Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ...

Publié le par

Homélie du 17e Dimanche du Temps Ordinaire

Dimanche 26 juillet 2020

Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur...

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner ton peuple et discerner le bien et le mal ; sans cela, comment gouverner ton peuple » Combien est belle la réponse  du roi Salomon à qui Dieu avait dit : « Demande ce que je dois te donner» ! 

Salomon n’a pas demandé la richesse de bien matériel mais il a demandé la vraie richesse : la sagesse  qui consiste à discerner le bien et le mal. Combien nos gouvernants devraient se souvenir de la réponse de Salomon. En effet, un monde sans sagesse devient un monde fou. Aujourd’hui, nous n’avons bâti un monde que sur les critères de la technique, du savoir, de l’immédiateté, de l’émotionnel, de l’utilitarisme. Il ne semble valider que le succès technologique et le profit du marché.

En cette fin juillet, le passage en force de la loi sur la bioéthique, qui est la loi de toutes les dérives, manifeste que nous nous sommes éloignés du discernement entre le vrai bien et le vrai mal. En réalité nous nous sommes éloignés de la recherche de la vérité. Or comme disait Rabelais : « science sans conscience n'est que ruine de l'âme » ! On pourrait ajouter que « science sans conscience » n’est que ruine de l’homme et de la société.

Le sage professeur  Jérôme Lejeune avait bien perçu la situation actuelle lorsqu’il disait : « Il se trouve que nous sommes devant un dilemme absolument redoutable qui est le suivant: la technique est cumulative, la sagesse ne l'est pas. Nous serons de plus en plus puissants donc de plus en plus dangereux, nous ne devenons pas de plus en plus sages, hélas. Qu'est-ce que les gens dont c'est le métier, comme moi, pourront faire pour savoir «ceci doit être fait, ceci doit être refusé ?».

La question du juste (c’est-à-dire quelle est la justesse morale de l’acte à poser) et la question de la dignité (c’est-à-dire qu’est-ce qui est irréductiblement digne chez l’homme, quel que soit son état) doit être au cœur de toute décision. Il est urgent de revenir à une perception juste de la conscience qui ne crée pas les valeurs mais qui juge de la moralité de nos actes. Nous ne pouvons pas laisser partir le monde à la dérive. Choisissons la sagesse plutôt que la folie ! C’est pourquoi nous devons réaffirmer de manière claire, limpide et convaincante ce qui est bien et ce qui est mal.

Nous ne devons pas accepter la confusion car la confusion est la marque de Satan, le menteur et l’homicide. La sagesse s’acquière. Elle a besoin de jalons pour pouvoir être assimilée, puis exercée. En tant que chrétiens, l’Évangile est la lumière indépassable qui nous éclairera sur le bien et le mal.

Saint Jean-Paul II disait que pour sauver l’Europe, il était urgent de reconstruire les consciences à la lumière de l’Évangile. En effet, pour nous, chrétiens, la sagesse est venue dans le monde. Elle a pris chair de notre chair, elle a pris visage humain dans le Fils de l’Homme, qui est aussi le Fils de Dieu, Jésus, le Verbe du Dieu Vivant. C’est Lui qui a les Paroles de la Vie éternelle. C’est lui la Parole éternelle du Père. N’ayons donc pas honte des commandements de Dieu ; n’ayons pas honte de la radicalité de l’Évangile, n’ayons pas honte de l’enseignement moral de l’Eglise car comme dit le psaume « tes commandements clarifient le regard ». Platon disait déjà : « Le sage n’est pas celui qui sait beaucoup de choses, mais celui qui voit leur juste mesure ». Le sage est quelqu’un qui doit savoir prendre ses distances avec ce que tout le monde pense !

Nous les chrétiens nous avons un trésor immense, l’Evangile ; c’est le Royaume des Cieux, c’est-à-dire la vie avec Jésus et pour Jésus. C’est l’imitation de sa vie d’amour de Dieu et des autres.

L’heure est venue de défendre ce trésor. On voudrait nous faire renoncer à vivre en chrétien, à penser en chrétien ; on voudrait nous faire accepter n’importe quelle idée, situation, comportement, n’importe quelle loi comme la loi actuelle sur la bioéthique. L’heure est venue de tout vendre pour pouvoir garder le trésor du Royaume des Cieux. Or aujourd’hui pour garder ce trésor, il nous faudra peut-être renoncer à certains métiers, avantages ou facilités. Il nous faudra certainement renoncer à être bien considéré par tout le monde et renoncer à notre tranquillité. Ceux qui se compromettent pour garder la paix mondaine livrent leurs enfants à la guerre.

C’est urgent, vital, l’heure est venue de tout vendre pour défendre le trésor du Royaume des Cieux et le communiquer aux autres. Il en va de la survie de notre humanité. C’est une question d’amour de nous-mêmes, des autres et de Dieu.

Sainte Anne et saint Joachim, les saints parents de la sainte Vierge que nous fêtons aujourd’hui, nous donnent l’exemple d’une famille qui a sans cesse cherché le Royaume de Cieux. Ils ont traversé bien des épreuves pour rester fidèle à ce trésor mais Dieu les a magnifiquement récompensés en façonnant par eux sa plus belle créature : la Vierge Immaculée. Que Marie nous aide à acquérir la vraie sagesse du cœur.

En vidéo !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers