Transfiguration et Passion

Publié le par

Homélie pour le 2e Dimanche de Carême

Dimanche 28 février 2021

Avec Jésus au désert pour se préparer à la Passion

Comment Satan a-t-il tenté Jésus au désert?

Nous sommes déjà au 2ème dimanche de carême et pendant les 40 jours du carême, nous sommes en union avec Jésus, Jésus qui demeura 40 jours au désert : il resta quarante jours, tenté par Satan.

Nous pouvons nous demander : Comment Satan a-t-il tenté Jésus au désert ?

Un moment très important, qui se situe précisément 6 jours avant la Transfiguration dont nous avons entendu le récit dans l’évangile de ce jour, peut nous aider à répondre.

En effet Satan est à nouveau nommé 6 jours avant la transfiguration. Que s’est il passé ?

A la question de Jésus « Au dire des gens, qui suis-je ? » les disciples ont répondu Jean Baptiste, Elie ou un de prophète. Jésus demande alors : «Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je ?»  Et c’est Pierre qui répond solennellement : «Tu es le Christ». Jésus est donc clairement reconnu par ses disciples comme le Christ et dès lors il commence à leur révéler qu’il doit être un Christ souffrant, qu’il doit beaucoup souffrir, être rejeté, être tué, et, trois jours après, ressusciter. Alors Pierre, prenant Jésus à part, se met à lui faire de vifs reproches : Cela ne t’arrivera pas. Et c’est alors que Jésus nomme Satan : s’adressant à Pierre, il lui dit avec sévérité : « Passe derrière moi, Satan ! » En cette occasion, Pierre ne parlait pas selon Dieu, mais selon Satan. On voit bien quel était le but de Satan: il voulait détourner Jésus de sa passion. Satan ne veut pas de la Passion. C’est pourquoi, on peut penser qu’au désert, Jésus se préparait déjà à sa passion, qu’il disait oui à ce qui était le prix de notre salut, tandis que Satan essayait de l’en détourner

Comment la Transfiguration prépare-t-elle la Passion?

6 jours après Jésus a été transfiguré devant ses apôtres, Pierre, Jacques et Jean. Si la transfiguration est une expression de la gloire de Jésus, si elle fortifie notre foi en Jésus Fils de Dieu et si elle affirme notre espérance d’être un jour glorifiés avec lui, la perspective de la Passion est aussi très présente en cet événement.

C’est sur ce point que nous allons insister et cela nous aidera à comprendre l’appel pressant que Jésus nous adresse pour que nous soyons unis à sa passion durant le temps de carême. La perspective de la passion présente lors de la transfiguration ressort de trois points : de deux paroles de Dieu le Père : « Fils bien-aimé » et « Ecoutez-le », et de l’ordre de Jésus adressé aux de ne parler à personne de ce qu’ils venaient de voir.

En quoi l’expression «Fils bien-aimé» renvoie-t-elle à la Passion ?

- Lors de la transfiguration, Dieu le Père fait entendre sa voix : « Celui-ci est mon fils bien-aimé ». C’est là une allusion claire à la demande de Dieu à Abraham :  « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. »

La traduction française ne permet pas de voir le lien mais, en grec, l’expression « Ton fils, celui que tu aimes » est identique à l’expression « fils bien-aimé » : uios agapetos ; et elle ne se trouve qu’une seule fois dans l’AT, dans un contexte où il est demandé qu’Isaac, le «fils bien aimé» d’Abraham, soit offert en sacrifice. C’est pourquoi la voix du Père désignant Jésus comme le «Fils bien-aimé» laisse entendre que ce Fils s’avance vers sa passion.

On peut relever aussi que l’expression « fils bien aimé » apparaît 3 fois dans l’Evangile selon St Marc : au baptême, ici à la transfiguration et dans la parabole des vignerons homicides. Et à chaque fois la perspective de la passion est présente :

  • Au Baptême, Jésus prend la place des pécheurs et s’en va au désert ou être tenté par Satan
  • A la Transfiguration, Jésus vient de révéler qu’il doit souffrir et mourir.
  • Dans la parabole des vignerons homicides (Mc 12, 1-12), le propriétaire de la vigne envoie des serviteurs pour percevoir sa part de fruit, mais les vignerons les maltraitent ou les tuent. Finalement il envoie son «fils bien aimé», mais les vignerons le tuent lui aussi. Il est clair que Jésus est ce «fils bien aimé» de la parabole.

En quoi l’expression « Ecoutez-le » renvoie-t-elle à la Passion?

Le Père demande que l’on écoute son Fils ; or précisément, 6 jours plus tôt, Pierre ne l’avait pas écouté au moment où il annonçait sa Passion. Dieu le Père demande donc que l’on écoute son Fils, même lorsqu’il annonce sa Passion.

En quoi le secret demandé par Jésus renvoie-t-il à la Passion ?

Pierre, Jacques et Jean ont été témoins de la Transfiguration et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts.

Si Jésus a donné un tel ordre à ces 3 apôtres, c’est en bonne partie parce que les foules, mais aussi sûrement bien des disciples, n’auraient retenu que la gloire et l’on aurait oublié la Passion.

Mais Jésus dit à ces 3 mêmes apôtres qu’après sa Résurrection, ils pourront dire ce qu’ils avaient vu. En effet, on saura à ce moment-là que Jésus devait souffrir pour notre Salut, précisément pour que l’on ait part à sa vie de Ressuscité. On pourra alors considérer la Passion avec les yeux de la foi, en comprenant qu’elle n’est pas un échec, mais qu’elle est le chemin par lequel le Fils de Dieu nous a mérité la vie éternelle.

Quant aux apôtres Pierre, Jacques et Jean, qui ont été témoins de la Transfiguration, ils ont aussi été témoins de l’agonie à Gethsémani. S’ils n’avaient pas d’abord contemplé Jésus dans sa gloire de transfiguré, le spectacle de son agonie leur aurait été insoutenable et ils auraient pu défaillir dans la foi.

Cela peut nous aider à comprendre le désir de Jésus. Il veut nous faire découvrir la richesse infinie de son amour qui l’a conduit à la Croix. Mais pour contempler et vivre cet amour souffrant, nous avons besoin d’être fortifiés dans la foi.

Une question au sujet d’Elie confirme encore l’importance de la Passion  (Mc 9, 11-13)    

- Le lien entre la Transfiguration et la Passion est confirmée par une question que les apôtres ont posée à Jésus en redescendant de la montagne de la Transfiguration. Ils interrogent Jésus au sujet d’Elie dont les scribes disaient qu’il devait venir avant le Messie. Jésus répond en disant qu’«Elie est déjà venu» et «ils l’ont traité comme à leur guise». Il est clair qu’il parle de Jean Baptiste qui a été mis à mort, préfigurant ainsi les souffrances du Messie.

- Puis, parlant de lui-même il ajoute : «Pourquoi est-il écrit que le Fils de l’homme doit souffrir et être tenu pour rien?»

Conclusion : la croix et l’amour

- Comprenons que la croix est le plus grand don d’amour de Dieu. Elle nous montre quel prix nous avons aux yeux de Dieu.

- Mère Marie Augusta désirait que la passion soit l’objet de nos pensées. En effet, c’est là que nous puisons l’invincible espérance au milieu des forces du mal qui se déchainent. C’est à que nous puisons le courage, la force d’aimer toujours. C’est dans l’union à la Passion que l’on peut se développer que se forgent les âmes fortes.

En vidéo !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Avril 2021 : Mourir au péché et vivre en Dieu
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers