In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

La foi de l’Église sur la nature de la Messe

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 12)

Selon Vatican II, la Messe est la source et le sommet de la vie chrétienne (constitution sur l’Eglise, n° 11). La Foi de l’Eglise sur la nature de la Messe est importante à comprendre pour mieux vivre nos Messes.

Dans le préambule à la Présentation Générale du Missel Romain, nous trouvons cette affirmation : « ...dans le nouveau missel [celui dit de « Paul VI »] la « règle de prière » de l’Eglise correspond à sa constante « règle de foi » ; celle-ci nous avertit que, sauf la manière d’offrir qui est différente, il y a identité entre le sacrifice de la croix et son renouvellement sacramentel à la messe que le Christ Seigneur a institué à la dernière Cène et qu’il a ordonné à ses Apôtres de faire en mémoire de lui ; et que, par conséquent, la messe est tout ensemble sacrifice de louange, d’action de grâce, de propitiation et de satisfaction. » Ainsi donc, l’Eglise redit encore quelle est sa foi dans le mystère eucharistique que nous célébrons à la Messe. Précisons maintenant tout cela.

La présence réelle

Pour commencer, il y a évidemment la foi en la présence réelle de Jésus en l’Eucharistie affirmée toujours dans ce préambule. Ce mystère de la transsubstantiation demanderait une explication à part entière. Nous l’entreprendrons ultérieurement, mais nous ne pouvions pas le passer sous silence dans cette rubrique !

La messe : rendre présent le sacrifice de la Croix

A présent, explicitons la première citation. En premier lieu, la Messe est bien un sacrifice, le même nous dit l’Eglise, que celui de la croix, seule la manière d’offrir étant différente. On veut ainsi répondre à l’objection selon laquelle l’Eglise multiplierait les sacrifices, retombant alors dans une pratique de la première alliance, sacrifices dont la lettre aux Hébreux affirme l’impuissance à enlever les péchés. En fait, l’Eglise actualise le sacrifice de la Croix, Elle le rend présent et l’offre de manière non sanglante. Il s’agit donc du sacrifice de Jésus que l’on réactualise. A la Messe, nous pouvons dire que nous sommes au pied de la croix pour offrir avec Jésus son propre sacrifice. De là suivent les autres affirmations : ce sacrifice est également sacrifice de louange, d’action de grâce, de propitiation et de satisfaction. Sacrifice de louange et d’action de grâce, parce que Jésus offre à son Père une vie remplie de d’amour et d’obéissance absolument incomparable, et le sacrifice qui nous réconcilie avec Dieu est un sacrifice absolument pur, celui qu’aucun être humain ne pouvait offrir. C’est donc également un sacrifice de satisfaction, c'est-à-dire qui répare pour tous les péchés de tous les hommes de tous les temps. Sacrifice propitiatoire c'est à dire littéralement qui rend propice (sous entendu : Dieu). Par cette affirmation de foi, l’Eglise enseigne que la Messe est offerte pour « la rémission de ces péchés que nous commettons chaque jour », et également pour les autres besoins des hommes, ainsi encore que pour les défunts.

 « Offrir des messes » ?

De là cette coutume très bonne dans l’Eglise d’offrir une Messe, selon l’expression usitée. Les fidèles font l’offrande d’une ou plusieurs Messes pour leurs besoins, comme pour obtenir aux défunts (en général de leur famille) la délivrance du purgatoire. Cette pratique des fidèles est excellente et recommandée par l’Eglise car elle obtient beaucoup de grâces. N’abandonnons pas cet acte de

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers