Là où je vais, vous ne pouvez pas me suivre maintenant...

Publié le par

Homélie pour le Mardi Saint 2021

Mardi 30 mars 2021

Puisons dans la passion la capacité de dépasser tous les obstacles à l’amour.

La souffrance de jésus face à la trahison de Judas

- Dans le poème du serviteur souffrant, celui-ci dit : « Je me suis fatigué pour rien, c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. » (Is 49, 4). Cela peut être mis en relation avec la trahison de Judas.

- L’Evangile nous dit que Jésus fut bouleversé en son esprit, et qu’il rendit ce témoignage : « Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera. » Qui peut sonder le bouleversement de Jésus ? Une âme perdue, l’âme de l’un des douze, l’un des choisis, qui devait en conduire tant à la vie éternelle ! Et il devient un instrument privilégié de Satan. La liberté est le plus beau don de Dieu aux âmes fidèles, l’arme la plus redoutable pour les autres.

- Puis l’Evangile dit : après que Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. La trahison sera donc avant tout l’œuvre de Satan. Mais Judas lui a ouvert la porte et io est quand même responsable de ce que Satan fait en lui.

- Puis Judas sortit et il faisait nuit. On peut dire qu’ici, la nature s’accorde avec les dispositions de l’homme. Jésus est la lumière ; si on Le refuse, ce sont les ténèbres. Ce sont les ténèbres des pensées diaboliques : trahir le Maître pour 30 pièces d’argent alors que Magdeleine a versé un parfum de 300 pièces d’argent ; puis rendre ces pièces aux Grand Prêtres qui n’ont que mépris pour le traitre ; puis ce sont ténèbres du désespoir et du remord mais sans demande de pardon ; et finalement les ténèbres du suicide ; et pire encore, les ténèbres de la damnation.

La fécondité de la souffrance de Jésus

- Cependant la souffrance de Jésus est immensément féconde et cela est exprimé par le poème du serviteur souffrant auquel Dieu dit : « Je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre » (Is 49, 6).

- Dans l’Evangile, Jésus énonce la fécondité de sa souffrance. En effet, après que Juda est sorti pour consommer sa trahison, Jésus déclare : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. » La grande gloire de Dieu est de n’avoir reculé devant aucun sacrifice pour sauver l’homme ; St Thomas et Ste Faustine déclareront que le plus grand attribut divin est la miséricorde.

- Puis Jésus s’adresse à ses apôtres en les appelants « Petits enfants. » Quelle affection dans cette appellation ! Jésus console les disciples qui sont troublés par l’annonce de la trahison de l’un d’eux.

- Et il ajoute : « Là où je vais, vous ne pouvez pas aller. » Pierre demande : « Seigneur, où vas-tu ? » Et Jésus répond : « Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard. » En effet, nous ne pouvons pas aller là où va  Jésus: car nul ne peut remonter auprès du Père si ce n’est Celui qui est descendu d’auprès du Père.

Mais il y a un autre lieu où nous ne pouvons pas suivre Jésus : c’est le lieu de sa si terrible passion ! Jésus l’indique à Pierre : « Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant » et il ajoute «  tu me suivras plus tard. » Pour l’instant, Pierre, malgré ses déclarations de fidélité, ne peut donner sa vie pour Jésus, il Le reniera même trois fois ; mais plus tard, après la passion, Jésus donnera à Pierre la force de Le suivre jusqu’au don de sa vie et aussi, jusque dans la vie éternelle auprès du Père ; c’est ainsi que Pierre suivra Jésus plus tard.

- Jésus donne un  commandement nouveau : « Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. » On peut dire qu’en donnant ce commandement nouveau, Jésus indique un chemin sur lequel on ne peut pas le suivre. Pourtant Jésus nous commande d’avancer sur ce chemin. Nous pourrons donc le suivre mais plus tard, c’est-à-dire après la Passion. Il y a là un appel pressant à accueillir le don que Jésus nous offre dans sa douloureuse passion : le don de l’amour vrai, généreux et sans limite, pour aimer comme Lui, jusqu’à l’extrême, jusqu’au sacrifice de sa propre vie. Que la Passion soit donc l’objet de nos pensées. Puisons dans la passion la capacité de dépasser tous les obstacles à l’amour. Aimons toujours plus, jamais on ne dépassera les limites, jamais on n’aimera autant que Jésus.

En vidéo !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Avril 2021 : Mourir au péché et vivre en Dieu
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers