Septembre 2020 : Soyons forts dans la Foi ! Soyons fiers de nos racines !

N’ayons pas peur ! Comptons sur la Grâce fidèle de Dieu ! Soyons forts dans la Foi ! Soyons fiers de nos racines !

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

I - Avant de commencer...

Nous voici dans le mois de la rentrée que beaucoup redoutaient. Ne perdons pas confiance et gardons la paix du cœur et la sérénité. Les nouvelles lois de bioéthique votées par nos députés, fin juillet, la violence qui ne cesse de croître au point que plusieurs parlent d’ensauvagement, l’impureté qui se répand en notre pays et dans le monde entier, la peur panique de la deuxième vague du covid-19, engendrent « luctus et angor » = tristesses et angoisse. Pouvons-nous encore privilégier « gaudium et spes » = joie et espérance ? Oui, nous le pouvons et nous le devons, parce que nous sommes les disciples de Jésus, Notre-Seigneur et Notre Dieu.

Les enfants de la colonie, les adolescents des deux camps près du Puy, les jeunes du pèlerinage en Pologne, les 60 retraitants de la retraite pour tous, les familles qui ont fait un séjour à Saint-Pierre et la très belle fête du 15 août ont révélé l’action de Dieu dans les cœurs. Nous avons vraiment expérimenté que là où le péché abonde, la grâce surabonde (Rm 5, 20).

Nous aurons la joie, ce samedi 5 septembre, d’accueillir plusieurs d’entre vous pour entourer sœur Téodora qui professera ses vœux perpétuels. Nous confions à vos prières la retraite des postulants et novices qui commencera le dimanche 6 septembre au soir.

Prière d'introduction

Viens Esprit de sainteté… Notre Père... ND des Neiges, St Joseph, Bse Dina, Ste Mère Térésa, St Jean Gabriel, St Grégoire le Gd, St Jean Chrysostome, St Matthieu, St Maurice, St Padre Pio, St Vincent de Paul, Bse Chiara Luce, Sts Côme et Damien, Ste Thérèse Couderc, St Venceslas, Sts Michel, Gabriel et Raphaël, St Jérôme, Sts Patrons, Sts Anges gardiens.

Efforts

Se redire chaque jour : les évènements du monde portent à la tristesse et à l’angoisse, mais nous voulons et devons avec Jésus, Marie et Joseph privilégier la joie et l’espérance.

Parole de Dieu : Mc 4, 35-41. Jésus commande avec autorité à la mer : la tempête se calme !

« Ce jour-là, le soir venu, il dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnaient. Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait. Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » » (Mc 4, 35-41)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline et méthode : vouloir, prévoir, revoir

Reprenons les trois verbes de Saint Ignace de Loyola dont nous avons parlé l’année dernière: vouloir, prévoir et revoir. Vouloir : au début de ce mois de rentrée, choisissons un effort concret pour être plus discipliné et plus méthodique. Prévoir : comment allons-nous mettre en pratique, chaque jour, l’effort concret choisi. Revoir : notons les victoires ou les échecs dans notre examen de conscience.

2) Obédiences : un tremplin pour se dépasser

Revitalisons la pratique des obédiences de cordée. Leur but, dans l’esprit de nos Père et Mère, est d’aider les autres à grandir et à devenir meilleurs. L’obédience est un tremplin pour se dépasser, réaliser telle action, oser telle rencontre que l’on n’aurait jamais eu l’audace d’entreprendre. Les apôtres ne seraient jamais partis évangéliser toutes les Nations, si Jésus ne les avait pas envoyés. Accueillons l’obédience non comme un fardeau mais comme un don pour grandir.

3) Consigne spirituelle : N’ayons pas peur !

N’ayons pas peur ! Les premiers mots de Saint Jean-Paul II nous semblent vraiment d’actualité en ce mois de rentrée si redouté par beaucoup de nos contemporains. Le premier Pape polonais de l’histoire, venant d’une Eglise qui se trouvait au-delà du rideau de fer, et qui avait résisté à la dictature nazie et à la dictature marxiste, s’adressait à l’Eglise d’Occident, « anesthésiée » par une autre dictature : le libéralisme.

Benoît XVI, dans l’homélie de la Messe de son intronisation, avait donné cette interprétation du « n’ayez pas peur de Jean-Paul II » :

«N'ayez pas peur, ouvrez tout grand les portes au Christ. Le Pape parlait aux forts, aux puissants du monde, qui avaient peur que le Christ les dépossède d'une part de leur pouvoir, s'ils l'avaient laissé entrer et s'ils avaient concédé la liberté à la Foi. Oui, il les aurait certainement dépossédés de quelque chose: de la domination de la corruption, du détournement du droit, de l'arbitraire. Mais il ne les aurait nullement dépossédés de ce qui appartient à la liberté de l'homme, à sa dignité, à l'édification d'une société juste. Le Pape parlait en outre à tous les hommes, surtout aux jeunes. En quelque sorte, n'avons-nous pas tous peur si nous laissons entrer le Christ totalement en nous, si nous nous ouvrons totalement à lui, peur qu'il puisse nous déposséder d'une part de notre vie? N'avons-nous pas peur de renoncer à quelque chose de grand, d'unique, qui rend la vie si belle? Ne risquons-nous pas de nous trouver ensuite dans l'angoisse et privés de liberté? Et encore une fois le Pape voulait dire: Non! Celui qui fait entrer le Christ ne perd rien, rien, absolument rien de ce qui rend la vie libre, belle et grande ». 

Notre monde s’enfonce de plus en plus dans la peur, Dieu devient de plus en plus absent. Il est indispensable de redonner l’amour de Dieu, la confiance en Dieu afin que les gens chassent la peur de leur cœur. Donnons la confiance, la paix et la joie. C’est possible et c’est indispensable. Donnons la joie de Dieu aux personnes avec qui nous vivons ou que nous rencontrons sur notre lieu de travail ou d’étude et en nos loisirs. Ne donnons pas une « joie superficielle qui n’apporte pas la paix. La joie que nous devons donner est la joie de Dieu. Il ne faut pas avoir peur. Cela ne veut pas dire : être insouciant, non. Mais il faut chasser la peur. N’ayez pas peur ! Que ces mots se gravent en nos cœurs. Dieu est là et Il est plus fort que le démon.

Comptons sur la Grâce fidèle de Dieu ! Notre Père Fondateur, dans les dernières années de sa vie, alors qu’il vivait le douloureux évangile de la souffrance, ne cessait de nous dire : Jésus est là ! Les apôtres, qui avaient abandonné Jésus pendant Sa Passion, après Sa Résurrection et le don de l’Esprit-Saint, sont partis évangéliser toutes les Nations païennes. Comment ont-ils pu entreprendre une mission aussi insensée, humainement parlant ? Ils n’ont pas considéré leurs faiblesses, mais ils ont cru à la vérité des paroles de Jésus dans son discours d’envoi en mission : « Et voici que Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation du Siècle » (Mt 28, 20). Demandons à Notre-Dame des Neiges la grâce de partager la Foi confiante des apôtres. Nous sommes faibles, c’est un fait, mais la puissance de la Grâce de Dieu se déploie dans notre faiblesse (2 Co 12,9). Soyons les témoins fidèles et forts de Jésus. Sa Grâce ne nous fera jamais défaut, si nous recourons aux sacrements qu’Il a institués et si nous Le prions sans cesse.

Le Pape François disait aux jeunes en Macédoine, le 9 mai 2019 :

« Quand tout semble immobile et stagnant, quand les problèmes personnels nous inquiètent, quand les malaises sociaux ne trouvent pas les réponses qu’ils méritent, ce n’est pas bon de partir battus... Cherchez à penser à vos rêves les plus grands : donner espérance à un monde fatigué, ensemble avec les autres, chrétiens et musulmans… Les rêves les plus beaux se conquièrent avec espérance, patience et effort, en renonçant à l’empressement – comme ces artistes –. En même temps il ne faut pas s’arrêter par manque d’assurance, il ne faut pas avoir peur de parier et de faire des erreurs – non, ne pas avoir peur ! –. Il faut avoir peur de vivre paralysés, comme morts dans la vie, transformés en des personnes qui ne vivent pas, parce qu’elles ne veulent pas risquer – et un jeune qui ne risque pas est un mort –, parce qu’elles ne persévèrent pas dans leurs engagements et parce qu’elles ont peur de se tromper. Même si tu te trompes, tu pourras toujours lever la tête et recommencer, parce que personne n’a le droit de te voler l’espérance ». Ne vous laissez pas voler l’espérance ! Chers jeunes, n’ayez pas peur de devenir des artisans de rêves et des artisans d’espérance. D’accord ? »

Dans l’acte d’espérance, nous disons à Dieu que nous espérons avec une ferme confiance qu’Il nous donnera le Bonheur éternel dans Son Royaume et, par les mérites de Son Fils, Sa Grâce pour y parvenir.

Soyons forts dans la Foi ! Notre Fondateur nous appelait souvent à être forts dans la Foi. Cette grâce, nous devons la demander à l’Esprit-Saint. Dans l’acte de Foi, nous disons croire fermement à toutes les Vérités révélées par Dieu parce qu’Il ne peut ni Se tromper ni nous tromper. En ce monde marqué par le relativisme et la confusion, soyons des témoins de la Foi de l’Eglise, Foi qui nous permet de participer à la connaissance de Dieu Lui-même, qui est la Vérité et la Source de la Vérité.

Saint Paul a été fort dans la Foi. Qu’il soit notre modèle en ce mois de rentrée. Il nous aidera à ne pas nous laisser arrêter par les oppositions, les contradictions, les persécutions. Ecoutons-le : «Sont-ils ministres de Christ ? Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j'ai reçu des Juifs quarante coups moins un, trois fois j'ai été battu de verges, une fois j'ai été lapidé, trois fois j'ai fait naufrage, j'ai passé un jour et une nuit dans l'abîme. Fréquemment en voyage, j'ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. J'ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. Et, sans parler d'autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises (2 Co 11, 23-28). A son disciple Timothée, au terme de sa vie, il donnera ce témoignage magnifique : "Je sais en qui j'ai cru !" (2 Tm 1,12). Ne doutons pas de Jésus, ne rougissons pas de Son Eglise, mais soyons forts dans la Foi et fidèles !

Soyons fiers de nos racines ! Beaucoup ont parlé, au moment du confinement, du « monde d’après ». Mais quel est-il ce monde ? Abordons ce mois de rentrée avec cette détermination : soyons fiers de nos racines chrétiennes. Nous ne pouvons pas ne pas souffrir et ne pas être angoissés devant la désacralisation de plus en plus grande de la vie humaine, la défiguration de l’amour humain et la déconstruction de la famille telle que Dieu la veut. Mais ne baissons pas les bras. La France, Fille aînée de l’Eglise, n’est pas encore morte. A la suite des Saints de France, soyons fiers de nos racines chrétiennes et ne rougissons ni de Jésus ni de Son Eglise !

4) Formation : tu ne mentiras pas

L’année dernière, nous vous avions invité à bien assimiler le Catéchisme de l’Eglise Catholique. Nous pourrions approfondir le huitième commandement de Dieu (CEC 2464-2513).

5) Action : exerçons l’apostolat irrésistible de l’Amour

Mère Marie-Augusta disait à ses enfants spirituels :

«L'apostolat de l'amour est irrésistible : des âmes sont très éprises ; il faut continuer de prier et de pâtir pour elles. La maladie est un enfantement douloureux des âmes qui sont chères à Jésus. Je souffre, mais par amour pour Jésus j'ai de la joie dans ces souffrances. Dieu me donne des accalmies pour refaire mes forces humaines. Jésus nous veut humains ; Il veut que nous continuions sa Passion et Il était homme. Ayons confiance, mais nous sommes dans la vallée de larmes. Vous ne pouvez pas penser seuls : ouvrez-vous dans la simplicité, l'abandon et l'amour. Dites votre souffrance. Entourez Jésus d'amour et Il déversera à flots sa miséricorde. L'amour pur du petit enfant rend si simple dans la naïveté qu'il nous rend irrésistibles à son Cœur. Aimons et rendons l'amour comme Jésus aime Lui-même. »

Ne soyons pas timides pour témoigner de notre Foi, de notre joie chrétienne et de notre espérance. Entourons Jésus de notre amour et exerçons auprès de tous l’apostolat irrésistible de l’Amour.

6) Partage : soyons enthousiastes

Partageons sur ce que nous avons fait pendant ces deux mois d’été. Soyons enthousiastes pour parler des rencontres que nous avons eues, des découvertes que nous avons faites (nouveaux paysages, beauté de la nature …) et partageons nos joies et notre espérance. Merci aux sentinelles du Site de Notre-Dame des Neiges. Votre sollicitude nous touche. Nous vous en remercions.

7) Actualité de l’Eglise et du monde : un temps pour la création

Célébrer la création, prier pour sa sauvegarde, c’est se donner (au moins) un rendez-vous annuel où placer notre rapport à la création au centre de notre vie communautaire et de nos célébrations. Ce temps précieux est une occasion de faire participer chaque “groupe” ou personne selon ses charismes propres pour vivre un temps qui marquera par sa beauté et sa créativité.

Origines : un temps pour la création a été instauré en 2007 lors de la rencontre œcuménique de Sibiu (Roumanie). Les dates proposées allaient du 1 er septembre (début de l’année liturgique orthodoxe) au 4 octobre (St François d’Assise) en passant par la fête des récoltes célébrée en milieu protestant. Dès 1989, le patriarche œcuménique Dimitrios instaure par une encyclique le début de l’année liturgique orthodoxe comme jour de prière pour la création. En 2015, le Pape François encourage les catholiques à vivre ce temps pour la création en instaurant une journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création commune avec les orthodoxes. En France la coutume reste de célébrer la SAISON DE LA CRÉATION dans le laps entre le 1er septembre et le 4 octobre. C’est ce que recommande le CECEF (Conseil d’Eglises Chrétiennes en France).

Nous vous souhaitons une bonne rentrée et nous vous assurons de nos prières et de notre affection. Nous serons heureux d’accueillir pour la profession des vœux perpétuels de Sœur Téodora, ce samedi 5 septembre.

 Je vous bénis paternellement et vous remercie de ne pas vous lasser de prier pour les travaux actuels sur le Site Notre-Dame des Neiges à Saint-Pierre et pour le projet de La chapelle du Cœur Immaculé de Marie. Nous confions à Jésus, à Notre-Dame des Neiges et à Saint Joseph toutes vos intentions et vos soucis de famille, de santé et de travail.

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Après la grande bénédiction du Site Notre-Dame des Neiges en ce dernier 15 août - nous l'avons consacré aux Coeurs unis de Jésus et de Marie, sous le regard de Saint Joseph - nous avons été heureux d'accueillir Saint Michel quelques jours après, qui veillera bientôt sur le site ! Pour suivre les dernières nouvelles relatives au chantier, RdV sur sitendn.fmnd.org

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Septembre 2020 : forts dans la foi et fiers d...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers