In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

La résurrection de Jésus est un fait historique!

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 127)

Extraits du Catéchisme de l’Église Catholique sur ce grand mystère (n°639 à 644)

 

Le mystère de la Résurrection du Christ est un événement réel qui a eu des manifestations historiquement constatées, comme l’atteste le Nouveau Testament. Dans le cadre des événements de Pâques, le premier élément que l’on rencontre est le sépulcre vide. Il n’est pas en soi une preuve directe. L’absence du corps du Christ dans le tombeau pourrait s’expliquer autrement. Malgré cela, le sépulcre vide a constitué pour tous un signe essentiel. Sa découverte par les disciples a été le premier pas vers la reconnaissance du fait de la Résurrection. […] « Le disciple que Jésus aimait » affirme qu’en entrant dans le tombeau vide et en découvrant les linges gisant, « il vit et il crut » (Jn 20, 8). Cela suppose qu’il ait constaté dans l’état du sépulcre vide que l’absence du corps de Jésus n’a pas pu être une œuvre humaine et que Jésus n’était pas simplement revenu à une vie terrestre comme cela avait été le cas de Lazare.

La foi de la première communauté des croyants est fondée sur le témoignage d’hommes concrets, connus des chrétiens et, pour la plupart, vivant encore parmi eux. Ces témoins de la Résurrection du Christ sont avant tout Pierre et les Douze, mais pas seulement eux : Paul parle clairement de plus de cinq cents personnes auxquelles Jésus est apparu en une seule fois, en plus de Jacques et de tous les Apôtres. Devant ces témoignages, il est impossible d’interpréter la Résurrection du Christ en dehors de l’ordre physique, et de ne pas la reconnaître comme un fait historique.

Il résulte des faits que la foi des disciples a été soumise à l’épreuve radicale de la Passion et de la mort en Croix de leur Maître annoncée par Celui-ci à l’avance. La secousse provoquée par la Passion fut si grande que les disciples ne crurent pas aussitôt à la nouvelle de la Résurrection. Loin de nous montrer une communauté saisie par une exaltation mystique, les Évangiles nous présentent les disciples abattus, « le visage sombre » et « effrayés ». C’est pourquoi ils n’ont pas cru les saintes femmes de retour du tombeau et « leurs propos leur ont semblé du radotage » (Lc 24, 11). Quand Jésus se manifeste aux Onze au soir de Pâques, « il leur reproche leur incrédulité et leur obstination à ne pas ajouter foi à ceux qui l’avaient vu ressuscité » (Mc 16, 14).

C’est pourquoi l’hypothèse selon laquelle la Résurrection aurait été un "produit" de la foi (ou de la crédulité) des Apôtres est sans consistance. Bien au contraire, leur foi dans la Résurrection est née – sous l’action de la grâce divine – de l’expérience directe de la réalité de Jésus ressuscité.

Crédit photo :

En-tête et article : auteur Ideefixe ici le lien

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Mai 2021 : L'heure de la persévérance et de l...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers