In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

La doctrine sociale de l'Eglise

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 112)

Ce mois ci: Vers la Civilisation de l'Amour

Au terme de nos approfondissements sur la doctrine sociale, qu’apporte, en fin de compte, l’Église, à l’homme contemporain ?

L’Église répond aux interrogations fondamentales sur le sens et sur la fin de l’existence humaine par l’annonce de l’Évangile. Celui-ci donne l’espérance de la vie éternelle et retire la personne humaine de l’esclavage des fluctuations de l’opinion, en assurant la liberté de l’homme comme aucune loi ne peut le faire.

Peut-on encore espérer quelque chose pour ce monde abîmé par le péché ? 

On le peut, et fermement. L’Église enseigne en effet que Dieu offre à l’homme la possibilité réelle de surmonter le mal et d’atteindre le bien. C’est dans cette certitude, qui est une espérance, qu’il trouvera le sens et le fondement de son engagement chrétien. Cette espérance chrétienne suscite un grand élan dans l’engagement social. Elle donne confiance en la possibilité de construire un monde meilleur, même avec la conscience qu’il ne peut exister de paradis sur terre.

Comment tout chrétien peut-il participer à l’avènement effectif d’une telle espérance ? 

Chacun doit se comporter de telle sorte que brille dans sa vie quotidienne la force de l’Évangile. Il doit donc imprégner de cette espérance les structures de la vie du monde, par un continuel effort de conversion, en luttant contre les forces du mal dans leurs expressions les plus diverses.

Y a-t-il un principe de la doctrine sociale qui, plus que les autres, est particulièrement apte à conduire les hommes vers la Civilisation de l’Amour ? 

Le principe de solidarité comprend, dans une certaine mesure, tous les autres, s’il est illuminé par la primauté de la charité, signe distinctif des disciples du Christ. En d’autres termes, notre solidarité ne doit pas se cantonner à une dimension purement horizontale, mais elle doit aussi relier les hommes qu’elle touche à la dimension transcendante. La solidarité déployée dans l’organisation politique et sociale doit, elle aussi, être marquée par cette référence à l’amour transcendant.

Comment mettre l’Amour au cœur de la société ? 

Cet objectif sera atteint par la mise en place d’un humanisme intégral et solidaire, à la hauteur du dessein d’amour de Dieu sur l’histoire et capable d’animer un nouvel ordre social, économique et politique. Cet ordre sera fondé sur la liberté et la dignité de toute personne humaine, et mis en œuvre dans la paix, la justice et la solidarité. Un tel humanisme ne peut être réalisé que si les hommes et les femmes, individuellement et communautairement, savent cultiver les valeurs morales et les diffuser dans la société. Alors, avec le nécessaire concours de la grâce divine, surgiront des hommes vraiment nouveaux, artisans de l’humanité nouvelle.

Quelle place pour Jésus et son Église dans la société, dans la perspective de la Civilisation de l’Amour ? 

L’Église est aux côtés de l’humanité tout au long de son histoire. Elle ne cesse d’interpeller tous les peuples, car ce n’est qu’en Jésus qu’ils accèderont à la perspective merveilleuse du Salut. Pour assumer sa mission, il est donc impératif qu’elle retrouve une place centrale dans la société.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers