des voies connues de Dieu seul, mais elle a le devoir, en même temps que le droit sacré, d’évangéliser tous les hommes (C.E.C. 848) et donc toutes les autres religions. Evangéliser n’est pas de l’intolérance mais de la vraie charité !

VI) Le zèle missionnaire dans notre vie de baptisé.

Ayons un zèle plus ardent pour la mission de l’Eglise. Ne soyons pas des chrétiens tièdes et mous. « La mission est la mesure de notre foi en Jésus-Christ et en son amour pour nous.» (Jean-Paul II, RM 11). Si l’on croit que Jésus est le Verbe incarné, Sauveur des hommes, on ne peut que désirer faire connaître aux autres hommes le trésor le plus important de leur vie : le Salut de leur âme en Jésus.

« Qui enverrai-je ? Quel sera notre messager ? Je répondis : "Me voici, envoie-moi !" » (Is 6, 8). Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et Saint François Xavier ont conquis beaucoup d’âmes au Christ. Ils sont les Saints Patrons de la mission. Soyons généreux comme eux, brûlons de leur ardeur missionnaire, soyons enthousiastes et passionnés pour la mission de l’Église Catholique. Des milliers d’âmes sont à sauver !

Mère Marie-Augusta nous dit : « Ne retardons pas la mission que Dieu nous donne par une action trop lente. Ceux que nous rencontrons ne devraient jamais le faire inutilement. Confiance, courage, amour. Glorifions notre Père Céleste par notre témoignage de fidélité à l'Église et à ses consignes, et par notre rayonnement de l'amour, qui doit nous posséder de plus en plus. Restons bien à la disposition de Notre-Seigneur : Il nous sera fidèle dans son amour pour nous. Nous devons porter l'amour de Jésus ; témoignons, parlons, reparlons. Pas de faiblesse dans le témoignage ; pas de précipitation dans les contacts. Nous devons vivre et faire vivre la charité, l'amour du Christ. Mais il faut être grand, fort, attentif, donné, dans notre témoignage d'amour ; c'est alors que nous conquérons les âmes. Proclamez votre amour. Témoignez de votre union, de votre volonté de collaboration avec les anges et tous les habitants de la cour céleste. Soyons des témoins fermes et sérieux : nous devons contribuer à redresser des esprits. Ne perdons pas notre temps : « La charité du Christ nous presse ! » (II Cor 5, 14). Le temps presse ».

4) Formation

Etudions les articles du Catéchisme de l’Eglise Catholique concernant le Salut (CEC 600-605), le purgatoire (CEC 1030-1032), et les indulgences (CEC 1471-1479).   

5) Action, mission

Aidons nos contemporains à ne pas déserter l’Eglise et à ne pas délaisser Jésus. Qu’ils puissent trouver dans les maisons des chrétiens des refuges sûrs en cette grande tempête. 

6) Partage

Partageons nos joies et nos peines en toute simplicité.

Nous vous remercions pour vos prières et votre générosité et je vous bénis affectueusement en vous assurant de la prière et de l’affection de Mère Hélène et de tous nos frères et sœurs. Vivons ce mois de novembre en grande communion avec les Saints du Ciel et les âmes du purgatoire et préparons activement la Grande Fête de Notre-Dame des Neiges, les 10 ou 17 décembre prochains.

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Le mois du Rosaire vient de se terminer : continuons à confier à Notre-Dame la reprise du chantier sur son site ; que vienne bientôt le triomphe du Cœur immaculé de Marie !  Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2022 : Avec Notre-Dame des Neiges, p...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers