Ta Parole est Vérité : consacre-nous dans ton Amour !

Publié le par
Fête des 120 martyrs de Chine

Agostino Zhao Rong et 119 autres compagnons

N'oublions pas l'Eglise en Chine...

Aujourd'hui, nous fêtons 120 martyrs de Chine, morts entre 1648 et 1930 (cf. présentation sur le site du Saint-Siège, ici).

Nous ne voulons pas oublier les nombreux chrétiens chinois toujours martyrisés par le régime communiste. Voici ce que nous disions ce matin aux laudes : 

 

 

Homélie de Jean-Paul II pour la canonisation des 120 martyrs de Chine (1er Octobre 2000)

 

1. "Ta parole est vérité :  consacre-nous dans ton amour" (Chant à l'Evangile:  cf. Jn 17, 17).

Cette invocation, écho de la prière que le Christ adresse au Père après la Dernière Cène, semble s'élever de la foule des saints et des bienheureux, que l'Esprit de Dieu, de génération en génération, suscite dans l'Eglise.

Aujourd'hui, deux mille ans après le début de la Rédemption, nous faisons nôtres ces paroles, tandis que nous avons devant nous comme modèles de sainteté Agostino Zhao Rong et ses 119 compagnons, martyrs en Chine, Maria Josepha du Cœur de Jésus Sancho de Guerra, Katharine Mary Drexel et Giuseppina  Bakhita.  Dieu  le  Père  les a "consacrés dans son amour", réalisant la demande du Fils qui, pour lui donner un peuple saint, a ouvert les bras sur la croix et, en mourant, a détruit la mort et proclamé la résurrection (cf. Prière eucharistique, II, Préface).

A vous tous, chers frères et sœurs, réunis ici en grand nombre pour exprimer votre piété envers ces témoins lumineux de l’Évangile, j'adresse un salut cordial.

 

2. "Les préceptes du Seigneur apportent la joie" (Ps. resp.).

Ces paroles du Psaume responsorial reflètent bien l'expérience d'Agostino Zhao Rong et de ses 119 compagnons, Martyrs en Chine. Les témoignages qui nous sont parvenus laissent entrevoir chez eux un état d'âme empreint d'une profonde sérénité et joie. 

L'Eglise est aujourd'hui reconnaissante au Seigneur, qui la bénit et l'inonde de lumière à travers la splendeur de la sainteté de ces fils et filles de la Chine. L'Année Sainte n'est-elle pas le moment le plus opportun pour faire resplendir leur témoignage héroïque? La jeune Anna Wang, âgée de 14 ans, résiste aux menaces du bourreau qui la somme d'apostasier, et, se préparant à être décapité, le visage lumineux, déclare:  "La porte du Ciel est ouverte à tous" et murmure trois fois de suite "Jésus". A ceux qui viennent de lui couper le bras droit et qui se préparent à l'écorcher vif, Chi Zhuzi, âgé de 18 ans, crie avec courage:  "Chaque morceau de ma chair, chaque goutte de mon sang vous répéteront que je suis chrétien". 

Les 85 autres Chinois, hommes et femmes de tout âge et de toute condition, prêtres, religieux et laïcs, ont témoigné d'une conviction et d'une joie semblables en scellant leur fidélité indéfectible au Christ et à l'Eglise à travers le don de la vie. Cela est survenu au cours de divers siècles et en des temps complexes et difficiles de l'histoire de Chine. La célébration présente n'est pas le lieu opportun pour émettre des jugements sur ces périodes de l'histoire :  on pourra et on devra le faire en une autre occasion. Aujourd'hui, à travers cette proclamation solennelle de sainteté, l'Eglise entend uniquement reconnaître que ces martyrs sont un exemple de courage et de cohérence pour nous tous et font honneur au noble peuple chinois.

Parmi cette foule de martyrs resplendissent également 33 missionnaires, hommes et femmes, qui quittèrent leur terre et tentèrent de s'introduire dans la réalité chinoise, en assumant avec amour ses caractéristiques, désirent annoncer le Christ et servir ce peuple. Leurs tombes sont là-bas, représentant presque un signe de leur appartenance définitive à la Chine, que, même dans leurs limites humaines, ils ont sincèrement aimée, dépensant pour elle toutes leurs énergies. "Nous n'avons jamais fait de mal à personne - répond l'Evêque Francesco Fogolla au gouverneur qui s'apprête à le frapper avec son épée - au contraire, nous avons fait du bien à de nombreuses personnes". 

 

3. Dieu fait descendre le bonheur (en langue chinoise dans le texte).

Dans la première lecture ainsi que dans l’Évangile de la liturgie d'aujourd'hui, nous avons vu que l'Esprit souffle là où il le désire et que Dieu, en tout temps, élit des personnes pour manifester son amour aux hommes et qu'il suscite des institutions appelées à être des instruments privilégiés de son action. C'est ce qui est arrivé à sainte Maria Josepha du Cœur de Jésus Sancho Guerra, fondatrice des Servantes de Jésus de la Charité.

Dans la vie de la nouvelle sainte, première basque à être canonisée, se manifeste de façon particulière l'action de l'Esprit. Celui-ci la guida vers le service des malades et la prépara à être la Mère d'une nouvelle famille religieuse. 

[...] Elle ne s'épargna aucun effort ni aucune souffrance, et se prodigua sans limites pour le service caritatif du malade dans un climat d'esprit contemplatif, en rappelant que "l'assistance ne consiste pas seulement à donner des médicaments et de la nourriture au malade, il existe un autre type d'assistance,... celle du cœur, en cherchant à s'adapter à la personne qui souffre". 

 

4. "C'est un feu que vous avez thésaurisé dans les derniers jours" (Jc 5, 3). 

Dans la seconde Lecture de la Liturgie d'aujourd'hui, l'Apôtre Jacques réprimande les riches qui se reposent sur leur richesse et traitent les pauvres injustement. Mère Katharine Drexel est née dans l'aisance à Philadelphie, aux Etats-Unis. Mais ses parents lui ont enseigné que les possessions de sa famille n'étaient pas seulement pour eux mais devaient être partagées avec les moins chanceux. [...]


A sa communauté religieuse, les Sœurs du Bienheureux Sacrement, elle enseigna une spiritualité fondée sur l'union de prière avec le Seigneur-Eucharistie et le service zélé aux pauvres et aux victimes des discriminations raciales. [...]

 

5. "La loi de Yahvé est parfaite, [...] sagesse du simple" (Ps 19 [18], 8).

Ces paroles tirées du Psaume responsorial d'aujourd'hui résonnent avec puissance dans la vie de Soeur Giuseppina Bakhita. Enlevée et vendue en esclavage à l'âge de 7 ans, elle endura de nombreuses souffrances entre les mains de maîtres cruels. Mais elle comprit que la vérité profonde est que Dieu, et non pas l'homme, est le véritable Maître de chaque être humain, de toute vie humaine. L'expérience devint une source de profonde sagesse pour cette humble fille d'Afrique. [...]
 

6. Exhortation finale

[...]

Que Marie, Reine de tous les Saints, soutienne le chemin des chrétiens et de tous ceux qui sont dociles à l'Esprit de Dieu, afin qu'en chaque partie du monde, se diffuse la lumière du Christ Sauveur.

Source : site du Vatican

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Novembre 2019 : l'esclavage d'amour
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers