Novembre 2023 : puissance du Christ dans notre faiblesse

Avec les saints et les âmes du purgatoire, croyons que la puissance du Christ se déploie dans notre faiblesse !

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Le mois du rosaire se conclut mais nous ne devons surtout pas abandonner la prière du rosaire. La crise de l’Eglise est grave (voir l’interview du Cardinal Muller ici). Violences et haine ne cessent de grandir dans le monde en menaçant gravement la paix. Dieu interviendra-Il une nouvelle fois par les Cœurs de Jésus, Marie et Joseph pour éviter une troisième guerre mondiale ? Nous pouvons être inquiets et angoissés parce que beaucoup d’hommes en notre temps, y compris des chrétiens, vivent comme si Dieu n’existait pas.

Vivons ce mois de novembre dans une plus grande communion avec les Saints et les âmes du purgatoire. Et soyons, auprès de nos contemporains, les témoins de Jésus, dont la Puissance s’est déployée dans la faiblesse de tous les Saints.

Prière d'introduction

Viens Esprit de sainteté, Notre Père, Je vous salue Marie, ND des Neiges, St Joseph, St Charles Borromée, Ste Elisabeth de la Trinité, Saint Léon le Grand, Saint Martin, Saint Josaphat, St Albert, Ste Gertrude, Ste Elisabeth de Hongrie, Ste Mechtilde, Ste Cécile, Sts martyrs du Viêt-Nam, St Théophane Vénard, Ste Catherine d’Alexandrie, Ste Catherine Labouré, St André, Sts Patrons et Saints Anges gardiens.

Effort

Redisons sans cesse au cours de nos journées : Jésus, j’ai confiance en Toi !

Parole de Dieu : 2Co 12, 1-10

« Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

 « Faut-il se vanter ? Ce n’est pas utile. J’en viendrai pourtant aux visions et aux révélations reçues du Seigneur. Je sais qu’un fidèle du Christ, voici quatorze ans, a été emporté jusqu’au troisième ciel – est-ce dans son corps ? je ne sais pas ; est-ce hors de son corps ? je ne sais pas ; Dieu le sait – ; mais je sais que cet homme dans cet état-là – est-ce dans son corps, est-ce sans son corps ? je ne sais pas, Dieu le sait – cet homme-là a été emporté au paradis et il a entendu des paroles ineffables, qu’un homme ne doit pas redire.

 D’un tel homme, je peux me vanter, mais pour moi-même, je ne me vanterai que de mes faiblesses. En fait, si je voulais me vanter, ce ne serait pas folie, car je ne dirais que la vérité. Mais j’évite de le faire, pour qu’on n’ait pas de moi une idée plus favorable qu’en me voyant ou en m’écoutant. Et ces révélations dont il s’agit sont tellement extraordinaires que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai reçu dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour empêcher que je me surestime. Par trois fois, j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi. Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.  » (2Co 12, 1-10)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : examen de conscience

centrer notre examen de conscience sur la vertu d’humilité. Mère Marie-Augusta disait à ses enfants spirituels : « Jésus veut se servir de nos cœurs comme de vils instruments pour faire l'œuvre de son Amour. Approfondissons bien le rien de ces instruments ; confions-nous entièrement à la miséricorde du Père et promettons bien du fond  du cœur de ne jamais résister à ses demandes, si crucifiantes qu'elles paraissent. » Nos Fondateurs n’ont pas cessé de rappeler la nécessité de la vertu d’humilité. Sans cette vertu, l’orgueil se développe en l’âme et l’empêche de se sanctifier. Nous ne devons jamais oublier que « sans Jésus, nous ne pouvons rien faire » (Jn 15, 5).

2) Prévisions : pour vivre ce mois de novembre en communion avec les Saints et les âmes du purgatoire.

Le mois de novembre doit nous aider à vivre notre vie terrestre, le cœur tourné vers le Ciel. Cherchons les moyens concrets qui nous y aideront. Lisons la vie des Saints et prions les âmes du purgatoire. Chaque jour, nous pouvons obtenir une indulgence plénière ou partielle pour une âme du purgatoire.

Prévisions liturgiques

  • 1er novembre: Toussaint
  • 2 nov. : prière pour tous les défunts
  • 9 nov : dédicace de la Cathédrale du Latran
  • 11 nov : Saint Martin, prière pour les victimes des guerres et pour la France.
  • 21 nov. : présentation de Marie au Temple (prêtres et consacrés renouvellent leur promesse de célibat ou leurs vœux).
  • Dimanche 26 novembre : Solennité du Christ Roi.
  • Dimanche 3 décembre : premier dimanche de l’Avent, début de la nouvelle année liturgique B.

3) Consigne spirituelle : « Avec les Saints et les âmes du purgatoire, croyons que la Puissance de Jésus se déploie dans notre faiblesse. »

Les Saints et les âmes du purgatoire veulent nous aider à ne pas nous décourager de nos faiblesses. Demandons particulièrement à Saint Paul de vivre la vraie spiritualité du Sacré Cœur : « Cœur Sacré de Jésus j’ai confiance en Toi ! »

L’expérience spirituelle, décrite par Saint Paul dans la deuxième lettre aux Corinthiens, chapitre 12, est très importante. L’apôtre des Nations, après avoir parlé des grandes grâces qu’il avait reçues et dont il ne veut pas se vanter, parle d’une épreuve mystérieuse : cette écharde en la chair, cet ange de Satan chargé de le souffleter, afin qu’il ne s'enorgueillisse pas. On a parfois pensé trop légèrement à une épreuve concernant la sexualité. Il y a sans doute bien d'autres raisons pour lesquelles saint Paul aurait pu sentir le poids de l'humiliation : les échecs humains dans la mission (cf. Athènes), le poids du passé sur la conscience avec la responsabilité de la mise à mort de chrétiens innocents, les limites de l'exténuation physique dans ses courses missionnaires. Saint Paul n’en dit pas plus. Nous ne savons donc pas ce qu’est la nature de cette épreuve.

Chacun de nous peut faire l’expérience de cette épreuve, qui n’est pas, redisons-le, péché mortel privant de la grâce sanctifiante. On peut ne pas pouvoir dominer sa colère, son impatience, sa gourmandise, sa vanité, sa paresse. Le démon sait exploiter nos faiblesses ou défauts. Il est très intelligent et très rusé. Il sait par quelle porte entrer pour nous tenter et nous déstabiliser. La timidité peut nous empêcher d’évangéliser. La colère et la violence peuvent empêcher d’écouter et de dialoguer. Aucun de nous n’est parfait. Jésus veut nous donner, par Saint Paul, cette lumière très importante : Il n’a pas besoin de notre puissance et de nos dons humains, mais de notre abandon et de notre confiance. Par Sainte Marguerite-Marie, sœur Josefa Menendez et Sainte Faustine, Il nous a rappelé cela. Il n’a pas voulu enlever l’épreuve de Saint Paul, comme Il pourrait ne pas vouloir nous enlever telle épreuve qui nous maintient dans l’humilité : "Ma grâce te suffit car la puissance se déploie dans la faiblesse." Mais comment comprendre ce que Notre-Seigneur veut dire ? 

Prenons l’exemple de David combattant Goliath (1 Sm 17, 40-50). Le géant Philistin semait la terreur dans les rangs d’Israël. David s’est proposé pour le combattre. Il est allé au-devant de Goliath, sans cuirasse, avec seulement une fronde et quelques cailloux. La force de David était Dieu. Il combattait pour Dieu et Dieu combattait pour David. C’est ainsi que la Puissance de Dieu se déploie dans la faiblesse.

Gédéon est aussi un exemple éclairant (Juges 6 à 8). Quant à Jacob, il a combattu avec un Être mystérieux qui, de fait, était Dieu (Gn 32, 23-33). Jacob a reçu de Dieu après ce combat un nouveau nom : Israël, qui pourrait signifier : « fort de la Force de Dieu ». Oui, la Puissance de Dieu s’est déployée dans la faiblesse de Gédéon et de Jacob.

Le plus grand exemple du déploiement de la Puissance de Dieu dans la faiblesse est le Cœur Immaculé de Marie. Nous ne pouvons qu’admirer le plan de Dieu, révélé dans le chapitre 12 de l’ApocalypseC’est par la petitesse et l’humilité de sa servante que Dieu veut triompher de l’orgueil et de la puissance de Lucifer Le Dragon rouge sera terrassé par le Cœur Immaculé de Marie. Le triomphe du Cœur Immaculé de Marie prophétisé à Fatima trouve en vérité son fondement dans l’Ecriture Sainte (Gn 3, 15 et Ap 12). Demandons au Cœur Immaculé de Marie la grâce de la confiance absolue en la Puissance de Jésus qui se déploie dans notre faiblesse. Si nous avons cette confiance, Dieu fera de grandes choses en nous.

Les apôtres ont, tous, abandonné Jésus au moment de la PassionAprès la Pentecôte, transformés par le Saint-Esprit, ils ont tous été de courageux témoins de Jésus jusqu’au martyre. En eux, s’est également réalisé ce que Jésus avait dit à Saint Paul : sa Puissance s’est vraiment déployée dans leur faiblesse. Tous les Saints et toutes les âmes du purgatoire ont vécu la même expérience. Ils savent qu’ils n’ont pas été sauvés par leur propre force, mais par la Puissance de la Grâce de Dieu.

Alors, avec Saint Paul, avec les Saints et les âmes du purgatoire, disons à notre tour : « c'est donc de grand cœur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ ! » (2 Co 12, 9)

Cessons de dire : je ne suis pas capable de marcher sur le chemin de la sainteté, d’évangéliser, de prendre telle ou telle responsabilité. Le Cœur de Jésus et l’Eglise nous appellent, tous, à la sainteté et à participer à la nouvelle évangélisation en rayonnant la joie de l’évangile.

Cessons de dire : tout va mal, on va vers la catastrophe finale, on ne peut plus rien faire. Certes, la situation est très grave, la crise économique est très grave, les crises spirituelles et morales sont plus graves encore. Mais ce monde, Dieu l’aime et veut le sauver. Il veut le sauver par les pauvres et petits instruments que nous sommes. Nous ne le sauverons pas par notre force, c’est évident, mais par notre faiblesse dans laquelle se déploiera la Puissance de Jésus car, comme le dit Saint Paul : lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort

Jésus, dans le chapitre 6 de l’évangile selon Saint Matthieu, versets 25-34, nous invite à avoir une confiance totale en la sollicitude de la divine Providence. Notre Père Fondateur nous rappelait souvent ce texte. Il a voulu, avec Mère Marie-Augusta, que nous vivions, chaque jour, de la divine Providence. Nous pouvons témoigner que, depuis 76 ans, nous n’avons jamais manqué de quoi que ce soit. Dieu se soucie davantage de nous que des oiseaux et des fleurs des champs. Cherchons donc, d’abord, le Royaume de Dieu et la Justice du Royaume et tout le reste nous sera donné par surcroît. En vivant cet abandon confiant, nous vivrons aussi la spiritualité de Saint Paul, nous imiterons les Saints et nous serons aidés par les âmes du purgatoire à ne jamais douter de la Puissance du Cœur de Jésus.

Ne nous laissons pas déformer par les graves erreurs actuelles dont parle le Cardinal Muller dans l’interview citée au début de notre consigne de cordée. Les Saints et les âmes du purgatoire avec qui nous vivrons une plus intense communion en ce mois de novembre ont fait, redisons-le, l’expérience de Saint Paul. Ils savent très bien que la Puissance du Cœur de Jésus s’est déployée dans leur faiblesse, mais ils veulent nous inspirer fortement ceci : vous ne pouvez pas être « en même temps » en état de grâce et en état de péché mortel. Marie-Magdeleine, lorsqu’elle vivait dans le péché mortel et était possédée par ses sept démons, n’était pas en « état de grâce ».

Benoît XVI (alors Joseph Ratzinger), le 4 juin 1970 à Munich, disait :

« L’effet médiatique du Concile et la perspective d’un rapprochement possible entre la foi et l’absence de foi ont radicalisé cette aliénation à l’extrême. Bien souvent, le Concile a été applaudi par ceux qui n’avaient aucune intention de devenir croyant au sens de la tradition chrétienne et qui ont plutôt vu dans ce « progrès » de l’Église une confirmation de leurs choix et de leur chemin.

Mais dans le même temps, la foi est entrée en ébullition au sein même de l’Église. Le problème de la médiation historique entraîne l’antique Credo dans une pénombre d’incertitude et d’ambigüité dans laquelle les vérités perdent leurs contours ; l’objection des sciences naturelles ou plus encore de ce que l’on considère comme étant la conception cosmologique moderne a fait sa part pour aggraver ce processus. La frontière entre l’explication et la négation devient toujours plus floue sur les questions principales : que signifie vraiment « ressuscité d’entre les morts ? ». Qui est-ce qui croit, qui est-ce qui interprète, qui est-ce qui nie ? Et pendant que l’on discute des limites de l’interprétation, on perd de vue le visage de Dieu. La « mort de Dieu » est un processus très réel, qui pénètre aujourd’hui en profondeur au sein de l’Église. Dieu meurt dans la chrétienté, semble-t-il…

Le droit de citoyenneté que l’incrédulité a obtenu dans l’Église rend la situation toujours plus insupportable pour les uns et pour les autres ; et surtout, à travers ces processus, le programme de réforme a abouti à une ambigüité singulière ... la disparition des frontières précises entre foi et incrédulité.

Dans un premier temps seulement, le résultat de cette disparition a semblé être une libération. Aujourd’hui, il est clair que, malgré tous les signes d’espérance qui existent encore, ce processus n’a pas donné naissance à une Église moderne mais bien à une Église profondément déchirée et plus problématique que jamaisce n’est pas une institution prodigieusement répandue mais une association vide et stagnante, qui n’est en mesure de dépasser sérieusement ni les frontières de l’esprit européen ni celles du Moyen Âge ; non pas une profonde sainteté mais un ensemble de toutes les actions honteuses des hommes, souillée et mortifiée par une histoire remplie de scandales ... à tel point que ceux qui font partie de cette histoire ne peuvent que se couvrir honteusement la face ; et enfin en guise de stabilité, elle a cédé à la complaisance envers tous les courants de l’histoire, au colonialisme, au nationalisme et même à la tentative de s’adapter au marxisme et, là où c’était possible, de se confondre avec lui.

Si c’est ainsi que sont les choses, alors on dirait bien que l’Église n’est plus le signe qui incite à la foi, mais plutôt le principal obstacle à son acceptation »

Joseph Ratzinger, le 4 juin 1970, n’était pas pessimiste, mais prophète. Pour lui la plus grave crise de l’Eglise était l’abolition de la frontière entre Foi et incrédulité. Pour être membre de l’Eglise, pour participer à la vie du Royaume, il faut nécessairement vivre dans la grâce sanctifiante. Si l’on est en état de péché mortel, on peut encore se convertir, mais il est nécessaire de se convertir pour entrer dans le Royaume de Dieu. Redisons-le encore : il n’est pas possible d’être « en même temps » en état de grâce et en état de péché mortel.

Cet ajout nécessaire ne doit pas nous faire oublier, cependant, notre consigne : avec les Saints et les âmes du purgatoire, croyons que la Puissance du Christ se déploie dans notre faiblesse !  Vivons dans la joie et l’action de grâce la belle et grande Fête de la Toussaint ! Le Ciel est notre Patrie.

4) Formation

Nous vous invitons à étudier le Catéchisme de l’Eglise Catholique : le Salut (CEC 600-605), le purgatoire (CEC 1030-1032), les indulgences (CEC 1471-1479).

5) Action, mission

aidons nos contemporains à ne pas déserter l’Eglise et à ne pas délaisser Jésus. Qu’ils puissent trouver dans les maisons des chrétiens des refuges sûrs en cette grande tempête. 

6) Partage

Partageons nos joies et nos peines en toute simplicité. 

Nous vous remercions pour vos prières et votre générosité et je vous bénis affectueusement en vous assurant de la prière et de l’affection de Mère Hélène et de tous nos frères et sœurs. Vivons ce mois de novembre en grande communion avec les Saints du Ciel et les âmes du purgatoire et préparons activement la Grande Fête de Notre-Dame des Neiges. Merci pour votre soutien pour le Site Notre-Dame des Neiges.

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Vous avez été nombreux à suivre les évènements autour du Site Notre-Dame des Neiges ces derniers jours, et nous vous remercions pour votre soutien et vos prières. Vous trouverez dans les actualités de notre site fmnd.org des éclaircissements qui vous permettront de faire la lumière par rapport à tout ce qui a été dit à ce sujet. Et pour plus d’infos, rendez-vous comme toujours sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Avril 2024 : Notre-Dame de Zeitoun
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers