L'Eucharistie est source et sommet de toute la vie chrétienne.

Publié le par

Homélie pour la solennité du Saint-Sacrement

Dimanche 19 juin 2022

L’Église meurt sans l’Eucharistie !

Nous célébrons en ce dimanche la solennité du Corps et du Sang du Seigneur. Et nous vivons un temps de crise des vocations, qui conduit, en bien des endroits – en particulier en milieu rural – à diminuer le nombre de Messes. Se peut-il que l’Église vive, ou s’habitue à vivre sans l’Eucharistie ?

Le Catéchisme, citant le concile Vatican II, enseigne – et il est important de le rappeler : « L'Eucharistie est source et sommet de toute la vie chrétienne. Les autres sacrements ainsi que tous les ministères ecclésiaux et les tâches apostoliques sont tous liés à l'Eucharistie et ordonnés à elle. Car la sainte Eucharistie contient tout le trésor spirituel de l'Église, c'est-à-dire le Christ lui-même, notre Pâque. » [Catéchisme de l’Église catholique, nº 1324] Jean-Paul II, peu avant sa mort, nous a laissé, comme un testament, sa dernière encyclique, précisément sur l’Eucharistie. Son titre est à lui seul un enseignement : « L’Église vit de l’Eucharistie ». Prenons cet enseignement dans l’autre sens : si l’Église vit de l’Eucharistie, cela signifie que l’Église meurt sans l’Eucharistie. Aujourd’hui, certains veulent construire une Église sans l’Eucharistie – ou en tout cas ils pensent que, dans le contexte actuel, on peut construire une Église sans l’Eucharistie. Disons-le clairement : c’est impossible. Construire l’Église sans l’Eucharistie, c’est la détruire. Car – disait Benoît XVI – « l'Église n’est pas définie par ses fonctions et son organisation, mais par son culte. » [Joseph RATZINGER, Foi chrétienne hier et aujourd’hui, Mame, 1969, pages 183-184]

En ce dimanche de la solennité du Saint Sacrement, vous allez faire cet après-midi votre profession de foi, et ce matin votre communion solennelle. Gardez toujours dans votre cœur cette promesse que vous allez faire à Jésus de lui être fidèles toute votre vie. Et sachez que votre fidélité se vérifiera d’abord à votre fidélité à la Messe du dimanche. Le chrétien est membre de l’Église. Alors, comme l’Église, le chrétien vit de l’Eucharistie. Et comme l’Église, le chrétien meurt sans l’Eucharistie. Ainsi, rappelez-vous que lorsque vous ne mettrez plus la Messe du dimanche au cœur de votre semaine, vous serez un chrétien mort ! C’est l’enseignement de l’Église, rappelé dans le Catéchisme : « L'Eucharistie du dimanche fonde et sanctionne toute la pratique chrétienne. C'est pourquoi les fidèles sont obligés de participer à l'Eucharistie les jours de précepte, à moins d'en être excusés pour une raison sérieuse (par exemple la maladie, le soin des nourrissons) ou dispensés par leur pasteur propre. Ceux qui délibérément manquent à cette obligation commettent un péché grave. » [Catéchisme de l’Église catholique, nº 2181]

Aujourd’hui, on propose parfois de remplacer la Messe dominicale par une célébration de la Parole. Non, une célébration de la Parole ne remplacera jamais la Messe du dimanche. Et lorsque la Messe dominicale est célébrée, c’est un devoir d’y participer. Vous avez approfondi, pendant votre retraite, l’importance de la Messe, qui rend présent ce moment unique où Jésus s’est donné pour nous dans son sacrifice sur la Croix. La Messe est donc la source du don, parce qu’elle est le sacrifice sacramentel de Jésus. Voilà pourquoi l’Eucharistie est le trésor de l’Église, car dans l’Eucharistie nous avons tout ! Jean-Paul II disait : « Dans l'Eucharistie, nous avons Jésus, nous avons son sacrifice rédempteur, nous avons sa résurrection, nous avons le don de l'Esprit Saint, nous avons l'adoration, l'obéissance et l'amour envers le Père. Si nous négligions l'Eucharistie, comment pourrions-nous porter remède à notre indigence ? » [JEAN-PAUL II, Ecclesia de Eucharistia, nº 60] En effet, l’Eucharistie est une source, jaillie du Cœur de Jésus. Et cette source est votre trésor. Car le monde, nous le voyons bien, devient un désert. Or dans un désert, celui qui sait où se trouvent les sources  possède un trésor. Vous, vous savez où est la source. Elle est là, à l’autel. Elle est là, au tabernacle. Vous pouvez y boire lorsque vous venez recevoir Jésus. Vous pouvez y boire lorsque vous venez l’adorer. Et en même temps que vous buvez, vous donnez aussi à boire à Jésus, qui est assoiffé d’amour.

Nous avons entendu dans l’évangile de la multiplication des pains que lorsque Jésus donne, il donne en surabondance. Ce miracle – réel et historique – était le signe d’un miracle plus grand encore : celui de la multiplication, au cours de l’histoire, du pain de vie, sous l’apparence duquel Jésus, Notre Seigneur, se donne lui-même dans le sacrement de l’Eucharistie. C’est pourquoi nous avons besoin de nous approcher souvent de cette source d’eau vive, pour recevoir Jésus. Jésus se donne ; il demande seulement que nous soyons en état de le recevoir. Dans les versets qui suivent ce que saint Paul nous a dit dans la seconde lecture, l’apôtre ajoute – et c’est important d’entendre aussi ces versets : « Celui qui aura mangé le pain ou bu la coupe du Seigneur d’une manière indigne devra répondre du corps et du sang du Seigneur. On doit donc s’examiner soi-même avant de manger de ce pain et de boire à cette coupe. Celui qui mange et qui boit mange et boit sa propre condamnation s’il ne discerne pas le corps du Seigneur » (1 Co 11, 27-29).

Que la Vierge Marie nous aide à nous approcher souvent de la sainte communion avec un cœur pur, ou purifié par la confession. Alors nous serons vivants de la vie de Dieu ; nous lui serons fidèles ; et nous pourrons traverser les déserts de notre monde dans la paix et la joie de Dieu.

En vidéo !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juin 2022 : Se donner, c'est le besoin de l'a...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers