La mission de l'Eglise : continuer Jésus

Publié le par

Homélie pour le 3e Samedi du Pâques

Samedi 24 avril 2021

L'Eglise doit donner Jésus et continuer sa mission

Les Actes des Apôtres permettent de voir quelle est la mission d’Eglise. Il s’agit en profondeur de donner Jésus et de continuer la mission de Jésus :

  • En effet, les Actes nous présentent Pierre que l’on va chercher pour venir dans la maison d’une certaine Tabitha qui était morte. Il y a beaucoup de personnes en pleurs, Pierre se met à genoux et prie, puis il dit « Tabitha, lève-toi ». Alors la femme retrouve la vie, Pierre, lui donne la main et la fait se lever.Or dans l’Evangile, nous voyons un certain Jaïre qui supplie Jésus de venir chez lui car sa fille était morte. Tous pleurent. Jésus saisit la main de la jeune fille et dit : « Petit fille, lève-toi ». Et la fillette retrouve la vie (cf. Luc 8, 40-56).On voit que Pierre continue la mission de Jésus, mais avec une différence : Jésus agit de sa propre autorité, tandis que Pierre se met à genoux et prie.
  • Les Actes nous parlent aussi d’un homme du nom d’Énéas, alité depuis huit ans parce qu’il était paralysé. Pierre lui dit : « Énéas, Jésus Christ te guérit, lève-toi et fais ton lit toi-même. » Et aussitôt il se leva.
  • Même si la similitude est moins forte qu’entre les résurrections de Tabitha et de la fille de Jaïre, on peut relever que dans l’Evangile (Luc 13,10-13), on voit une femme qui, depuis dix-huit ans, est toute courbée et absolument incapable de se redresser. Jésus lui dit : « Femme, te voici délivrée de ton infirmité. » À l’instant même elle se redresse et rend gloire à Dieu.

  On peut noter aussi que Pierre agit au nom de Jésus tandis que Jésus agit en son propre nom.

  • Les Actes parlent aussi d’un homme, infirme de naissance, qui demandait l’aumône. Pierre lui dit : « De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche. » D’un bond, il fut debout et il marchait (cf. Act 3,1-11)Or dans l’Evangile des gens portent sur une civière un homme qui était paralysé. Jésus lui dit : « je te le dis, lève-toi, prends ta civière et retourne dans ta maison. » À l’instant même, l’homme se relève et s’en alla dans sa maison en rendant gloire à Dieu (cf. Lc 5, 18-25).Là encore, il y a similitude et différence. La grande différence est que Pierre agit au nom de Jésus tandis que Jésus agit en son propre nom.
  • Les Actes rapportent aussi qu’on sortait les malades sur les places, en les mettant sur des civières : ainsi, au passage de Pierre, son ombre couvrirait l’un ou l’autre. On amenait aussi des gens tourmentés par des esprits impurs. Et tous étaient guéris (cf. Act 5, 15-16).Or dans l’Evangile (Lc 6, 18-19), on voit des foules venir à Jésus; ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs retrouvaient la santé. Toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous.

Ceci permet de montrer quelle est la mission de l’Eglise : elle est tout simplement continuer l’œuvre de Jésus. Les pasteurs de l’Eglise, les membres de l’Eglise, sont ce qu’ils doivent être, si Jésus agit en eux, s’ils font ce que Jésus a fait, par la force de Jésus.

- Que doit donc donner l’Eglise ? Ce que Pierre a donné à l’infirme de naissance qui demandait l’aumône à la porte du temple. Pierre dit : « Je n’ai ni or ni or ni argent, mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ… » On peut dire que ce que donne Pierre est tout simplement Jésus, l’action de Jésus

- Quelles paroles doit donner l’Eglise ? Les paroles de Jésus, que parfois le monde trouve dures, comme dans l’Evangile de ce jour. Pourquoi les trouve-t-il dures ? Parce qu’il ne comprend pas le don inestimable apporté par Jésus : ce don qui est Jésus Lui-même, Lui qui veut demeurer en nous pour nous entraîner vers son Père. En effet, si l’on recherche le paradis sur la terre, que l’on peut appeler par exemple « Le jour d’après », on ne veut pas du don de Jésus.

- On peut aussi trouver les paroles dures, car tout ce que Jésus fait et dit, vise à nous détourner des œuvres mauvaises pour nous tourner vers Lui et vivre en Lui. Or un certain progressisme, qui refuse la conversion, prétend revenir à l’Evangile, dont il ne retient que ce qui est bonté et tendresse et dont il écarte l’exigence du véritable amour. Par exemple, dans l’épisode de la femme adultère, on retient : « je ne te condamne pas » et l’on délaisse « ne pèche plus » (cf. Jn 8, 11).

Puisque nous allons entrer dans le dimanche du bon Pasteur, où l’on prie pour les vocations sacerdotales et religieuses, comprenons en profondeur ce qui fait la vie et la mission des prêtres et des consacrés. Comprenons ce que les hommes doivent attendre d’eux : ils attendent que nous vivions de Jésus, le Verbe fait chair et que nous donnons Jésus, le Verbe fait chair. Tout le reste détaché de ce but, est inutile et même nuisible.

En vidéo !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Mai 2021 : L'heure de la persévérance et de l...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers