"L'année des saints" recommence !

Publié le par

Commencement d'un nouvelle année liturgique...

Cette année, vivons chaque jour avec les saints !

Vous en avez peut-être déjà l'habitude... Dans notre famille Domini, chaque année liturgique A est une "année des saints" au cours de laquelle nous découvrons chaque jour, au cours de la messe, un des saints du martyrologe romain !

Nouveauté cette année, nous mettons également en valeur les reliques des saints du jour que nous possédons, pour vivre encore davantage en leur présence.

Découvrez avec nous tous ces amis du Ciel qui nous attendent et nous soutiennent ! Rendez-vous sur tv.fmnd.org pour la retransmission en direct de la messe à St Pierre de Colombier.

Aujourd'hui : Saint Habacuc

Notre année des saints débute avec le prophète Habacuc. Un personnage de l’Ancien Testament, un prophète qui annonce la venue du Rédempteur. Tous les saints que nous apprendrons à connaître en cette nouvelle année liturgique ont été des passionnés de Jésus et doivent leur sanctification en premier à la grâce reçue de Notre Seigneur. C’est bien la prière que faisait St Claude la Colombière et que Mère Marie Augusta faisait sienne : « C'est à vous à tout faire, divin Cœur de Jésus-Christ, vous seul aurez toute la gloire de ma sanctification, si je me fais saint ; cela me paraît plus clair que le jour. » Ainsi, commencer cette année par un prophète nous rappelle que le centre de l’histoire de l’humanité c’est Jésus le seul Sauveur, et que les mérites de sa Rédemption ont permis à tous les justes de l’Ancien Testament de pouvoir monter au ciel à la suite du Seigneur.

Une deuxième raison nous pousse à faire mémoire de ce prophète au début de notre année liturgique c’est le cantique qu’il nous a laissé et que nous chantons certains vendredis. En effet, son cantique commence par affirmer la grandeur de Dieu qui nous pousse à la sainte crainte. Puis il nous prophétise la venue du Seigneur qui viendra détruire le mal : « Tu es sorti pour sauver ton peuple pour sauver ton messie. Tu as foulé, de tes chevaux, la mer et le remous des eaux profondes. » Cette venue nous pousse à l’allégresse : « Et moi, je bondis de joie dans le Seigneur, j'exulte en Dieu, mon Sauveur ! Le Seigneur mon Dieu est ma force ; il me donne l'agilité du chamois, il me fait marcher dans les hauteurs. » Ainsi, Saint Habacuc nous introduit parfaitement dans le temps de l’Avent qui a été ouvert hier. Préparons-nous donc à notre prochaine fête de Noël avec la même ardeur que les justes de l’Ancien Testament qui attendaient le Messie.

Mais qui est ce prophète ? Nous pouvons le découvrir à travers son livre. Son écrit peut être partagé en trois sections. La première révèle davantage sa personne et pose le problème de son temps. En effet, Habacuc apparaît comme une âme angoissée par le problème du mal : « Pourquoi me fais-tu voir l'iniquité et regardes-tu l'oppression ? Je ne vois que rapine et violence, c'est la dispute, et la discorde sévit ! » (1.3). En face, l’apparente indifférence de Dieu : « Pourquoi (...) gardes-tu le silence quand l'impie engloutit un plus juste que lui ? » (1.13). C’est un peu la même question qui travailla Job, mais sur le plan des nations.

Habacuc attend une réponse de Dieu et elle lui sera donnée. C’est la deuxième section. Elle lui est donnée par une vision, dans laquelle il comprend que le peuple Babylonien, peuple oppresseur, sera châtié à son tour. Dieu lui fait comprendre aussi que chaque peuple sert à sa manière à la réalisation de son plan divin plein d'une Sagesse qui dépasse l'intelligence humaine. Le cœur de la réponse de Dieu est dans ce verset : « Voici qu'il succombe celui dont l'âme n'est pas droite, mais le juste vivra par sa fidélité. » ou, selon la version grecque : « le juste vivra par sa foi ». Expression citée par saint Paul. Aussi Habacuc a-t-il été parfois appelé le prophète de la foi.

Enfin, la troisième partie est la prière du prophète à la suite de sa vision. Il a foi dans les paroles qui lui furent transmises et il implore Dieu pour leur réalisation. Il retrouve également la paix qu’il avait perdue.

Cette prophétie, qui concerne directement la situation géopolitique de l’époque, a également une réalisation plus profonde en ce qui concerne le mal et le pouvoir de Satan. Dieu l’a vaincu définitivement par l’œuvre de la Rédemption accomplie par Jésus. C’est cette perspective qui est la source de la joie qui nous habite le jour de Noël. Mais cependant, le Seigneur nous demande de vivre par la foi. Là nous trouverons la paix malgré le combat. Saint Habacuc nous rappelle donc en ce début d’année l’importance primordiale de la foi, c’est la grâce que nous lui demandons en ce jour !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2019 : pour une année de renouveau
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers