In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Un pavillon dans toutes les basiliques ?

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 125)

Mais c'est quoi au juste un pavillon ?

En entrant dans une basilique, plusieurs d’entre vous se sont peut-être déjà demandé ce qu’était ce « parasol » présent non loin de l’autel ! Nous allons donc dans cet article présenter ce qu’il est, ce qu’il signifie et son histoire.

 Ce « parasol » se nomme en réalité pavillon (ou pavillon basilical, ombrellino pontifical ou gonfalon) ; il est le signe du lien privilégié que la basilique entretient avec la papauté et donc de sa communion avec l’évêque de Rome. En effet, seules les basiliques peuvent arborer le pavillon. Il existe quatre basiliques majeures, les autres sont dites mineures ; ce sont toutes des églises auxquelles le Pape, en leur donnant le titre de basilique, y attache des privilèges particuliers et sa protection.

 Le pavillon est doté d’une armature en bois habillée de bandes alternativement rouges et jaunes, couleurs du gouvernement pontifical héritées du sénat romain. Il est surmonté d’un globe de cuivre doré surmonté d’une croix (photo). Pour les basiliques majeures, les bandes sont en velours rouge et les autres, couleur or ; des franges d’or y sont aussi ajoutées.

 Dans les basiliques mineures, il est à moitié ouvert, dans les basiliques majeures, il est déployé. Il est parfois utilisé lors des processions. En effet, le pavillon tire son origine de l’Ancien Testament où la tente servait à abriter le patriarche et la royauté. De fait, le pavillon n’est de sortie que pour les grandes occasions. Par exemple, on peut lire que le jour de la canonisation de sainte Brigitte, « à la porte de l'église, tous les chanoines de Saint-Pierre vinrent au-devant [du Pape] avec la croix, le pavillon et la sonnette ». La sonnette ici évoquée, est un autre emblème des basiliques, le tintinnabulum, sorte de petite clochette suspendue dans un encadrement appelé « beffroi » et placé sur un support portatif (photo). Le tintinnabule est conservé dans les basiliques, généralement près de l'ombrellino ou de l’autre côté de l’autel, et il est également porté lors de processions.

 Évoquons à présent quelques basiliques françaises. Elles sont un peu plus de 170, ce qui représente environ 10% du nombre total de basiliques dans le monde ! En 2006, l’église Sainte-Odile (Bas-Rhin) avait été élevée au rang de basilique mineure ; puis, le 6 juin 2009, Benoît XVI conférait ce titre à l’église Notre-Dame d’Alençon. Dans ce cas, la béatification du couple Martin six mois auparavant y contribua, entraînant des pèlerinages de plus en plus nombreux en cette église où ils s’étaient mariés, où sainte Thérèse avait été baptisée et où avaient eu lieu les funérailles de sainte Zélie ! La dernière érection de basilique en France concerne Saint Bonaventure à Lyon, par le pape François en 2019.

 Enfin, cette année, pour le soixantième anniversaire du couronnement de la statue de St Joseph d’Espaly (photo), aux portes du Puy-en-Velay, les fidèles désireraient que le sanctuaire attenant soit élevé au rang de basilique du fait de son grand rayonnement spirituel actuel. Les évêques de France ont donné leur accord pour que l’évêque du lieu lance la procédure nécessaire à ce titre. Nous aurons donc peut-être, en cette année St Joseph, la basilique St Joseph du Bon Espoir !

Crédits photos

  • photo de la procession de Juin de joseolgon sur Wikimedia commons (lien ici)
  • photo de Saint Joseph d'Espaly de Ideefixe sur Wikimedia commons (lien ici)

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Septembre 2021 : Douceur d'un inlassable "oui...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers