St Joseph, maître de vie intérieure

Publié le par

Homélie pour la solennité de Saint Joseph

19 mars 2020

Nous vivons un temps difficile, temps d’épreuve, mais avec saint Joseph, nous voulons trouver la force d’âme, la sérénité, puisées dans une vie intérieure intense. Cela ne nous permettra pas de tout comprendre, mais d’avancer dans une profonde confiance en Dieu. Ce sont ces deux grâces que nos demandons à St Joseph en ce jour

1- Des jours viendront où l’Epoux sera enlevé

Commençons par un événement de la vie de Jésus que nous pouvons mettre en relation avec ce que nous vivons.

Mt 9, 14-15 : Les disciples de Jean le Baptiste s’approchent de Jésus en disant : « Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »  

Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront.

- Ces paroles de Jésus visaient en premier lieu la passion. Jésus est l’Epoux, il serait enlevé à ses disciples le vendredi st. Ce serait pour eux une épreuve terrible, mais qui les ouvrirait ensuite à la joie de la résurrection, signe fort que la rédemption serait accomplie.

- Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous sont privés de Jésus Eucharistie. On peut dire que l’Epoux leur est enlevé. C’est une épreuve, mais que cela ne nous décourage pas, et rejaillisse plutôt en vigueur spirituelle.

2 - Quel lien trouver entre ce jeûne de Jésus et la fête de St Joseph ? Jésus perdu durant trois jours

Pour répondre, il faut se reporter à la perte de Jésus au temple.

St Joseph et la Ste Vierge ont vécu  jours de recherche angoissée de Jésus. Ce fut terrible.

 Il y avait la perte d’un enfant qui est une très grande souffrance.

 Il y avait la question terrible de savoir si l’on avait failli à une mission explicitement confiée par Dieu, mission qui important pour le salut de toute l’humanité. Quelle lourde responsabilité ! Quelle angoisse !

- St Joseph était, de par Dieu, le gardien de Jésus. Obéissant promptement aux désirs divins, il avait protégé Jésus lors du massacre perpétré par Hérode. Il pouvait alors se demander s’il avait été suffisamment ouvert à Dieu pour percevoir un appel à la vigilance. Et puis l’enfant Jésus était si obéissant, ne faisant jamais rien sans l’autorisation de Marie et Joseph, si bien que l’on était habituellement tranquille. On peut donc penser que Marie et Joseph ont pu se demander s’ils n’avaient pas eu un manque de vigilance ?

- Or en cette période si dure, St Joseph et la Ste Vierge ne sombrent pas dans la panique qui fait s’agiter en tous sens, dans le désordre. Non ils cherchent activement, souffrant et priant avec intensité. Contemplons cette force d’âme et cette sérénité alors que le cœur est dans une angoisse intolérable. Et cela dure 3 jours : c’est très long !

- St Joseph et la Ste Vierge souffrent ensemble et ne s’accusent pas mutuellement. Dans l’épreuve, il y a beaucoup d’imprévus et de décisions difficiles à prendre. Il est facile alors de s’accuser ou du moins de se critiquer mutuellement. St Joseph et la Ste Vierge ne sont pas tombés dans un tel travers ; au contraire, ils nous apprennent à vaincre cette tentation et à faire de l’épreuve un temps qui unit les cœurs dans l’amour et la souffrance.

- Puis, au bout de trois jours, on retrouve Jésus qui dit « Pourquoi me cherchiez-vous ? » Marie et Joseph ne comprennent pas cette parole et c’est bien normal. Ils nous apprennent ainsi à ne pas vouloir absolument tout comprendre dans les épreuves, mais à faire confiance, une confiance d’autant plus méritoire et féconde que l’on ne comprend pas.

3 - La vie intérieure de St Joseph au moment de la conception de Jésus

Un autre événement montre la vie intérieure de St Joseph, c’est l’épreuve liée à la conception de l’enfant Jésus alors que Saint Joseph n’en connaît pas l’origine. L’évangile nous dit que st Joseph avait décidé de répudier en secret son épouse. Répudier signifie pour le moins que St Joseph ne voulait pas mener la vie commune avec la Ste Vierge. En secret signifie que le motif de cette non-vie-commune n’aurait pas été connu. Le résultat en aurait été que St Joseph aurait paru aux yeux des hommes pour un lâche irresponsable, qui aurait abandonné sa femme alors qu’elle avait conçu. Quant’ à la Ste Vierge, elle aurait eu la réputation sauve et certainement n’aurait manqué de rien ; Quelle splendide décision prise par St Joseph ! Une telle décision est le fruit d’une vie intérieure intense, même dans l’épreuve, d’une force d’âme et d’une sérénité remarquables.

Une telle décision prise par saint Joseph nous permet de redire avec certitude qu’il n’y avait aucune critique, aucune accusation mutuelle entre la Ste Vierge et St Joseph quand ils ont recherché Jésus durant trois jours.

4 - Qu’est-ce que cela signifie pour nous aujourd’hui ?

Nous vivons un temps d’épreuve particulier :

Des familles se retrouvent souvent à l’étroit et cela peut facilement entraîner de l’énervement, des tensions.

Des personnes malades ne peuvent plus recevoir de visites et les personnes qui visitaient les malades sont empêchées de le faire. Cela entraîne une solitude douloureuse.

Eh bien, les familles trouveront un grand stimulant à considérer Marie et Joseph unis dans l’amour et la souffrance.

Quant’ aux personnes seules, la contemplation de la solitude de St Joseph prenant la décision de répudier son épouse en secret, c’est-à-dire de se sacrifier pour elle, les fortifiera.

Plus douloureux encore, il  a la privation de Jésus Eucharistie. Un temps est venu où l’Epoux vous est enlevé.

Que la contemplation de la souffrance de St Joseph et de la Ste Vierge cherchant Jésus durant trois jours vous réconforte. Vous souffrez réellement, mais cela peut rejaillir en grâces.

- Les apôtres ont été privés de Jésus après sa mort sur la croix, mais ensuite, ils ont été consolés par la Résurrection et ils sont devenus d’ardents missionnaires.

- St Joseph a souffert de la perte de Jésus durant trois jours, mais ensuite il a entendu Jésus dire : « Ne saviez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père ? » Même s’il n’a pas compris tout de suite cette parole, nul doute que cela ne l’ai conduit à offrir encore plus généreusement Jésus à l’œuvre du Père et à ne se considérer encore plus que comme l’humble serviteur d’un mystère immense et merveilleux.

5 - Nous pouvons faire des communions spirituelles

- Dans notre privation de Jésus Eucharistie, nous pouvons faire des communions spirituelles. Commet cela se fait-il ? Il s’agit de se recueillir comme si l’on allait communier sacramentellement, puis de penser que l’on reçoit Jésus et enfin de faire une action de grâce, un colloque avec Jésus, de s’entretenir avec lui, comme si l’on avait communié.

- Ces communions spirituelles ne nous habitueront pas à nous passer de la communion sacramentelle. Au contraire elles en aviveront le désir ; elles nous aideront peut-être aussi à demander pardon pour des communions sacramentelles trop routinière et sans grand désir.

Redisons qu’en ce temps d’épreuve, nous demandons à St Joseph de nous guider pour avoir une vie intérieure forte afin de vivre dans la confiance totale en Dieu à qui aucun événement n’échappe.

6 - En vidéo !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers