In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Destination… Japon !

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 112)

Son dernier voyage apostolique a conduit le pape François au Japon, où les chrétiens représentent moins de 0,5% de la population

Malgré son ancienneté, un petit aperçu de ce pays nous révélera que son évangélisation aujourd’hui est des plus nécessaires. Le Japon serait né en 660 avant JC. Venus de Chine, de Corée et du Pacifique, ses habitants forment rapidement une population homogène, fortement marquée par la culture chinoise (confucianisme, bouddhisme qui devient « zen » dans la culture japonaise…). La religion traditionnelle est le shintoïsme (polythéisme et sacralisation de la nature), dont l’empereur est une figure clef. Du VIIIe au XIIe siècle, l’impérialisme japonais est à son apogée puis s’effondre, faisant place à des luttes de pouvoir entre grandes familles : c’est le temps des Samouraïs. Au XIXe siècle, le pays est unifié mais se referme sur lui-même : les seuls échanges commerciaux se font avec la Chine et la Hollande… Puis l’Occident frappe à la porte : le Japon adopte un ordre politique légal, une organisation économique, une armée régulière… Le christianisme est toléré. Durant la IIe Guerre mondiale, le Japon rejoint les forces de l’Axe (dont l’Allemagne nazie) : le 7 décembre 1941, c’est l’attaque de Pearl Harbour... puis c’est le revers : les 6 et 9 août 1945, avec les deux bombes atomiques lancées par les Américains sur Hiroshima et Nagazaki, le pays anéanti. Écarté du pouvoir, l’empereur n’a désormais plus qu’une fonction symbolique, même si c’est lui qui nomme le chef du gouvernement : le Japon devient une monarchie constitutionnelle. La culture japonaise reste très codifiée, et il est bon de connaître certains usages avant de visiter le pays du Soleil levant ! Jérôme Lejeune en a fait l’expérience : reçu par le prince impérial, il est invité à retirer ses chaussures… Horreur : ses chaussettes sont trouées ! Qu’à cela ne tienne, il s’approche de l’empereur les orteils recroquevillés, l’allure quasi japonaise… et l’audience peut commencer ! L’évangélisation du Japon débuta en 1542, sous l’impulsion de St François-Xavier. Une de ses premières initiatives fut de consacrer le Japon à la Vierge Marie. Des milliers de Japonais se convertirent. Mais bientôt le christianisme fut perçu comme une menace par le pouvoir : en 1597, vingt-six chrétiens furent crucifiés à Nagasaki. Le christianisme fut progressivement interdit. En 1637 plus de quarante mille chrétiens furent tués. En 1873, le christianisme fut enfin reconnu officiellement par l’empereur. En 1931, St Maximilien-Marie Kolbe fonda une « Cité de l’Immaculée » à Nagasaki. À l'étonnement de tous, elle est le seul bâtiment qui resta debout lors de l'explosion de la bombe atomique. Ici comme ailleurs, Notre-Dame veille : à Akita (photo), en 1973, elle délivra des messages à une religieuse par l’intermédiaire d’une statue qui versait des larmes : elle y lance un appel à la prière – celle du Rosaire surtout - et à la conversion, insiste sur la primauté de l’Eucharistie, et demande des consolateurs pour son Fils, comme elle le fut elle-même par son union à sa Passion… Coïncidence ou Providence, la fête nationale du Japon tombe le 11 février, fête de Notre-Dame de Lourdes

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers