In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Pêche pour les nuls

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 119)

Histoire de savoir comment s'y prendre...

Avant que vous ne partiez en courant vers une rivière ou un lac à la suite de cette lecture, il faut, par mesure de précaution, que Jips vous précise que pour pêcher, il faut être dans les clous, et donc en possession d’une carte (de pêche bien sûr !), sauf si tu pêches dans un étang ou un plan d’eau privé. La pêche est-elle accessible à tous ? Non. Il faut être patient et, cela va avec, méthodique. Pour la patience, il vaut mieux s’adresser à quelqu’un d’autre, mais pour la méthode, Jips l’araignée peut t’aider… Je pars du principe que tu es fauché, et donc qu’il te faut faire avec peu de moyens…

Règle n°1 : ne pas se précipiter ! Si tu prends le temps de bien préparer la partie de pêche, les chances que ce soit réellement un bon moment augmenteront de 75%. Les 25% restants dépendront de ta maîtrise de l’excitation, et donc aussi de ta patience dans le feu de l’action.

Règle n°2 : voici les petits moyens d’un pêcheur en herbe qui te permettront de ne pas te planter un hameçon dans le doigt, de ne pas passer ton temps à défaire des nœuds, bref, à gagner du temps :

1/ Prépare tes lignes en étant assis à une table protégée par un tissu. Elles seront ensuite enroulées autour d’une planchette type morceau de cagette. Pour le fil de nylon, le 8/100 passe partout.

2/ Observe le cours d’eau : si tu ne vois pas d’activité sur le plan d’eau, c’est peut-être signe qu’il faudra reporter la partie à plus tard ou changer de cours d’eau.

3/ Choisis bien le lieu où tu vas pêcher : il vaut mieux que tu perdes du temps à chercher ou à aménager le lieu, plutôt qu’à devoir couper ton bas de ligne emmêlé autour d’une branche ou d’une ligne téléphonique.

4/ Les lignes sont montées en fonction de :

     a/ Ce que tu veux pêcher : de la taille et de la profondeur à laquelle évolue le poisson (si tu n’as pas une grande expérience,       je te conseille de viser plutôt un gardon qu’un brochet !)

     b/ Le type de cours d’eau : une ligne se compose d’un fil, d’un flotteur, de plombs et d’un hameçon.

On dispose les plombs (par groupe de deux ou trois) en fonction du courant : si la ligne est trop plombée, le flotteur coulera tout seul ; si, au contraire, elle ne l’est pas assez, le flotteur de couchera sur l’eau. La conséquence dans les deux cas est que si un poisson mord (on appelle cela « une touche »), tu n’y verras que du feu, et tu auras le droit de remettre un appât !

L’hameçon, quant à lui, est aussi à choisir en fonction du type de poisson, et est donc proportionné à la taille du fil. Plus le numéro d’hameçon est grand, plus l’hameçon est petit ! Pour débuter, le numéro dix-huit fait l’affaire. Quel appât mettre sur l’hameçon ? Vers de terre, asticots, ou mollusques (à faire durcir au soleil). Mais il s’avère que la pêche à l’insecte peut être aussi très drôle, et là, tu as juste besoin de fil et d’un hameçon : tu verras le poisson gober ta sauterelle et tu n’auras qu’à ferrer, c'est-à-dire tirer légèrement afin que l’hameçon se plante bien dans la bouche du poisson !

À+ !

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Novembre 2020 : le Ciel, notre patrie
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers