In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Tristesse, incompréhension...

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 113)

Mort aux crèches vivantes !

Les enfants qui jouaient dans la crèche vivante de la place Saint-Georges à Toulouse ont dû se demander ce qui se passait quand des énergumènes sont montés sur leur estrade pour interrompre le spectacle en braillant « Stop aux fachos ». L’âne et le bœuf, des fachos ? Ils étaient une centaine de bénévoles qui voulaient simplement « rappeler le contexte historique des fêtes de Noël » ; mais une famille pauvre dans une grotte, cela n’a pas eu l’heur de plaire aux soi-disant « anticapitalistes ». Il fallut donc vider les lieux. Mgr Le Gall a déploré « que le simple rappel de la naissance de Jésus […] ne soit plus respecté dans notre pays et suscite même des actes de violences verbales et physiques de ceux qui s’érigent comme défenseurs de la liberté ».

Monaco

Fin octobre, le Conseil national de Monaco votait à l’unanimité un projet de loi dépénalisant l’avortement. Pour les femmes, pas pour les médecins, mais cette absurdité sera vite corrigée, n’en doutons pas… Le 4 décembre, la même unanimité accueillait le projet de loi instituant l’équivalent de notre « PACS », sans distinction de sexe. Et le Président dudit conseil ose dire que Monaco, où la religion catholique est religion d’État, est « toujours respectueux de ses institutions et de ses valeurs ». Avortement ? Concubinage ? Des « valeurs » catholiques ?

Gavin Ashenden, ancien chapelain de la reine d’Angleterre, a été reçu ce 22 décembre dans l’Église catholique qui, seule, a les moyens de « défendre la foi, renouveler la société et sauver les âmes ». Il y a été conduit par la découverte des apparitions de Garabandal, des miracles eucharistiques, et du rôle irremplaçable du Magistère pour assurer l’unité des chrétiens dans la foi.

Les Polonais à nouveau face à la dictature bruxelloise

Suite à une pétition populaire ayant recueilli 265 000 signatures, un projet de loi a été déposé à la Diète (Parlement) polonaise, en vue de punir la corruption sur mineurs dans l’espace public, mais se voit opposer par Bruxelles un prétendu droit à l’éducation sexuelle. On sait ce que signifie pratiquement ce « droit » : corrompre des mineurs par un enseignement (notamment en biologie) à caractère pornographique, avec une forte propagande en faveur de l’homosexualité. Le parti PiS (Droit et justice) a largement remporté les législatives, ce qui confère à son action une réelle légitimité démocratique.

Non-bé atification

La nouvelle a de quoi surprendre : alors que le pape François avait autorisé la promulgation du décret de béatification de Mgr Fulton Sheen (photo), le Saint-Siège a demandé le report de la béatification, « à la demande de certains membres de la Conférence épiscopale qui ont demandé des éclaircissements ». Les raisons en sont inconnues, même si d’aucuns y flairent l’aversion de certains évêques américains pour le côté politiquement incorrect (enten-dez : traditionnel) de Mgr Sheen, dont témoigne par exemple son célèbre portrait de l’Antéchrist, en janvier 1947. À la radio, puis à la télévision, ce grand prédicateur annonçait Jésus-Christ à trente millions de personnes à la fois et

Tristes Noëls

Tandis que l’Irak entier a été privée de Messe de minuit pour éviter de revivre les carnages des attentats islamiques des années précédentes, le cardinal Pell, derrière les barreaux de la prison où il croupit en attendant de passer devant la Haute Cour (en mars 2020), a également été interdit de la célébrer. Il a comme voisins de cellule des gens aussi fréquentables que James Gargasoulas, schizophrène paranoïaque ayant écopé de quarante-six ans de prison pour « l’un des pires exemples de massacre de l’histoire australienne » (six morts, vingt blessés…). Cependant, de plus en plus sont convaincus de son innocence, même si certains le paient : un diacre ayant appelé à écrire au cardinal pour Noël a été menacé de mort, le Premier ministre est dans le collimateur des médias pour avoir « rendu visite à un ami »… Quoi qu’il en soit, les soupçons qui pèsent sur ce procès sont corroborés par un rapport du plus expérimenté des juges de la Cour d’appel de Victoria, Mark Weinberg.

Persécutions en Chine

La statue du Christ-Roi, qui dominait le clocher de l’église de Linjiazhuang, a été remplacée par un paratonnerre, sur ordre du Front uni, sinisation oblige. Les fidèles se demandent en quoi un paratonnerre est plus chinois que le Christ-Roi. De même, à Wuda, la veille, ledit Front a enlevé la croix du clocher. Et les exemples abondent…

Un Chinois décrit la situation : « Le  gouvernement chinois promeut la sinisation, la soumission à la culture chinoise d’expressions religieuses […]. Toutes les religions, en particulier les catholiques et les protestants, doivent obéir à cette politique et la respecter. Dans l’archidiocèse de Fuzhou, presque toutes les églises appartenant à l’Église dite « souterraine » ont été fermées [...]. Le gouvernement continue de forcer les « prêtres souterrains » à adhérer à l’Association patriotique. Déjà, Pie XII, dans son encyclique Ad apostolorum principis, enseignait que cette association avait pour but de pousser progressivement les catholiques à embrasser les fondements du matérialisme athée, à renier Dieu et à rejeter les principes de la vraie religion. Aujourd’hui encore, cette association est considérée comme contraire à la doctrine catholique et à la conscience des gens. […] Les représentants des autorités locales ont à plusieurs reprises fait irruption dans les églises lors des offices, afin d’en exfiltrer par la force les enfants et les jeunes de moins de 18 ans. »

« Depuis l’accord sino-vatican, la persécution n’a pas diminué, au contraire, elle s’est aggravée. Le gouvernement continue à rêver comme s’il était à l’époque de la dynastie Qing : l’autorité du Pape doit être sous l’ombre de l’empereur ; l’Église fait partie des structures de l’État et doit obéir à l’autorité du pouvoir politique. […] Si les chrétiens veulent vivre en Chine, ils doivent accepter les principes de la sinisation. Le but est de forcer les chrétiens à accepter l’autorité de l’État au-dessus de Dieu et de la foi. En pratique, la soi-disant sinisation consiste en une nouvelle tentative de soumettre toutes les religions, en leur faisant accepter l’idéologie communiste et en les poussant à abandonner leur foi. »

Profanation viennoise

Pour la troisième année consécutive, le cardinal Schönborn, archevêque de Vienne, a ouvert sa cathédrale à l’association LGBT Life+, pour y organiser un concert, il y a un mois. Le chœur a donc servi de scène à des activistes LGBT comme Conchita Wurst, et l’édifice consacré a retenti de chants qu’on devine peu catholiques. Il est tout de même surprenant que le cardinal ait à nouveau assisté à ce concert dit « de charité », quand on sait que, l’an dernier, l’un des acteurs de ce même spectacle s’était exhibé à moitié nu sur l’autel, au milieu d’autres déguisés en démons. Il le justifie : « Dieu veut que personne ne se sente exclu, il veut que tout le monde se sente en sécurité. » Certes, mais s’agit-il de la sécurité de pécher avec la bénédiction de l’Église ? Ou bien de la sécurité de la foi des fidèles justement scandalisés par un tel sacrilège ? « Nous sommes tous chez nous dans cette cathédrale. » Ceux qui priaient le chapelet en réparation à l’extérieur de l’église se sentaient-ils, eux, chez eux dans cette Église ?…

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2020 : Notre-Dame, à vous les command...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers