Les combats de la famille : le combat de la pureté

Publié le par

WE Foyers 1er trimestre 2019

La vérité dans la douceur de l'amour, remède pour surmonter les crises dans l'Eglise et la famille

Nous continuons avec les enseignements des WE Foyers... Aujourd'hui, voici la première partie du deuxième enseignement donné lors de nos WE Foyers du 1er trimestre 2019 sur le thème : "La vérité dans la douceur de l'amour, remède pour surmonter les crises dans l'Eglise et la famille."

         Après la première causerie sur l’Histoire de l’Eglise et le développement du dogme, nous allons comme le trimestre dernier développer un sujet qui concerne davantage votre vie conjugale avec trois parties distinctes : le combat olympique de la pureté ; l’évangile de la vie ; le témoignage de l’esprit de famille selon Dieu.

Aujourd'hui, nous aborderons le combat olympique de la pureté.

1) Le combat olympique de la pure

 

a) Une conviction de Mère Marie-Augusta, commentée par notre Père fondateur

Cette expression vient de Mère Marie-Augusta et de sa conviction puisée dans son union au Cœur de Jésus, en juillet 1948. La date n’est pas anodine : 20 ans exactement avant l’Encyclique Humanae Vitae de Paul VI du 25 juillet 1968. Qui, en 1948, pouvait imaginer le combat que nous aurions à mener avec la « révolution sexuelle » de 1968 ? 

La conviction de Mère Marie-Augusta était, nous en sommes convaincus, prophétique. Voici comment notre Fondateur commentait la conviction inspirée de notre Mère : « Un des points d'approfondissement et de réflexion, qui déjà en ce temps devenait de plus en plus nécessaire, c'était la place de la vertu de chasteté dans notre vie religieuse qui comporte le vœu de chasteté parfaite, mais aussi l'état du monde moderne dans ce domaine de la chasteté. La civilisation qui se répand mondialement, malgré toutes les traditions des peuples et des religions, en particulier de l'Islam, a un bon côté, celui d'une certaine libération de la femme, qui est considérée de moins en moins comme une mi­neure dépendant toujours de l'homme. De droit, pour le chrétien, il est clair qu'elle est l'égale de l'homme en dignité et en vocation éternelle. Saint Paul disait déjà : "Il n'y a plus d'hommes, plus de femmes, plus d'esclaves, plus d'hommes libres, il y a le Christ tout en tous." Mais concrètement, surtout dans le paganisme, la femme était la servante de l’homme. Elle l'est encore souvent. Cependant elle peut avoir de plus en plus une égalité d'influence ou d'autorité avec l'homme.

Mais une conséquence qui, en soi, n'est pas mauvaise, mais, en pratique, dangereuse à cause des conséquences du péché originel, c'est que les femmes sont de plus en plus mêlées aux hommes depuis leur adolescence, avec tout ce que cela comporte de tentations selon l'instinct sexuel, dans une liberté de mœurs qui veut s'imposer même dans toute la législation. Or cela conduit à la corruption des mœurs.

Les animaux obéissent simplement et totalement à leur instinct voulu par le Créateur, tandis que l'homme et la femme peuvent mettre au service de la sensualité et du plaisir charnel, leur intelligence et leurs mœurs. Nous en arrivons ainsi à une civilisation hédoniste où triomphe de plus en plus le soi-disant amour libre, qui n'est en réalité qu'un esclavage des sens, de la sensualité et de la sentimentalité

Quel remède peut-il y avoir ? Revenir aux mœurs ancien­­­­nes ? Exiger de la femme, comme l'Islamisme, la dépendance absolue de son époux ? Il ne faut pas y songer, et d'ailleurs ce ne serait pas vraiment chrétien. La femme a une dignité que l'on doit respecter en reconnaissant sa liberté bien conçue. Le seul remède est dans la civilisation chrétienne qui peut et doit obtenir la beauté et la solidité de l'authentique amour. C'est lui qui rend libre l'homme, comme la femme, en face des faiblesses du cœur et des grossières tentations de la chair. C'est lui qui doit permettre à la civilisation moderne de ne pas se détruire dans la corruption universelle des mœurs.

On doit au contraire construire la "civilisation de l'amour". Est-ce impossible ? Certainement non. Si l'esprit chrétien pénètre partout dans les institutions, les peuples et le monde entier, la force morale puisée dans l'éducation spirituelle, la prière et les sacrements, permettra un redressement des mœurs important. Et c'est ce que Dieu veut ! Mais est-ce que cela supprimera, dans les relations si faciles et si libres entre hommes et femmes, les tentations que ce malheureux instinct sexuel, fruit du péché originel, nous a laissées en héritage ? Certainement non. Il faudra de la Foi ; il faudra de la vertu ; il faudra cultiver l'exercice de l'amour authentique, c'est-à-dire puiser dans le Cœur de Dieu la façon d'aimer de Dieu Lui-même. C'est ainsi que la chasteté gardée avec la grâce du Christ et pour Lui, deviendra de plus en plus un "martyre", c'est-à-dire un "témoignage de fidélité et d'amour de Dieu".

Saint Ambroise écrivait déjà, dans un commentaire du psaume 118 : "Chaque jour tu es témoin du Christ. Tu es tenté par l'esprit de fornication, mais avec la crainte du jugement futur, tu as pensé à ne pas perdre la chasteté de l'esprit et du corps : tu es martyr du Christ." Ainsi, il proclamait que chaque fois que le chrétien est tenté contre une vertu et qu'il résiste par attachement au Christ, il est "témoin". C'est le sens propre de ce mot : "martyr". Mais en notre temps de libéralisme sexuel, comparable sans doute à ce que vécurent les hommes avant que le déluge les condamne, ce n'est pas un simple et banal témoignage que donne le chrétien gardant la chasteté. Cela devient vraiment un témoignage-martyre qui, en temps de paix, sans persécution violente, devient en mérite, en vertu, l'égal du martyre sanglant.

C'est surtout la chasteté parfaite qui témoigne le véritable amour, mais la chasteté conjugale, sans en être l'équivalent, participe à sa valeur. Faut-il accepter facilement que beaucoup d’hommes et de femmes ne se conforment pas à la loi chrétienne de l'amour ? Faut-il laisser à leur conscience personnelle la décision de ce qu'ils peuvent et doivent faire en matière morale ? Certainement non. La loi divine doit être proclamée et le combat spirituel doit être mené particulièrement par l'éducation au bel amour et par l'appui que l'on doit donner aux chrétiens et aux familles. Il en sera toujours ainsi, même si les mœurs s'améliorent.

N'y aura-t-il alors que peu d'âmes qui pourront donner le témoignage de leur amour pour Jésus ? On peut espérer au contraire que, comme il y a eu dans la Rome des premiers siècles chrétiens, des quantités de martyrs, il peut et il doit y avoir dans les années à venir non seulement de plus en plus de témoins du Christ par la pratique de la chasteté parfaite, mais aussi de plus en plus de pères et de mères de famille pratiquant la chasteté conjugale, donnant la vie généreusement et réalisant la "communauté d'amour et de vie" féconde en vocations.

La famille conforme aux désirs de Dieu sera, comme le martyre du sang, féconde en chrétiens authentiques. Je parle de chasteté plutôt que de virginité gardée avec et pour le Christ. Non pas que l'on ne puisse pas vouloir et espérer que de plus en plus soient nombreux les jeunes gens et les jeunes filles se donnant à Jésus dans leur intégrité, mais il faut aussi espérer que beaucoup de ceux et de celles qui l'auront perdue, soient conquis par le Cœur de Jésus et s'engagent dans la chasteté parfaite pour Lui.

Mais la décision du cœur ne suffit pas pour vivre ensuite la chasteté parfaite toute sa vie. Il faut qu'elle soit soutenue, fortifiée par une vie vraiment unie au Christ dans la prière, les sacrements, l'apostolat. Il faut l'exercice de toutes les vertus, le combat contre l'égoïsme, l'orgueil, le repli sur soi. Il faut la Foi, la Confiance et l'Amour. Et ainsi on peut dire que, sans se lasser, on soutiendra le véritable combat olympique de la pureté. Avec la force de Jésus, généreusement, il y aura la résistance aux sauvages tentations de la volupté. Et cela sera d'ailleurs source de vigueur dans le combat spirituel en tous domaines. Cela permettra la domination de la peur, l'acceptation généreuse de la souffrance, sous toutes ses formes, la réalisation d'une vie conforme aux Béatitudes. "Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu"  (Mt 5, 9) ».

71 ans après ces réflexions de nos Fondateurs, nous n’avons rien à ajouter ni à retrancher. Nous espérons qu’elles vous aideront dans votre union conjugale à vous aimer toujours plus amoureusement dans la fidélité et dans la durée.

 

b) Pour les membres de la communauté... mais aussi les époux !

Notre Fondateur concluait son commentaire en s’adressant aux membres de la Communauté, qui ont fait vœu de chasteté : «C'est tout cela que nous devions approfondir dans notre retraite de juillet 1948, pour nous-mêmes mais aussi et surtout pour nous préparer à être les éducateurs de nos enfants et de bien d'autres âmes. Il faudra recevoir dans notre famille des jeunes généreux qui voudront suivre et particulièrement imiter la force spirituelle et le courage dans la souffrance qu'avait Mère Marie-Augusta. Elle était toujours avide, dans son amour pour son Époux, de Lui donner des enfants qui L'aimeraient comme elle L'aimait. Notre-Dame des Neiges est notre Mère et Maîtresse de sainteté, sainteté dans la pureté de corps et de cœur. Avec le grand secours de l'Immaculée, nous voulons être des apôtres de la Chasteté ».

Cet appel de notre Fondateur s’adresse aussi à vous, époux que nous sommes heureux d’accueillir en nos Foyers Domini. N’ayez pas peur ! Le combat olympique de la pureté ne concerne pas seulement une toute petite élite d’époux chrétiens, il peut et doit être vécu par tous les époux unis dans et par le sacrement du mariage. Être saints, rappelons-le, ce n'est pas de ne plus jamais pécher, de ne plus jamais connaître des chutes, mais de se relever sans tarder si l’on est tombé !

Paul VI, dans l’Encyclique Humanae Vitae, après avoir rappelé les exigences de Dieu pour l’amour conjugal, a encouragé les époux à ne pas se décourager mais à recourir au sacrement de pénitence. Alors, prenons la décision de mener et faire mener l’enthousiasmant combat olympique de la pureté avec Notre-Dame des neiges.

 

c) Le combat contre les défigurations de l'amour

Combattons la pornographie et l’érotisme, qui polluent les corps et les âmes spirituelles. Merci à François Billot de Lochner et à son association « liberté politique » pour son courage dans son combat contre la pornographie. Aidons-le ! Mener le combat olympique de la pureté, c’est aussi avoir le courage de rappeler que l'adultère est un péché grave (C.E.C. 2380), d’enseigner sans peur l’intégralité de l’Encyclique Humanae Vitae et de combattre toute défiguration de l’amour humain. La sexualité n’est pas jeu érotique !

Osons dire, sans juger les cœurs, sans homophobie, que les actes homosexuels sont gravement désordonnés et qu’ils contredisent le plan de Dieu (C.E.C. 2357-2359). L’inceste est un acte particulièrement grave qui corrompt les relations familiales et marque une régression vers l'animalité (C.E.C. 2389). L'union libre n’est pas dans le plan de Dieu. La pédophilie est un crime, elle est l’un des grands scandales de notre temps : les victimes sont marquées pour la vie ! La masturbation, enseigne l’Eglise (C.E.C. 2352), nuit à l’esprit de pureté d’un chrétien.

Citons enfin le numéro 2390 du CEC : « Toutes ces situations offensent la dignité du mariage, détruisent l'idée même de la famille et affaiblissent le sens de la fidélité. Elles sont contraires à la loi morale car l'acte sexuel a sa place exclusivement dans le mariage ; en dehors, il constitue toujours un péché grave et exclut de la communion sacramentelle... Les rapports sexuels prématurés ne permettent pas d'assurer dans sa sincérité et sa fidélité la relation interpersonnelle d'un homme et d'une femme, et notamment de les protéger contre les fantaisies et les caprices».

En affirmant cela, nous allons à contre-courant, mais soyons courageux : c’est l’avenir de la France et des familles qui est en jeu. Mener le combat olympique de la pureté demande le courage des martyrs. Comme le disait notre Fondateur : ce courage a été donné aux premiers chrétiens, ce courage nous est donné aujourd’hui. Ce courage nous donnera paix du cœur, joie et il vous permettra de vous aimer en vérité et amoureusement jusqu’à la fin de votre vie.

(Samedi prochain : l’évangile de la vie !)

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2019 : les commandements de Dieu
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers