In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

L'Esprit Saint : la clef de toute Évangélisation

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 117)

L'encyclique "Dominum et Vivificantem" de St Jean-Paul II

Nous approfondissons, en cette année du centième anniversaire de la naissance de Saint Jean Paul II les textes lumineux qu'il nous a laissé. Ce mois l'encyclique "Dominum et Vivificantem" de St Jean Paul II du 18 mai 1986.

Comment a grandi la dévotion de Jean-Paul II à l’Esprit-Saint ?

Quand il était enfant, Jean-Paul II a reçu un reproche de son papa lui disant qu’il était un mauvais enfant de chœur car il ne priait pas l’Esprit-Saint. Il a profité de la leçon et son encyclique en est un peu le fruit.

Où trouve-t-on la révélation de l’Esprit-Saint dans la Bible ?

C’est Jésus qui nous fait pleinement connaître l’Esprit-Saint.

Déjà sa conception dans le sein de la Sainte Vierge est une œuvre de l’Esprit-Saint. Puis, quand Jésus est baptisé, l’Esprit se manifeste comme une colombe reposant sur Lui. Plus tard, Jésus, qui avait « parfaite conscience » (n°21) de son union avec l’Esprit, va exulter de joie dans l’Esprit-Saint (Lc 10, 21).

Enfin, de même que Jésus a été poussé au désert par l’Esprit pour vaincre les tentations de Satan, de même c’est dans le feu de l’Esprit-Saint qu’il s’offre sur la Croix et remporte une victoire définitive sur le péché et sur le diable (n°41)

Après sa résurrection, Jésus montre ses plaies aux disciples et souffle sur eux en leur disant : « Recevez l’Esprit-Saint » (Jn 20, 20-22). Il indique par là que le don de l’Esprit-Saint est comme un fruit de sa douloureuse Passion. En recevant l’Esprit, les hommes reçoivent les grâces que Jésus a méritées par sa Passion.

C’est le jour de Pentecôte que l’Esprit-Saint est définitivement manifesté et que l’Église le reçoit comme un don permanent qu’elle peut communiquer aux hommes.

L’Esprit-Saint met en lumière le péché de l’homme. Qu’est-ce que cela signifie ?

Pour répondre, il faut d’abord comprendre que le péché est une offense à Dieu (n° 39), c’est-à-dire qu’il blesse le cœur de Dieu. Cela peut nous étonner car Dieu est Tout-Puissant et qu’Il ne peut y avoir en Lui de souffrance due à un manque. Cependant la Bible nous montre Dieu qui s’émeut au sujet de l’homme, de son péché ou de son repentir. C’est précisément, dans la douloureuse Passion de Jésus, que la souffrance de Dieu est le plus révélée (n° 39).

Puis si l’on considère la conscience de l’homme, ce sanctuaire où il peut entendre la voix de Dieu, on voit que l’homme pécheur peut éprouver du remord et souffrir de son péché. Cette douleur, de par l’action de l’Esprit-Saint, est comme un écho de la souffrance de Dieu à cause du péché. Si l’homme l’accepte humblement en regardant la Croix, cela devient un chemin de salut.

Comment comprendre l’affirmation de Jésus selon laquelle le blasphème contre l’Esprit-Saint ne peut jamais être pardonné (Mc 3, 29) ?

Ces paroles sont graves, mais elles ne visent pas vraiment des propos irrespectueux envers l’Esprit-Saint. Il s’agit plutôt du refus de l’action de l’Esprit-Saint qui met en lumière le péché et qui offre le salut en vertu du Sacrifice de la Croix. Si l’on refuse, il n’y a pas d’autre voie du salut.

Actuellement, la perte du sens du péché peut être une forme du blasphème contre l’Esprit (n°47).

Dans le Credo, nous proclamons que le Saint-Esprit donne la vie. Qu’est-ce que cela signifie ?

En recevant le don du Saint-Esprit, les hommes sont comblés de tous les biens divins. Ils deviennent participants de la nature divine (1 Pi 1, 4), ils sont sanctifiés, rendus capables d’aimer comme Jésus et, finalement, ils auront part à la vie éternelle et bienheureuse en Dieu.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Novembre 2020 : le Ciel, notre patrie
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers