In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Connaissez vous ?

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 128)

Les origines du cierge pascal

Depuis la nuit sainte de Pâques où nous avons célébré la Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous pouvons voir le cierge pascal mis en valeur dans nos églises. Nous le verrons pendant cinquante jours, jusqu’à la célébration de la Pentecôte. Après ce temps il sera, d’ordinaire, mis près des fonts baptismaux et il ne sera allumé que pour les baptêmes. Mais d’où vient ce cierge ? Quelle est son origine ?

 Le pape Zosime a institué l’usage du cierge pascal au Ve siècle. Cependant il n’aurait fait que formaliser ce qui se faisait déjà depuis au moins un siècle. Mais nous pouvons encore remonter dans le temps. Une tradition juive voulait qu’à la tombée de la nuit, une lampe soit allumée pour dissiper les ténèbres et éclairer la maison. Ce geste avait une dimension religieuse puisque une prière l’accompagnait. Or, les chrétiens ont repris très tôt cette tradition et l’on intégrée dans leur liturgie. C’est ce que l’on a appelé le Lucernaire, littéralement « l’allumage des lampes ». Saint Basile, au IVe siècle, écrit : « Il a paru bon à nos pères de ne pas recevoir sans reconnaissance la lumière de fin de jour, mais bien de rendre grâce dès qu’elle brille. Le peuple prononce alors l’antique acclamation : “Joyeuse lumière, splendeur de la gloire du Père, saint et bienheureux Jésus-Christ !” » Ce sont ces mêmes paroles que nous chantons quand nous entrons dans l’église, précédés du cierge pascal, au cours de la Vigile pascale. Le cierge pascal prit rapidement une importance capitale pour cette liturgie la plus importante de l’année. Un besoin d’éclairage, des catacombes par exemple, ne suffit pas pour démontrer le besoin de son utilisation. En effet, ce cierge est façonné traditionnellement en cire d’abeille car « la cire pure extraite des fleurs par les abeilles évoque la chair pure du Christ reçue de la Vierge, sa Mère. La mèche symbolise l’âme du Christ et la flamme représente sa divinité. » (Sacrée Congrégation des Rites, 4 septembre 1875.) Seule lumière visible au début de la célébration, elle représente le Christ, Lumière du monde, qui guide son peuple dans les ténèbres jusque dans sa maison, puis la flamme est transmise à tous les baptisés, vivants de la vie divine.

 Le cierge pascal remonte donc à une époque très ancienne et a une portée religieuse importante. Ne manquons pas de nous y arrêter lorsque nous rentrerons dans une église dans ces prochaines semaines. Après avoir, bien sûr, adoré quelques minutes Jésus dans son Saint Sacrement. Le cierge symbolise la présence du Christ mais l’hostie consacrée est sa Présence réelle et substantielle.

 Une dernière anecdote. La cire restant du cierge pascal de chaque Basilique majeure de Rome était, jusqu’il y a quelques dizaines d’années, remodelée en plusieurs petits médaillons portant, sur l’avers, l’image de l’Agneau pascal, et sur le revers l’image d’un saint. Ils étaient bénits solennellement par le Pape le mercredi de Pâques et distribués à certaines personnes choisies. Et si ces personnes étaient des évêques, ceux-ci inséraient le médaillon dans leur mitre.

Crédit photo :

Article : auteur Nahefoto > ici le lien

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Septembre 2021 : Douceur d'un inlassable "oui...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers